18-10-2011 17:28:37

À propos de l’épidémie de questionnite dans l’ art contemporain

Aujourd’hui, la question branchée chez les nouveaux critiques à cheveux jaunes est celle-ci : « pourquoi y a-t-il de l’art plutôt que rien ? »
By Nicolle Esterolle (Lyon)


Picasso disait : « je ne cherche pas, je trouve » , autrement dit «  je ne me pose pas de questions, je fais ». Un autre peintre très connu répondait à qui l’interrogeait sur le pourquoi de sa peinture : « demandez-vous à un pommier pourquoi il fait des pommes ? Non ? Et bien ne me demandez pas à moi pourquoi je peins»,  parce qu’en effet,  si le pommier commence à se se poser des questions sur son droit à pommer, il  devient vite malade , dépressif et irrémédiablement  stérile.

Et c’est ainsi que nous assistons aujourd’hui, dans l’art dit contemporain, à la disparition progressive du faire au profit du questionnement sur le faire , à l’exemple de Claude Rutault (voir image jointe) , artiste majeur de la scène française, qui peint des monochromes de la couleur des murs où ils sont accrochés, et dont « l’enjeu du  travail est celui d’unquestionnement des conditions d’apparition de la peinture dans l’espace social, beaucoup plus que de déterminer un protocole de création des œuvres à l’aide de concepts. »

"Aujourd’hui,  les neurones du cerveau des décideurs d’art s’interrogent eux-mêmes sur leur rôle là-dedans"

Aujourd’hui, on ne peint donc plus, on convoque, on interpelle et on questionne la peinture dans ses rapports avec à peu près tout. On interroge l’art à fond, on fait ce que Jean-Philippe Domecq appelle de l’art sur l’art, on cérébralise au maximum. Aujourd’hui,  les neurones du cerveau des décideurs d’art s’interrogent eux-mêmes sur leur rôle là-dedans , ce qui provoque dans certains cas de questionnite aigue, une liquéfaction de la moelle et du tissu cervical dont le symptôme principal est  une diarrhée  verbale du type de celle dont était affecté le directeur de la Biennale de Lyon (voir ma précédente chronique), et dont sont affectés un grand nombre de chroniqueurs  d’art actuels.

Aujourd’hui, la question branchée chez  les nouveaux critiques à cheveux jaunes est celle-ci : « pourquoi y a-t-il de l’art plutôt que rien ? »…Ben oui !..  La question n’ est pas nouvelle, mais  elle fait fureur dans le milieu, car ce rien au lieu de l’art leur permet de développer en boucle une méta-interrogation tirebouchonnée sur l’absence d’objet de cette même interrogation et donner  ainsi libre cours à leur talent de sophistes mondains . D’où par exemple cette exposition sur le vide, organisée au Centre Pompidou en  2009,  par  le schtroumpf en chef Laurent Lebon,  actuel directeur du Pompidou bis à Metz, occupant 5 immenses salles avec strictement rien dedans (sauf un type qui avait pissé dans un coin et que ça puait très fort), mais  assortie d’un catalogue de 500 pages de commentaires et de questionnements sans objet identifiable, illisibles  et que personne n’a d’ailleurs lues.

Un ample  discours sur le non-faire, le non-sens et le non-contenu artistique remplace donc le faire déclaré désormais salissant, puant , rural  et ringard. Le déconstruit questionne la validité du  construit. La torture mentale remplace le plaisir esthétique. Le critique schtroumpf ne regarde désormais plus la peinture que par  les oreilles ou les trous de nez . Anita Molinero, la crameuse de poubelles,  remplace Germaine Richier. Grand Corps Malade remplace Bob Dylan. La subvention devient  un soin palliatif pour une  nécrose artistique  maintenue sous perfusion d’argent public. Le douloureux questionnement existentiel du critique ou du fonctionnaire de l’art prime sur le travail du vrai créateur, etc…et l’art contemporain devient le lieu d’une pandémie   d’auto-fellationnite aigue  ou de masturbationnite questionnatoire fermée sur elle-même, et où se multiplient exponentiellement ces petits branleurs de l’interrogation à tout va, que sont nos  schtroumpfs émergents sur la scène internationale….

