- Musique

Royal Blood « Back to the Water Below » une solide collection de mélodies blues rock 2.0.

Jean-Christophe Mary - 24 octobre 2023
Après un départ foudroyant en 2014 avec un premier album éponyme consolidé par les excellents "How Did We Get So Dark? " (2017) et «Typhoons » (2022), le duo de Brighton enfonce le clou avec « Back to the Water Below » un album massif et puissant à la signature blues rock 2.0

Dès la sortie de leur premier album éponyme en 2014, le succès du duo britannique a été foudroyant. Rapidement numéro 1 en Grande-Bretagne, atteignant le top 20 dans douze pays et se vendant à plus d'un million d'exemplaires, Mike Kerr (chanteur, bassiste) et Ben Thatcher (batteur) ont fait les premières parties des Foo Fighters, recevant des mains de Jimmy Page le Brit Award du meilleur groupe anglais en 2015. Dans le sillage de leurs trois premiers album « Back to the Water Below » enfonce le clou d’un rock percutant entre rock blues, rock stoner et ballades pop au piano. Après une incursion dans l’electro disco des sonorités électroniques mêlées au rock avec des rythmiques dansantes taillées pour les dance floor de leur précédent Tycoon la grande nouveauté de cet album est le retour vers un rock brut.

Formation réduite à seulement deux instruments, les Royal Blood s’imposent avec cette batterie percutante et cette basse au son fortement déformé qui donne l'intensité mélodique à la voix émotive de Kerr. L’album démarre par « Mountains At Midnight » et son riff de guitare fuzz boosté par une rythmique syncopée, une signature que l’on retrouvera tout au long de ces 10 plages. Multiplications des effets sonores, empilage successif de riffs de basses surdimensionnés, roulements de fûts à gogo, le résultat nous laisse chaos, sous le choc de cet univers aux voix polyphoniques qui s’envolent haut dans les aigües. Vous l’aurez compris voici des chansons musclées inspirées par les ainés Muse, les Queens Of The Stone Age ou The Black Keys. Sans pour autant tombé dans le piège du clonage, les Royal Blood possèdent un son bien à eux, immédiatement identifiable. Le second titre « Shiner In The Dark » est puissant et addictif, martelé pied au plancher.

C’est lourd, massif, puissant, on en prend plein les oreilles. La suite est une succession de tubes en puissance, le tout enrobé de choeurs de guitares fuzz en 3D et de parties de synthés discrets. « Tell Me When It’s Too Late », « How Many More Times » ou « Triggers » sont de belles cathédrales sonores dotées de refrains accrocheurs. On apprécie la présence du piano qui apporte une touche de douceur et de raffinement sur les ballades « Pull Me Through », « The Firing Line » et plus particulièrement sur « There Goes My Cool », en forme d'hommage à Queen et aux Beatles.

Tout au long des 10 titres la basse est jouée comme d’une guitare électrique, dissone de toute part, les rythmiques hypnotiques et répétitives échafaudent un mur de son impressionnant, savamment amplifié à partir d’amplis de guitare, d’amplis de basse et de multiples effets sonores. L’album se conclue par « Waves » un hymne au chant mélodieux et accrocheur qui sera vite repris en chœur dans les salles dans les prochains mois. « Back to the Water Below » est une fontaine de jouvence pour ceux qui aiment les belles mélodies et les déflagrations soniques rock stoner 90’

jean-Christophe Mary pour www.micmag.net
Royal Blood
« Back to the Water Below »
CD 15,99 euros / Vinyle 23,99 euros

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

Events

La morte amoureuse de Théophile Gautier

La morte amoureuse de Théophile Gautier au Théâtre Darius Milhaud

« Memories »

« Memories » de Philippe Lebraud et Pierre Glénat

Paul Klee, Peindre la musique

L’exposition numérique rend hommage aux deux passions de Klee, la musique et la peinture, et révèle les gammes pictural...

Alô !!! Tudo bem??? Brésil-La culture en déliquescence ! Un film de 1h08 mn

Photo extraite du film de Mario Grave - S'abonner sur notre canal Youtube  pour avoir accès à nos films :

Vintage world (Click on the title)

Jean Segura, collectionneur d'affiches de cinéma : « J'en possède entre 10 000 et 12 000 »

Journaliste scientifique, auteur de plusieurs ouvrages, concepteur du site ruedescollectionneurs, Jean Segura est aussi un passionné et un spécialiste de l'affiche de cinéma ancienne. Rencontre, ici.


Going out in Paris

« Loading, l'art urbain à l'ère numérique »

jusqu'au 21 juillet 2024 au Grand Palais Immersif


            


News flash

Madrid, 11 mars 2004

L'Espagne, mais aussi l'Union européenne, rendent un hommage solennel lundi aux 192 victimes de 17 nationalités assassinées il y a 20 ans à Madrid dans des attentats à la bombe qui marquèrent le début des attaques islamistes de masse en Europe.

 
Pablo Neruda a-t-il été empoisonné ?
Cinquante après, le Chili relance l'enquête sur la mort du poète et Prix Nobel de littérature survenue sous la dictature du général Pinochet. Cancer de la prostate ou empoisonnement ?
 
Paris 2024 : les bouquinistes ne seront pas déplacés
Paris 2024 : les bouquinistes des quais de Seine ne seront finalement pas déplacés pour la cérémonie d’ouverture des JO « Déplacer ces boîtes, c’était toucher à une mémoire vivante de Paris » a déclaré à l'AFP Albert Abid, bouquiniste depuis dix ans au quai de la Tournelle.
 
Sophie Calle et la mort !
Sophie Calle, artiste de renom, achète des concessions funéraires au USA en France et ailleurs. "J'achète des trous" dit -elle à propos de sa mort.
 
53 journalistes et proches de médias tués dans la guerre Israel- Hamas
Cinquante-trois journalistes et employés de médias ont été tués depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas, selon le dernier décompte du Comité pour la protection des journalistes (CPJ)