Madrid - Reportages

Revoir Madrid - Promenade déambulatoire dans une capitale méconnue

Marie Torres - 26 décembre 2018
Comprendre Madrid ce n'est pas seulement visiter ses musées et ses monuments historiques, c'est aussi flâner dans ses rues, sur ses places, la surprendre à la tombée de la nuit et, pourquoi pas, s'en éloigner un peu pour mieux la retrouver... Petite balade madrilène.
La plaza Major

Il y a beaucoup de lieux à visiter à Madrid. Des musées, bien sûr. Le Prado, mais pas seulement. Le musée d'art moderne, le Reina Sofia, où se trouve, en autres, le fameux Guernica de Picasso. Le Musée Thyssen-Bornemisza où vous rencontrerez, parmi le millier d'oeuvres exposées, Dürer, Le Titien, Manet, Van Gogh ou encore Kandinsky et Hopper... Des palais, des monuments historiques et aussi des rues et des places toujours animées, des jardins... Et quand vient la nuit, vous pourrez prendre quelques tapas dans les quartiers de La Latina ou de la Malasaña... N'hésitez pas non plus à prendre le train pour vous rendre dans une des villes proches, différentes mais complémentaires de la capitale. Bon séjour.

La plaza Major

Son carré de 120 m sur 94 m se dessine au centre de la ville, près de la Puerta del Sol, et accueille sous ses arcades de nombreux restaurants et des boutiques spécialisées dans la philatélie, la numismatique ou la coutellerie. Un lieu idéal pour flâner, discuter ou rêver à une terrasse de café. En la quittant, empruntez l'Arco de cuchilleros, vous vous retrouvez face au marché San Miguel qui vaut un petit détour.

La Puerta del Sol

Neuf rues partent de cette place en forme de trapèze et c'est de là que sont calculées toutes les distances avec le reste de l'Espagne. Ce lieu est très riche en histoire. C'est là qu'a eu lieu le soulèvement du 2 mai 1808 contre l'occupation bonapartiste ou la proclamation de la deuxième république en 1931. Aujourd'hui, c'est une place très animée et très agréable.

El Palacio Real

Calle Bailen
Ouvert tous les jours entre octobre et mars de 10 heures à 18 heures et de 10 heures à 20 heures le reste de l'année.
Les jours fériés, le palais ferme à 15 heures ou 17 heures selon les jours.
10 euros
Pour en savoir plus, ici.

Le Palacio Real, qui a accueilli les monarques de Charles III à Alphonse XIII, est considéré comme l'une des résidences officielles de la famille royale espagnole même si le roi n'y habite plus (au privilège du Palais de la Zarzuela). C'est un musée qui permet de faire un voyage à travers l'histoire de l'Espagne.

Le Prado

8, Paseo del Prado
Ouvert du lundi au vendredi de 10 h à 20 h et le dimanche jusqu'à 21 h.15 euros
Pour en savoir plus, ici
.
Inauguré en 1819, le Museo Nacional del Prado conserve quelque 7000 oeuvres et est considéré comme l'une des plus grandes galeries d'art au monde. Vous y trouverez de nombreuses salles dédiées à la peinture espagnole - Le Greco, Vélasquez, Goya... - mais aussi à la peinture italienne et flamande. Mais la richesse de ce vaste musée ne se limite pas à la peinture, il abrite aussi un peu plus de 500 sculptures greco-romaines, Renaissance ou encore baroques.

El buen Retiro

7, Plaza de la Independencia
Ouvert tous les jours, d'avril à septembre de 6 h 00 à minuit ; d'octobre à mars, de 6 h 00 à 22 h.
Entrée libre
Pour en savoir plus, ici.
Situé à la Puerta de Alcala, ce parc, avec ses 125 hectares et ses centaines d'espèces d'arbres est un peu le poumon de Madrid. Mais pas que. L'architecture est aussi très présente sous les formes de statues rencontrées au gré des allées, du monument à Alphonso XII ou du Palacio de Cristal. A visiter aussi, l'observatoire astronomique.

Les alentours de Madrid

Et si vous disposez de temps, n'hésitez pas à vous rendre dans l'une des villes périphériques de la capitale : El Escorial pour son monastère de San Lorenzo, Segovia, classée au patrimoine mondial de l'UNESCO, pour sa vieille ville et son aqueduc, ou encore Tolède, classée elle aussi au patrimoine mondial, véritable petit bijou perché en haut d'une montagne et arrosé par le Tage. Pour vous y rendre, comptez entre 30 mn à 1 heure, au départ des gares d'Atocha ou de Chamartin. Bon séjour !


A lire aussi : Le gustaria tapear por Madrid ?

Marie Torres pour www.micmag.net
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
  • Le marché de Noël sur la Plaza Mayor
  • La Puerta del Sol
  • Le Palais Royal
  • Le musée du Prado
  • Le lac du parc du Buen Retiro
  • La porte d'Alcala
  • La Gran Via
  • Le monastère San Lorenzo de l'Escorial
  • L'Arqueduc de Segovia
  • La cathédrale de Segovia
  • L'Alcazar de Segovia
  • La cathédrale de Tolède

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

Eventos

El mundo del vintage

Naguère jouets, aujourd’hui objets de collection, les voitures miniatures déchaînent les passions : on les recherche, on les accumule. On les classe par marques, matières, échelles, thèmes… Bruno de la Tour, fervent collectionneur, en possède plus de 4 000. Il nous dévoile ses précieux modèles. La suite ici.

Salir en Paris (Pincha en el título)

Le musée Marmottan Monet présente jusqu'au 21 juillet 2019, l’exposition « L’Orient des peintres, du rêve à la lumière ». Riche d’une soixantaine de chefs-d’œuvre provenant des plus importantes collections publiques et privées d’Europe et des États-Unis, cette manifestation entend révéler à travers ce voyage un nouveau regard sur cette 
peinture. Pour en savoir plus, ici.

Ultima hora

Brésil
Une baleine à bosse retrouvée au beau milieu de la mangrove dans l’île de Marajó, au nord du Brésil, intrigue les chercheurs...
 
Sodoma
Onze maisons d’édition dans 22 pays publieront le 21 février l’enquête inédite du journaliste et sociologue Frédéric Martel sur la place omniprésente de l’homosexualité au Vatican.
 
Un gouvernement qui supprime le ministère de la Culture
Le nouveau gouvernement d'extrême droite du Brésil a refusé de créer un nouveau ministère de la Culture estimant ce poste inutile. A méditer !
 
Insolite !

Aux Etats-Unis, une employée municipale transforme un arbre de 110 ans en une petite bibliothèque de quartier !

 
Récompenses
Le prix André-Malraux 2018 du roman engagé a été attribué à Javier Cercas pour Le monarque des ombres, celui de l’essai sur l’art à Georges Roque pour Quand la lumière devient couleur.

votre publicité

Banner