- Musique

Robbie Williams emporte 20.000 fans avec lui !

Jean-Christophe Mary - 25 mars 2023
Lundi 20 mars, le showman Robbie Williams remplissait l’Accor Arena pour ses 25 ans de carrière. Un spectacle titanesque, hyper énergique et visuel donné devant 20.000 fans conquis .

Vidés mais heureux, on croisait lundi soir sur le trottoir du boulevard de Bercy des milliers de fans engourdis par le vent, sortants tout juste du concert Robbie Williams. Que cherchaient-ils avec leurs yeux hagards ? Croiser le regard de quelqu'un pour échanger une émotion partagée ? Echanger des mots sur les deux heures de bonheur passés ensemble dans cet Accor Arena chauffée à blanc ?

Ce qui est sûr, c'est que personne n'était pressé de quitter l'entrée pour continuer la fête ailleurs. Revenons sur l’un des meilleurs concerts dans la déjà la longue carrière de l'artiste. A 20h00, les milliers d’afficionados sont sous le charme du duo electro Lufthaus. L'ambiance est détendue bonne enfant. Beaucoup de spectateurs sont venus en couple et parmi eux de nombreux fans britanniques.

A 21h00, la salle est plongée dans le noir. Sur les écrans, on aperçoi la pochette de l’album « XXV », où le chanteur pose nu un comme un clin d'oeil au « Penseur" de Rodin. Les cuivres et le groupe démarrent aux accords de « Hey Wow Yeah Yeah » dévoilant un Robbie Wiliams juché tout en haut de la scène au milieu des danseurs et des choristes. Moment d'émotion intense, moment libérateur pour ceux qui attendaient ce retour. L’artiste lance alors au public : « Bonsoir, je m’appelle Robbie Williams, ceci est mon cul et je suis amaaazing….» déclenchant un rire communicatif. Le ton est donné avec un humour so british, cette façon décontracté de ne pas se prendre au sérieux, d’être juste là pour le show, pour le fun. Voix assurée, sourire détendu, il nous envoie d’emblée de bonnes vibrations.

Le concert démarre comme un bolide lancé à tombeaux ouverts à travers une  floppée de tubes. Ainsi se succèdent « Let Me Entertain You », « Monsoon », « Strong » « « Come Undone ». Les fans connaissent les paroles sur le bout des doigts et en gradins, la majorité fans restera debout, à danser. Ce soir, le chanteur emporte tout le monde avec lui. Puis un premier changement de costume, où il enfile une veste dorée. Plein de fougue, il arpente l’avancée de scène, remonte puis redescend haranguant le public. Depuis 33 ans, s'il nous a maintes fois prouvé qu’il était un véritable entertainer, on est toujours surpris par ces interludes où il se confie.

Bien sûr le public savoure, se délecte de ses plaisanteries potaches. Car son show est construit à mi-chemin entre le concert, la revue de cabaret avec danseuses et le one man show, le tout dans un décors digne d’un casino de Las Vegas. Fort de son autodérision légendaire, il nous raconte ces fans à Hambourg qui auraient chercher à lui tripoter le sexe, interpelle deux spectatrices dans le public, les fait descendre des gradins pour les placer juste devant lui, avant de les faire monter sur scène pour danser avec elles. Comment ne pas tombé irrésistiblement sous son charme et sa gentillesse ? Véritable raconteurs d'histoires, Robbie Williams revient ses débuts avec Take That (qu'il tacle gentiment au passage !) montre le premier clip du groupe en faisant un arrêt image gros plan sur ses fesses ( il avait alors 16 ans), nous confie ses problèmes d'alcool et de drogues, rend hommage à Geri Halliwel, sa femme et ses 4 enfants et remercie plus que tout, le public, ce public qui lui aura maintes fois sauvé la vie. Entre ces interludes, les tubes défilent : « Do What U Like », « Could It Be », « Love My Life », « Eternity », «Candy », « Feel »,  «Kids », « Rock DJ ». Sans oublier les reprises de « Don't Look Back in Anger » (Oasis), « Land of 1000 Dances » (Wilson Pickett) et « The Flood » (Take That). Les fans se souviendront longtemps de la fin électrique. Un enchaînement de ballades tubesques, « No Regrets » « She's the One » et « Angels » aura fini d’’enflammer le public. Jusqu’à le mettre littéralement KO debout avec un ultime rappel a cappela des 19 titres qu’il aura livré ce soir. Un au revoir intense, main en l’air, pour saluer le public et de quitter la scène. Une fois de plus, Robbie Williams aura prouvé au public parisien qu’il reste un sacré showman.


  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

Events

La morte amoureuse de Théophile Gautier

La morte amoureuse de Théophile Gautier au Théâtre Darius Milhaud

« Memories »

« Memories » de Philippe Lebraud et Pierre Glénat

Paul Klee, Peindre la musique

L’exposition numérique rend hommage aux deux passions de Klee, la musique et la peinture, et révèle les gammes pictural...

Alô !!! Tudo bem??? Brésil-La culture en déliquescence ! Un film de 1h08 mn

Photo extraite du film de Mario Grave - S'abonner sur notre canal Youtube  pour avoir accès à nos films :

Vintage world (Click on the title)

Jean Segura, collectionneur d'affiches de cinéma : « J'en possède entre 10 000 et 12 000 »

Journaliste scientifique, auteur de plusieurs ouvrages, concepteur du site ruedescollectionneurs, Jean Segura est aussi un passionné et un spécialiste de l'affiche de cinéma ancienne. Rencontre, ici.


Going out in Paris

« Loading, l'art urbain à l'ère numérique »

jusqu'au 21 juillet 2024 au Grand Palais Immersif


            


News flash

Madrid, 11 mars 2004

L'Espagne, mais aussi l'Union européenne, rendent un hommage solennel lundi aux 192 victimes de 17 nationalités assassinées il y a 20 ans à Madrid dans des attentats à la bombe qui marquèrent le début des attaques islamistes de masse en Europe.

 
Pablo Neruda a-t-il été empoisonné ?
Cinquante après, le Chili relance l'enquête sur la mort du poète et Prix Nobel de littérature survenue sous la dictature du général Pinochet. Cancer de la prostate ou empoisonnement ?
 
Paris 2024 : les bouquinistes ne seront pas déplacés
Paris 2024 : les bouquinistes des quais de Seine ne seront finalement pas déplacés pour la cérémonie d’ouverture des JO « Déplacer ces boîtes, c’était toucher à une mémoire vivante de Paris » a déclaré à l'AFP Albert Abid, bouquiniste depuis dix ans au quai de la Tournelle.
 
Sophie Calle et la mort !
Sophie Calle, artiste de renom, achète des concessions funéraires au USA en France et ailleurs. "J'achète des trous" dit -elle à propos de sa mort.
 
53 journalistes et proches de médias tués dans la guerre Israel- Hamas
Cinquante-trois journalistes et employés de médias ont été tués depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas, selon le dernier décompte du Comité pour la protection des journalistes (CPJ)