Paris, France - Vintage

Balade aux Puces de Saint-Ouen

Monique Cabré (actualisé par Elise Barry) - 29 août 2016
Flâner dans l’atmosphère hors du temps d’un marché centenaire, se dépayser, dénicher l’objet surprenant, le marché aux Puces de Saint-Ouen est reconnu comme l’un des plus grand marché d’antiquités et de brocante du monde.

Classé depuis 2001 « zone de protection du patrimoine architectural, urbain et paysager » grâce à son ambiance et à son atmosphère atypiques, le marché aux Puces de Saint-Ouen est une véritable institution. Il s’étend sur sept hectares, regroupe 14 marchés et rassemble quelque 1700 marchands, dont 1400 antiquaires. Véritable carrefour de l’art avec ses antiquités, commerçants, créateurs, designers, artisans et artistes, le marché aux Puces est également un puissant site économique. Propriétaires, gestionnaires, restaurateurs, transporteurs… constituent son armature et sa légitimité.

Histoire des « Puces »
Elle remonte aux années 1870. Des chiffonniers s’installent sur la zone des Malassis, un terrain de 300 mètres de large, autour des fortifications de Paris. Par souci d’hygiène, biffins, crocheteurs, fripiers, chineurs… s’installent entre les fortifications et les premières maisons du village de Saint-Ouen. Chaque dimanche, ils étalent à même le sol toutes sortes d’objets qui attirent le regard des badauds en quête de quelques bonnes affaires. L’ambiance y est joyeuse, on y mange des frites, des gaufres… on y boit du vin blanc. Peu à peu la zone des Malassis se peuple. 1908 marque une date décisive dans l’histoire des Puces. Le métro dessert alors ce marché surprenant qui remporte déjà un franc succès.

L’atmosphère y est unique
A partir de 1920, les puces prennent de l’ampleur et les marchés Vernaison, Malik, Biron puis Vallès sont créés. Les gitans, rempailleurs de chaises et joueurs de guitare, s’inspirent de la musique négro-américaine  pour créer « le jazz manouche » qui reste aujourd’hui plus que jamais, lié à l’identité des Puces. La fête bat son plein et l’atmosphère y est unique. Après la Seconde Guerre mondiale, ferrailleurs et chiffonniers laissent peu à peu la place aux brocanteurs, antiquaires et marchands de fripes. De nouveaux marchés s’installent : Dauphine, Malassis, Paul Bert, Serpette… chacun ayant son propre style fréquenté par une clientèle devenue familière.

Les « Puces » vous accueillent dans leurs dédales de ruelles débordantes d’authenticité, de stands regorgeant de marchandise hétéroclite vantée par des marchands au ton sérieux et réservé ou à la gouaille bien parisienne.

Marchés à ciel ouvert et rues « pucières »
Empruntez les rues Jules Vallès, Lécuyer, Marceau, Paul-Bert, Voltaire, la longue rue des Rosiers, pour y dénicher des objets d’art, du mobilier, des fripes et un beau choix de livres.

Marchés couverts, leurs spécialités

Antica : un tout petit marché dans un univers feutré avec une belle sélection de mobilier et objets des XVIIIe siècle et XIXe siècle.

Biron : seul marché à proposer un large éventail de l’art selon les périodes de l’histoire, il se veut la référence des Puces (arts d’Asie, mobilier des XVIIIIe, XIXe et XXe siècles).

Cambo : une vingtaine de stands répartis sur 2 étages proposent une marchandise de qualité et des objets de charme : mobilier du XVIIIe siècle et XIXe siècle, instruments de musiques anciens, et un cocon Art déco et Art nouveau à l'étage.

Dauphine : antiquités variées et brocante, restaurateurs d’art et « Carré des libraires ». C'est l'un des marchés les plus vastes des Puces.

Django Reinhardt : aussi appelé "Le Plateau", c'est la partie des Puces côté Porte de Clignancourt, vouée à la sape, à la fripe et à la bimbeloterie.

L’Entrepôt : ouvert dans les années 1990, il est spécialisé dans les pièces volumineuses : escaliers, bibliothèques, cheminées, boiseries, grilles de châteaux, kiosques de jardins… que l’on peut charger sur place.

Jules Vallès : très traditionnel, il est l’endroit préféré des amateurs éclairés qui aiment chiner sans frime. Location de meubles pour tournages de films et objets insolites à foison…

Malassis : à l’architecture innovante, avec ses galeries où l’on peut déambuler tranquillement, on y trouve des antiquités et objets de décoration, du XVIIIe au XXe siècle, des boutiques thématiques (art de la table, stands orientalistes, meubles de bistrot, objets de marine, objets collectors, passementerie, bijoux…) et une large place accordée au XXe siècle et au design des années 1970.

