- Musique

Dropkick Murphys au Zénith : une fiesta endiablée sur fond de punk rock celtique !

Jean-Christophe Mary - 14 févruer 2023
Trois ans après leur dernier concert à Paris, le groupe de punk celtique originaire de Boston aux Etats-Unis faisait son grand retour dans la capitale pour deux soirs au zénith avec un nouveau show aussi enflammé que décoiffant. Retour sur la fiesta endiablée du vendredi 10 février.

Voilà très exactement trois ans que les américains n’avaient pas joué au zénith de Paris. Pour ceux qui ne les connaitraient pas les Dropkick Murphys se sont forgé la réputation d'être l'un des groupes de punk celtique les plus célèbres d'Amérique. Formé à la fin 90’s, ce groupe punk fougueux s’est mis à incorporer peu à peu dans son répertoire des instruments et des mélodies folkloriques irlandaises. Avec leurs textes qui racontent les problèmes de la classe ouvrière, la solidarité de la rue et l’euphorie joyeuse que l'on trouve au fond d'une bonne bouteille, les Murphys ont aussi bien conquis les fans de punk traditionnels et que les fêtards.

Pour cette nouvelle tournée européenne, le groupe de Boston proposait vendredi soir une nouvelle scénographie à grand renfort de cierges allumés, crucifix, bustes de la Madone, un écran géant et autres effets de carnaval.

Mais avant de les voir débarquer sur scène, le public a droit à deux premières parties avec, dès 19hh30, les excellents The Rumjacks. Faisant dans le rock celtique, les australiens réussissent très vite à capter l’attention du public avec leurs joyeux hymnes pop folk.

ces vieux briscards du punk californien savent s'y prendre pour chauffer une salle
et faire danser la foule

Pour la suite des réjouissances, les bostoniens avait fait appel à Pennywise. Comme toujours, ces vieux briscards du punk californien savent s'y prendre pour chauffer une salle et faire danser la foule. Les fans sont d’ailleurs nombreux au rendez-vous, reconnaissables grâce à leurs t-shirts.

A 21h, les Dropkick Murphys entrent en scène sur l’emblématique « Foggy Dew » de Charles O’Neill.

Visiblement très en forme et heureux d’être de retour à Paris, le gang irlandais débute le show à grands renfort de cotillons et serpentins sur le puissant « The State of Massachusetts » qui donne le ton pour la suite.

Sur « The Boys Are Back », issus de l’album éponyme (2012) le rythme punk OI s'accélère, pour le plus grand plaisir des spectateurs, tandis que le titre « Mick Jones Nicked My Pudding » illumine la foule grâce aux lights show survolant la tête du public dans la fosse. Le groupe joue soudé tandis que Ken Casey (chant) qui porte dans ses textes la voix des marginaux et des laissés-pour-compte, occupe l'ensemble de la gigantesque scène et n’hésite pas à s’avancer vers l’avant scène pour aller au plus proche des fans. Les rides et l’embonpoint sont bien visibles mais le chanteur qui n’a rien perdu de son charisme d’entertainer, semble prendre toujours autant de plaisir à chanter et haranguer le public même après 38 ans d’existence.

Suivent trois titres de l'incontournable dernier album, l’excellent « This Machine Still Kills Fascist : Ten Times More, The Last One » ou encore « All You Fonies ».

« Johnny, I Hardly Knew Ya » une chanson traditionnelle dénonçant les atrocités
de la guerre

Après avoir enchainer les hymnes « The Boys Are Back », « Barroom Hero », « Blood », « Prisoner's Song » et « Going Out in Style » repris en chœur par la foule sans oublier une magnifique version acoustique de « Skinhead on the MBTA » arrive le temps des reprises. Après « The Bonny de Gerry Cinnamon » et « The Fields of Athenry » de Pete St. John, deux relectures du folklore traditionnel soulignées de grosses guitares rock, les irlandais s’attaquent à un autre monument du folklore irlandais : « Johnny, I Hardly Knew Ya » une chanson traditionnelle dénonçant les atrocités de la guerre. Un hommage qui semble recueillir l’unanimité du public.

Surprise générale et cris de joie lorsque les sept musiciens entonnent « Going Out in Style » et l’immense « I'm Shipping Up to Boston ». Rendant le show encore plus fort, les Murphys prolongent ce moment unique à grand renfort de cotillons et de serpentins multicolores.

Après deux heures d’un set intensif et sans temps mort, arrivent les deux derniers morceaux du show avec les fameux « Rose Tattoo » et « Kiss Me, I'm Shitfaced » pour finir en apothéose. Le chanteur termine par la traditionnelle distribution de cadeaux aux spectateurs aux premiers rangs dans la fosse avant de nous saluer chaleureusement, comme un ultime remerciement. Ce soir le public ressort groogy d'un show punk hardcore et folk rock réglé au millimètre. Un show comme une véritable onde de choc qui a tout emporté tout sur son passage. Let’s go Murphys, Let’s go Murphys, Let’s go Murphys…


  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

Events

La morte amoureuse de Théophile Gautier

La morte amoureuse de Théophile Gautier au Théâtre Darius Milhaud

« Memories »

« Memories » de Philippe Lebraud et Pierre Glénat

Paul Klee, Peindre la musique

L’exposition numérique rend hommage aux deux passions de Klee, la musique et la peinture, et révèle les gammes pictural...

Alô !!! Tudo bem??? Brésil-La culture en déliquescence ! Un film de 1h08 mn

Photo extraite du film de Mario Grave - S'abonner sur notre canal Youtube  pour avoir accès à nos films :

Vintage world (Click on the title)

Jean Segura, collectionneur d'affiches de cinéma : « J'en possède entre 10 000 et 12 000 »

Journaliste scientifique, auteur de plusieurs ouvrages, concepteur du site ruedescollectionneurs, Jean Segura est aussi un passionné et un spécialiste de l'affiche de cinéma ancienne. Rencontre, ici.


Going out in Paris

« Loading, l'art urbain à l'ère numérique »

jusqu'au 21 juillet 2024 au Grand Palais Immersif


            


News flash

Madrid, 11 mars 2004

L'Espagne, mais aussi l'Union européenne, rendent un hommage solennel lundi aux 192 victimes de 17 nationalités assassinées il y a 20 ans à Madrid dans des attentats à la bombe qui marquèrent le début des attaques islamistes de masse en Europe.

 
Pablo Neruda a-t-il été empoisonné ?
Cinquante après, le Chili relance l'enquête sur la mort du poète et Prix Nobel de littérature survenue sous la dictature du général Pinochet. Cancer de la prostate ou empoisonnement ?
 
Paris 2024 : les bouquinistes ne seront pas déplacés
Paris 2024 : les bouquinistes des quais de Seine ne seront finalement pas déplacés pour la cérémonie d’ouverture des JO « Déplacer ces boîtes, c’était toucher à une mémoire vivante de Paris » a déclaré à l'AFP Albert Abid, bouquiniste depuis dix ans au quai de la Tournelle.
 
Sophie Calle et la mort !
Sophie Calle, artiste de renom, achète des concessions funéraires au USA en France et ailleurs. "J'achète des trous" dit -elle à propos de sa mort.
 
53 journalistes et proches de médias tués dans la guerre Israel- Hamas
Cinquante-trois journalistes et employés de médias ont été tués depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas, selon le dernier décompte du Comité pour la protection des journalistes (CPJ)