 

Les schtroumpfs  questionnent à tout va :

J’ai passé une petite demi-heure sur quelques sites internet de FRAC et autres lieux de « l’insondable connerie culturelle subventionnée » (comme dit l’un de mes correspondants), pour vous cueillir au hasard et vous copier-coller, à titre de preuve et illustration de ce que vient de dire, ces quelques petits extraits  où il est question …de questionnements sur l’art.

 

Claude Rutault

L’enjeu de son  travail est donc celui d’un questionnement des conditions d’apparition de la peinture dans l’espace social, beaucoup plus que de déterminer un protocole de création des œuvres à l’aide de concepts.

Jordi Colomer

Son  parti pris absurde vient très directement interroger la valeur que l’on doit prêter à cette « manière » de faire, mais, plus avant, il questionne avec acuité l’évaluation esthétique – et donc sociale et psychologique – de ce type de « monuments » dans notre environnement.

Walead Beshty

(artiste dont les œuvres ont récemment  atteint des centaines de milliers   de dollars chez Phillips de Pury et & Cie, maison de ventes propriété de magnats russe du luxe)

Il réinterroge des expériences éprouvées il y a de ça près d’un siècle, pour constitue certainement l’amorce d’une réflexion plus globale sur le statut de l’héritage formel et conceptuel laissé par le vingtième siècle dont la dissection critique puis le dépassement démythificateur ouvrirait les portes de la contemporanéité.(extrait du magazine 02)

Victoria Klotz

Explore la cohabitation entre l’être et son écosystème, questionne la sauvagerie des comportements sociaux.

In extenso

Ces artistes interrogent les notions de traversée, de contamination, d’interaction ou d’illusion,  qui semblent construites sur des zones d’ombre, laissant planer autour d’elles le mystère de leur conception.

Kaz Oshiro

Dotées a priori d’une faible valeur symbolique, ses œuvres se révèlent peu à peu d’une complexité telle qu’elles finissent à obliger les spectateurs à se poser les questions de la représentation et de sa mise en scène.

Eric Hattan

Qu’il s’agisse de l’espace urbain ou de celui d’un centre d’art, chaque situation est l’occasion d’un déplacement, d’un décentrement du regard, et d’une mise en question du sens donné.

Exposition « Coup d’éclat »

Ces artistes viennent interroger les mutations des structures de pouvoir qui conditionnent en grande partie notre quotidien.

Clemence Torres

Son exposition se développe autour de la perception du lieu, son appréhension et les mécanismes et instruments de mesure permettant de le saisir - distances, échelles, proportions -. Elle interroge parallèlement les relations entre les individus, les rapports de force, de rapprochement et d’interaction des uns avec les autres.

Dominique Blaise

Son travail in situ a la capacité de métamorphoser la perception commune de l’espace . En permettant au spectateur de parcourir ce dispositif menaçant, il questionne les espaces de narration issus du théâtre et de l’exposition artistique.

Claire Healy & Sean Cordeiro

Ils développent un travail sculptural à travers une variété de médias. En explorant les matériaux de notre monde contemporain, ils soulèvent des questions sociopolitiques, comme la mondialisation, la culture médiatique, la consommation ou la propriété.

Angela Detanico et Rafael Lain

Ils nous invitent à bousculer nos repères et à nous interroger sur les systèmes qui organisent notre lecture du monde.

Meriem Djahnit

le travail de cette artiste interroge l’aspect tangible et aléatoire de notre position dans le monde, analyse le caractère transitoire de notre condition en tant qu’être physique, social et psychologique.

Nicolas Fournier

Siège de l’intimité et de la mécanique du vivant, le corps  demeure pour les artistes contemporains le lieu d’interrogations existentielles que réactivent les mutations dues aux technologies du vivant.

Jean François Gavoty

Le vivant et le construit, le réel et le virtuel, le pérenne et le temporaire... sont des interrogations liées à la conception de tout projet urbain.

Gonzalo Lebrija

Questionne le décalage entre les mégas récits du progrès liés au modernisme et notre existence contemporaine individuelle.

Laurent Perbos

Toujours confrontées aux problématiques de formes, les productions de Laurent Perbos questionnent les potentialités sensibles et poétiques des objets issus de notre quotidien.

Laurent Pernel

La question est : alors que des impératifs très concrets liés aux travaux de l’espace d’exposition, ordonnancent le temps et l’espace, et remplissent le volume d’une sonorité toute entière constructive, comment faire naitre puis développer, au sein d’un chantier, un travail artistique qui demande du temps, du doute et de l'errement ?