Le Passage : il porte bien son nom puisqu’il relie la rue Jules- Vallès à la rue Lécuyer. Marché très fréquenté par les professionnels en quête de vêtements, tenues militaires, mobilier, livres anciens, bibelots, objets insolites…

Paul Bert Serpette : la référence internationale en matière d’antiquités haut de gamme, avec un mélange des styles et des époques très marqué : objets d'archéologie, joaillerie, créations d'artistes confidentiels. Carrefour incontournable des décorateurs et professionnels français et étrangers, on y croise de nombreuses stars, de Ben Harper à Sharon Stone.

Vernaison : avec ses quelque 300 stands, Vernaison reste le témoin et l’empreinte des Puces. Le premier marché organisé construit avec des baraques en bois est né ici en 1920. On y trouve des objets anciens divers, instruments scientifiques, jouets, verrerie…

Malik : ce marché est le paradis des marques de vêtements sportswear et tendance. Il accueille un public jeune, des artistes et créateurs qui font la mode
.
Les petits restos des Puces 

Une sélection de restaurants sympas dans le marché aux Puces.

La Chope des Puces
Ce bistrot mythique du Marché aux Puces est aussi un temple de la musique jazz manouche ! Concerts tous les samedis et dimanches après-midi.

122 rue des Rosiers - 01 40 11 28 80

.

Théâtre-café Le Picolo 

Créé en 1919, c’est peut-être le plus ancien café des Puces. On y déguste une cuisine traditionnelle dans un décor authentique.
58 rue Jules-Vallès - 01 40 11 11 19

Le Paul Bert
Depuis 1958, cette brasserie offre la possibilité de profiter de l’ambiance typique des Puces autour d’un plat traditionnel et de vins sélectionnés par le patron.
20 rue Paul-Bert - 01 40 11 90 28




Ma Cocotte
En premier lieu appelée « Ma Puce », designer Philippe Starck 
106 rue des Rosiers - 01 49 51 70 00

Chez Louisette
Une guinguette ouverte dans les années 30 avec animations musicales autour de la chanson française
130 avenue Michelet - 01 40 12 10 14

Sans oublier… Le Relais des broc’s, La Péricole, Au roi du café.


  • Visiter les Puces en groupe ou en individuel

Office du tourisme de Plaine commune Grand Paris

Office du tourisme de Seine-Saint-Denis

  • S'informer sur place

Bureau d'information touristique du marché aux puces, 124 rue des Rosiers, 94400 Saint-Ouen (ouvert du samedi au lundi ).

Tél. 01 55 87 08 70

  • S'orienter

Plan du marché aux Puces à télécharger

  • Marchés des Puces dotés de leur propre site internet

Marché Dauphine

Marché Paul Bert Serpette

Marché Vernaison

1
2
3
4
5
6
7
8
  • De stand en stand (©Riad Kneife)
  • Marché Dauphine ( Mizue Hayashi
  • Marché Paul Bert (©Office Tourisme Saint-Ouen)
  • Marché Vernaison(©Office de Tourisme Saint-Ouen)
  • La Chope des puces (© Office Tourisme Saint-Ouen)
  • Ambiance jazzz manouche (©t Office Tourisme Saint-Ouen)
  • Théâtre-café (© Office Tourisme Saint-Ouen)

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

ÉVÉNEMENTS

SORTIR À PARIS

NEWSLETTER

BRÈVES

Mortelle novela
Moins robuste que son personnage, l'acteur brésilien vedette Domingos Montagner se noie sur les lieux du tournage de la série Velho Chico.
 
Projection rare des "Enfants mexicains"
Ce court métrage de 1960 appartient à la cinémathèque Robert-Lynen (Paris), d'ordinaire fermée au public. Pour les Journées du patrimoine, elle dévoile ses fonds cachés.
 
À poil pour ses 80 ans !
Tom Zé, l'artiste  hors norme, excentrique et contestataire du Brésil, se montre nu sur son dernier disque. Au menu, 13 berceuses érotiques en souvenir d'une enfance en liberté.
 
Retour sur la mort de Garcia Lorca

Une juge argentine relance l’enquête sur la disparition du dramaturge et poète espagnol, Federico Garcia Lorca, survenue le 19 août 1936 en pleine guerre civile.