Europe - Lectures

Avec « Erasme », Jordi Savall perpétue le dialogue interculturel

Marie Torres - 5 août 2013
Plus de 600 pages, textes et illustrations, en sept langues (français, castellan, catalan, anglais, allemand, italien et néerlandais) et six CD, avec musique et citations, voilà ce que nous offre Jordi Savall avec son livre audio « Eloge de la folie d’Erasme ». Une petite merveille.

« Qu’est-ce-que la vie sans les plaisirs voluptueux ? Mérite-t-elle le nom de vie ? Y-a-t-il un jour dans la vie qui ne soit triste, désagréable, ennuyeux, dégoutant, fâcheux, à moins que je (la folie) ne m’en mêle et que je l’assaisonne de quelque plaisir ? »

Si l’œuvre du Néerlandais Erasme (1469/1536) est importante (une centaine d’écrits), c’est surtout son « Eloge de la folie » qui est restée dans nos mémoires.

C’est à cette œuvre, écrite en 1504, que le compositeur catalan Jordi Savall a donné une seconde vie en lui dédiant un bel et ambitieux ouvrage : plus de 600 pages, textes et illustrations, et six CD de musique et citations.

Erasme, le premier Européen

Pourquoi choisir l’œuvre d’Erasme ? Parce qu’elle reste un classique de notre culture. Parce que celui qu’on a surnommé le « Prince des humanistes », a été le premier penseur à se définir comme Européen, tenant des positions à contre-courant de son époque : pacifiste durant les pires heures des guerres de religion, il a été l’apôtre de la tolérance et de l’unité des chrétiens au temps de la division de l’Europe entre catholiques et protestants.

« Si, parmi les choses humaines, il en est une qu’il convient d’entreprendre avec hésitation, ou plutôt qu’il faut par tous les moyens fuir, conjurer, repousser, c’est assurément la guerre : rien n’est plus impie, plus funeste, plus largement destructeur, plus obstinément tenace, plus affreux ni plus complètement indigne de l’homme, pour ne pas parler du chrétien. Or il est étonnant de voir aujourd’hui comme on l’engage partout, à la légère, pour n’importe quelle raison, et comme on la fait avec cruauté et barbarie. » Des recommandations, des observations qui, malheureusement, sont plus que jamais d’actualité…

« Le devoir suprême de l’humanité est de devenir toujours plus humaine »

« Selon Erasme la tyrannie d’une idée est une déclaration de guerre à la liberté de l’esprit, ce pourquoi tout au long de sa vie il a refusé de prendre parti pour une idéologie ou une formation, il est convaincu qu’un homme de parti est obligé de croire, de penser et de sentir avec partialité. C’est pourquoi Erasme respecte toutes les idées tout en se refusant à reconnaître l’autorité d’aucun » nous dit Jordi Savall.

Et ce n’est donc pas un hasard si, parmi les auteurs cités (et lus) on retrouve Stefan Zweig avec, notamment des extraits de « Grandeur et décadence d’une idée » écrit en 1934. « Ce qui fera la gloire d’Erasme, vaincu dans le domaine des faits, ce sera d’avoir frayé littéralement la voie à l’idée humanitaire, à cette idée très simple et en même temps éternelle que le devoir suprême de l’humanité est de devenir toujours plus humaine, toujours plus spirituelle, toujours plus compréhensive. »

« Rendre le texte plus vivant et l’ouvrir au dialogue interculturel »

Pourquoi mêler la musique au texte ? « Pour le rendre plus vivant, pour l’ouvrir au dialogue interculturel » répond  Jordi Savall  Parmi les morceaux choisis, populaires et religieux de la Renaissance, on retrouve les compositeurs Johannes Vincenet, Jean d’Ockeghem, Josquin des Prez mais aussi des improvisations. Les interprètes de la plupart de ces pièces sont la Chapelle Royale de Catalogne et Jordi Savall et le groupe Hespèrion XXI, avec la participation de musiciens comme René Zosso, l’un des plus grands spécialistes d’instruments médiévaux ou encore le baryton Marc Mauillon.

Et, parmi les « récitants », des comédiens comme Josep Maria Pou,  Sílvia BelJordi Boixaderas, René Zosso…

Bien documenté, richement illustré, cet ouvrage est un témoignage de l'engagement constant de Jordi Savall pour des formes inédites de dialogue interculturel.
Marie Torres
Eramus Van Rotterdam
Eloge de la Folie
ALIA VOX

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

Eventos

Mundo vintage (clicar no título)

A l’origine, elle n’était qu’une légumineuse, noire ou verte, glissée dans une galette. Au fil du temps, en plastique ou porcelaine, elle a pris toutes sortes de formes. Aujourd’hui, la fève est un véritable objet de collection. D’où vient-elle ? Comment est-elle fabriquée ? Des réponses, ici.

Destaques de París

Cette rétrospective est la première grande exposition jamais consacrée en France au Gréco (1541-1614),né en Crète, formé en Italie et devenu célèbre en Espagne. Peintures, dessins, sculptures... au total près de 80 oeuvres sont présentées au Grand Palais jusqu'au 10 février prochain. Lire la suite, ici.

Notícias

Bowie donne son nom à une rue

Le 10 janvier, le maire du XIIIe arrondissement de Paris a confirmé qu'une rue prendrait le nom de David Bowie dans le quartier de la gare d'Austerlitz. Un vote est prévu en février.

 
Marbella, le paradis et l'enfer des narcos
Marbella,  refuge de milliardaires en Espagne, 6 assassinats en pleine rue en trois mois. Le dernier, un français de 60 ans. Guerre de clans de narcos ? La police est muette.
 
Le sous marin des narcos
Sur les côtes de Galice (Espagne), la police a repéré un sous marin chargé de 3000 kg de cocaïne pure estimé à plus de 100 millions d'euros. 2 personnes arrêtées et une autre en fuite. Une première en Europe. 
 
Mortel selfie
Selon une étude du All India Institute of Medical Sciences de 2018, les accidents de selfies ont fait 259 morts dans le monde entre octobre 2011 et novembre 2017.
 
"Bowie m'a montré son gros sexe pour me remercier d'une ligne de coke"
C'est ainsi que s'exprime dans son livre  Face it, la chanteuse Debbie Harry (74 ans aujourd'hui) du groupe Blondie. Elle termine par :"le sexe de David était je dois bien l'avouer impressionnant."