Damas - Docu Micmag TV

Comment était la Syrie avant la guerre ?

Çiva de Gandillac - 
Retour sur un pays avant une guerre désastreuse qui a fait plus de 100 000 morts. Mais comment était ce pays avant le déchirement ? En 2005, Beyrouth était sous tension. Impossible de sortir une caméra pour filmer. Je décidai de partir visiter la Syrie et je découvre tout un peuple. Vidéo.
En 2005, quelques mois après l'attentat qui avait tué le premier ministre Rafic Hariri, j'ai l'opportunité de visiter Beyrouth. La ville était sous tension. Impossible de sortir une caméra pour filmer. Je décidai, conseillé par des amis, de partir visiter le pays voisin et influent: la Syrie.Je découvre à  Damas un peuple très respectueux, comme l'impression de ne pas être étranger. Je sors ma caméra comme si de rien n'était . Personne n'y fait attention. A la grande mosquée des Omeyyades, je demande la permission de filmer. 

Les gardiens me l'accordent avec un large sourire. Je découvre un lieu de récréation pour les enfants, de sieste pour les hommes et de discussions pour les femmes. Seuls quelques groupes de Chiites iraniens très sérieux viennent la visiter et se recueillent bruyamment devant le tombeau d'Ali.Un guide leur conte l'Histoire de leur prophète, les femmes pleurent  et les hommes geignent  en l'honneur de leur idole. Hormis ce petit théâtre amusant

Il régnait dans cette majestueuse mosquée une atmosphère apaisante et bon enfant. 
J'ai voyagé à l'intérieur du pays. Dans chaque ville, le peuple syrien fut admirablement accueillant et respectueux. 
La seule réelle mésaventure vécue fut durant un trajet en bus entre Palmyre et Deir ez-Zor. Après avoir chopé une insolation doublée d'une intoxication alimentaire, brûlant de fièvre, comme l'impression de mourir, le bus est stoppé à un barrage de soldats. Je précise qu'à l'époque la guerre faisait rage en Irak. Contrôle d'identité. J'étais le seul étranger. Impossible de retrouver mon passeport! Résultat, le bus part sans moi. Je suis arrêté et mené illico presto dans le bureau du chef militaire. Le ventre tiraillé par mon intoxication alimentaire, la tête explosée par la fièvre, je cherche nerveusement mon passeport que je finis par retrouver. Trop tard, j'étais dans les mailles du filet. J'ai dû en anglais répéter mon nom de famille, la profession de mes parents, leur année de naissance, le nom de jeune fille de ma mère, pourquoi j'étais en Syrie etc...Pas une fois mais au moins 15 fois, c'est simple, ça a duré 3 heures. Mon interrogatoire répétitif était entrecoupé par des réfugiés irakiens défilant devant moi, à la bote du  chef militaire qui prenait un malin plaisir à déchirer leur laisser passer en me fixant droit dans les yeux avec délectation. A un moment, l'homme s'est levé, il m'a tendu la main et m'a dit: "Welcome to Syria! Enjoy your trip!"

A Alep, je fus surpris de découvrir des juifs syriens gays qui ont refusé que je les filme mais qui arboraient l'étoile de David

dans leur magasin de souvenirs. Ils m'expliquèrent qu'il existe encore un temple juif à Alep. Leur discrétion était la condition sinéquanone pour vivre tranquillement sans problème avec les autorités et les autres cultes. Alep a un des plus beau souk de Syrie. Je remarquai que les enfants travaillaient dur très jeune.

En bref, il régnait à cette époque une athmosphère très agréable tout en sachant que la plupart des syriens m'abordant étaient pour la grande majorité des espions du régime. Le système reposait à l'époque sur une auto surveillance et un système de délation organisée. La Syrie de cette époque était une dictature bien affichée, le portrait des Assad père et fils  placardés partout, à l'entrée des villes, à l'entrée des sites historiques. Toutefois,un calme apparent, une concorde civile semblaient fonctionner... De nombreux cultes cohabitaient avec harmonie. Bref,la Syrie était un pays agréable malgré la chape de plomb du régime en matière de politique et de droits de l'Homme. Des rumeurs couraient que la torture était monnaie courante dans les geôles de la capitale...Caméra à la main, aucun soldat, aucune personne ne m'a questionné sur mes intentions et sur l'objectif de ce travail...


Syrie avant la guerre par ouakthecat


 

Events

Vintage world (Click on the title)

"Imagine" de John Lennon, un hymne pacifiste mais utopiste

Le 8 décembre 1980, John Lennon était assassiné laissant derrière lui des dizaines de tubes, écrits et chantés avec ou sans les Beatles. Parmi eux, Imagine. Retour sur une chanson célébrée dans le monde entier. Un hymne pacifiste mais... utopiste. Lire la suite, ici.


Going out in Paris


Paris - Jusqu'au 12 juillet 2022
Gaudi

Le musée d’Orsay accueille la première grande exposition consacrée à Antoni Gaudí organisée en France à Paris depuis cinquante ans. Elle offre une nouvelle vision de l’artiste en tant que figure unique et singulière, un génie non isolé ayant exercé dans une Catalogne en plein bouleversements sociaux, politiques et urbanistiques. Pour en savoir plus, ici.

Musée d'Orsay
1, rue de la Légion d'Honneur Paris 7e



News flash

Des sommes colossales pour Basquiat
Jean-Michel BASQUIAT pèse à lui seul 14% du Marché de l’Art Contemporain mondial. Trois toiles remarquables de cet artiste ont dépassé cette année à Hong Kong les 35m$ chacune. Nouvelle place forte pour la vente des plus beaux Basquiat, Hong Kong fait désormais le bonheur des collectionneurs asiatiques,
 
Le Saint-Pétersbourg Festival Ballet contre la guerre

En tournée en France, le Saint-Petersbourg Festival Ballet observe, avant chaque représentation, une minute de silence avant de lancer le spectacle avec l'hymne national ukrainien.

 
Guerre en Ukraine
La statue de Vladimir Poutine retirée du musée Grévin. C'est la première fois que le musée retire un personnage en lien avec des événements historiques.
 
Un dessin de Dürer vendu 26 euros dans un vide-greniers

Estimée à plus de 8 millions d'euros, la « Vierge à l’enfant » d'Albrecht Dürer a été acquise en 2017, lors d'un vide-greniers, pour la modique somme de… 26 euros. Aujourd'hui, elle se trouve dans une galerie londonienne.

 
Journée nationale contre le harcèlement scolaire

Depuis le 1er janvier 18 enfants se sont suicidés en France et, chaque année, plus de 700 000 élèves sont victimes de harcèlement scolaire soit près d'un enfant sur dix. En savoir plus, ici.