Paris - Reportage

Debout dans l'Orchestre à République

Louise Logeart - 1er mai 2016
Un vent de liberté continue de souffler à la Nuit Debout. L’Orchestre debout a occupé la place de la République, hier soir, pour célébrer les un mois du mouvement dans un concert détonnant.

Un vent de liberté continue de souffler à la Nuit Debout. L’Orchestre debout a investi la place de la République hier malgré le froid, le vent et les interventions musclées de la veille qui n’ont pas réussi à faire taire les quelques 300 musiciens et 150 choristes, selon les syndicats – mais la police ?

Un collectif très organisé, un corpus choisi en collégialité et des répétitions par pupitre distillées aux quatre coins de la planète République. Et tout cela au milieu des cars de CRS, des bus, des bagnoles et des badauds. Bravo.

Pour fêter les un mois d’occupation de la place, ce mouvement composé d’amateurs et de professionnels a livré un grand moment de communion avec un public assis, calme et communiant. Au programme, la Symphonie du Nouveau Monde de Dvorak, l’Hymne à la joie de la symphonie n°9 de Ludwig van Beethoven et le Chœur des esclaves du Nabucco de Giuseppe Verdi. Cette demi-heure de concert s’est soldée par un Bella ciao improvisé avec le public.

Reportage dans la fosse

Faire tenir un Orchestre debout, aux codes institutionnalisés au milieu des revendications de liberté, qu’est-ce que c’est ? Il en faut, de la rigueur et de la folie pour mener ce projet. Un cycle de débats est d’ailleurs consacré à toutes ces questions.

Reportage dans la fosse. « T’es venue avec ton casque ? T’as bien fait, on sait jamais », me lance un hautboïste en désignant mon casque de vélo. Paré d’une lampe frontale qu’il m’envoie dans les yeux, il est tout occupé à accrocher des pinces à linge sur ses partitions imprimées quelques heures avant. « À l’arrache messieurs dames, pour votre bon plaisir ».

Beaucoup cherchent leurs camarades en levant leur instrument au ciel pour qu’on leur indique le chemin. « L’est où mon pupiiiiiitre, sont où mes amiiiiis », crie un trompettiste en se frayant un chemin dans l’orchestre, enjambant les boîtes d’instruments au sol.

« La testostérone, c’est là ! », lancent les cors et les trombones en désignant l’emplacement où s’est regroupé le chœur des basses.

Les cuivres débridés peuvent enfin jouer sans sourdine

Les sopranes, de l’autre côté de la place, chantent carrément face au public, dos au chef d’orchestre.

Une dame en fauteuil roulant enveloppée de couvertures a été placée au beau milieu de l’orchestre. « Maman, quand t’en as marre tu me dis, je remballe et on rentre à la maison, t’es sûre que ça va ? », lui demande régulièrement une violoniste grisée et grisonnante.

Le chef d’orchestre s’empare du mégaphone pour réciter l’ordre du programme, que les musiciens répètent en se tournant vers le public qui n’a rien entendu.

« Quoi, il veut qu’on joue plus fort ? Fallait le dire tout de suite ! Allez, on envoie là ! » Les cuivres débridés peuvent enfin jouer sans sourdine.

Un orchestre normal, avec des conversations tout à fait normales. Doigts engourdis par le froid, problèmes d’arthrose, blagues potaches et retrouvailles d’amis d’enfance. Une excellente prestation malgré des conditions de travail précaires.

 - À l’image de la profession ?


© Louise Logeart
Orchestre Debout
Place de la République
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
  • Répétition sur les bancs publics © Louise Logeart
  • © Louise Logeart
  • Choeur sopranes © Louise Logeart
  • © Louise Logeart
  • © Louise Logeart
  • © Louise Logeart
  • © Louise Logeart
  • © Louise Logeart
  • © Louise Logeart
  • © Louise Logeart
  • © Louise Logeart
  • © Louise Logeart
  • © Louise Logeart
  • © Louise Logeart
  • © Louise Logeart

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

Eventos

Mundo vintage (clicar no título)

La fève, un sujet de convoitise...

A l’origine, elle n’était qu’une légumineuse, noire ou verte, glissée dans une galette. Au fil du temps, en plastique ou porcelaine, elle a pris toutes sortes de formes. Aujourd’hui, la fève est un véritable objet de collection. D’où vient-elle ? Comment est-elle fabriquée ? Des réponses, ici.

Destaques de París

Edvard Munch. Un poème de vie, d’amour et de mort

L'exposition « Un poème de vie, d’amour et de mort » présentée au musée d'Orsay jusqu'au 22 janvier 2023, a pour ambition de montrer l’ampleur de l'oeuvre de Munch dans toute sa durée et sa complexité. Lire la suite, ici.



Notícias

Les combattants Théchènes Tik Tok en Ukraine
  • Au lieu de se battre en première ligne, les Kadyrovites  (fidèles de Kadyrov) ont tendance à publier des vidéos TikTok mises en scène de loin derrière les lignes ennemies. C'est pourquoi ils ont été surnommés "guerriers TikTok".

 
Jimi Hendrix bientôt en bande dessinée
Le 19 octobre paraîtra Kiss The Sky, une nouvelle bande dessinée - Mezzo (dessin, couleurs) et J.M. Dupont (scénario) sur le parcours de Jimi Hendrix.
 
Roy Orbison : pur rock
Ce documentaire présente un émouvant portrait de Roy Orbison, de ses proches et des artistes qui l'ont connu. Sur Arte le 5/08 et disponible en replay jusqu'au 13/12/22Roy Orbison : pur rock - De "Pretty Woman" à "Only the Lonely" : des tubes de légende - Regarder le documentaire complet | ARTE
 
Des sommes colossales pour Basquiat
Jean-Michel BASQUIAT pèse à lui seul 14% du Marché de l’Art Contemporain mondial. Trois toiles remarquables de cet artiste ont dépassé cette année à Hong Kong les 35m$ chacune. Nouvelle place forte pour la vente des plus beaux Basquiat, Hong Kong fait désormais le bonheur des collectionneurs asiatiques,
 
Le Saint-Pétersbourg Festival Ballet contre la guerre

En tournée en France, le Saint-Petersbourg Festival Ballet observe, avant chaque représentation, une minute de silence avant de lancer le spectacle avec l'hymne national ukrainien.