Arnaud Pirou

Pour sa première exposition personnelle, il traite des grandes chaînes de fast food, dans une exposition très contextuelle qui pervertit les symboles, et joue avec les signes de la ville. C’est un prétexte pour convoquer des questions sociales et culturelles.

Raster Noton

Cette exposition montre le caractère résolument hybride de cette plate-forme de création, tout en questionnant la position de l’artiste dans l’interface de l’acte individuel et de son inscription au sein du collectif.

Mathilde du Sordet

Les sculptures de Mathilde du Sordet ont été conçues spécifiquement pour cette exposition de groupe questionnant les notions de territoire et de déplacement.

Yann Toma

Le travail de Yann Toma, structuré autour de la société Ouest Lumière, questionne les messages et leur transmission par la mise en œuvre de systèmes parallèles.. Le lieu d’exposition  devient le centre multi-modal d’un trafic quotidien de pigeons voyageurs porteurs de dépêches AFP. Chaque jour, ces dernières sont transformées en interrogations.

Bernard Bazile

Des  mélanges de matières et d’images industrielles parfaitement maîtrisés  interrogeant en permanence la question du goût et celle de l’autorité.

Knut Åsdam

réalise des films et des installations qui interrogent notre degré de conditionnement par l’espace urbain et nous incitent à le vivre de manière plus consciente.

Basserode

L’œuvre de Basserode se présente, depuis le début des années 1990, comme un questionnement autour des notions de « nature » et de « culture » et sur les conventions qui sont attachées à l’une et l’autre dans les représentations artistiques modernes et contemporaines.

Carla Arocha

Toutes interrogent la perception de l’espace dans lequel nous nous trouvons. Car l’espace est le matériau de prédilection de l’artiste. Ses œuvres l’intègrent et le transforment.

Hubert Duprat
L’œuvre d’Hubert Duprat prend sa source dans un questionnement critique des modalités de la création des objets d’art.


 

Events

Vintage world (Click on the title)

Yesterday, la chanson la plus reprise de tous les temps

 Si « Yesterday » des Beatles est la chanson la plus reprise et la plus jouée de tous les temps, elle n'était à l'origine qu'une... recette de cuisine. Comment transformer des oeufs brouillés en un des plus gros succès musicaux du XXe siècle ? Micmag vous dit tout... Lire la suite, ici.

Going out in Paris


Paris - Jusqu'au dimanche 13 mars 2022
Samuel Fosso

La Maison Européenne de la Photographie (MEP) présente, pour la première fois en France, une exposition rétrospective consacrée à Samuel Fosso réunissant plus de 300 tirages du dandy africain. Lire la suite, ici.


Maison européenne de la photographie
5-7 rue de Fourcy
Paris 4e
Métro : Saint-Paul ou Pont Marie
6 à 10 euros

News flash

Journée nationale contre le harcèlement scolaire

Depuis le 1er janvier 18 enfants se sont suicidés en France et, chaque année, plus de 700 000 élèves sont victimes de harcèlement scolaire soit près d'un enfant sur dix. En savoir plus, ici.

 
Une messe pour la mémoire d'un cruel dictateur
Le 20 nov 2021 jour de la mort du dictateur Franco a eu lieu une messe à Grenade où assistait le numéro du PP (parti de droite). Une droite qui refuse le travail de mémoire et une reconnaissance des fosses aux 110 000 assassinés
 
Un enregistrement inédit de Lennon mis aux enchères

Estimé entre 27 000 et 40 000 euros, une cassette audio avec un enregistrement inédit de John Lennon va être mise aux enchères à Copenhague le 28 septembre. Il y chante une œuvre inédite, réalisée en 1970 lors d’un séjour méconnu au Danemark.

 
Brésil-Le ministre de l'environnement fier acteur de la déforestation
Cynisme en politique ! Salles, l'ex ministre de l'environnement est un fier acteur pris la main dans le sac du déboisement amazonien pour enrichissement familial.
 
Le salon Livre Paris devient un Festival
En 2022, le Salon du livre change de nom et de formule. Il s'installera, du 21 au 24 avril, au Grand palais de Paris, mais aussi dans la proche couronne parisienne et, à terme, dans toute la France.