- Musique

THE BLACK KEYS Ohio Players : leur nouvel album vous harponne dès les premières notes !

Jean-Christophe Mary - 27 avril 2024
A peine sortis de la tournée mondiale de « Delta Kream » en hommage aux légendes du blues du Mississippi le duo d’Akron, Ohio, revient avec 14 titres blues rock soul envoûtant aux couleurs très pop., tout ce qui fait la marque de fabrique du groupe.

Jamais à court d'idées et d’énergie, Dan Auerbach (chant, guitares) et Patrick Carney (batterie) se sont enfermés dans leur studio de Nashville entourés d’invités triés sur le volet. Le résultat : « Ohio Players » soit 14 titres retro futuristes aussi joyeux que sales et débridés où les mélodies pop trônent au milieu d’ ingrédients funk soul rock blues vintage du meilleur goût. Important de pérciser aussi que le titre de ce nouvel album est un clin d’œil au groupe funk 60’s 70’s, les Ohio Players, qui étaient originaires du même état que les Black Keys.

on ne trouve que des titres originaux

Sur le précèdent Delta Kream, album qui nous a permis de (re)découvrir ces artistes oubliés que sont Junior Kimbrough, RL Burnside, John Lee Hooker ou Mississippi Fred McDowell, on avait vu à quel point le son Black Keys pouvait être brut, sale et rustique. Sur ce nouvel opus, hormis une reprise du « Forgot to Be Your Lover » de William Bell and Booker T. Jones, on ne trouve que des titres originaux bâtis à partir du son pop pétillant qui est leur signature depuis les débuts.

Dan Auerbach (guitare) et Patrick Carney (batterie) ont enregistré des chansons pop organiques qui prennent solidement appui sur des rythmiques groovy bâties autour du blues, soul et du R&B et du rock & roll vintage. Cette couleur pop est rehaussée d’un empilage de voix très réussi dans la lignée des Beatles, Beach Boys et des groupes funk soul des 70’s. C’est un réel plaisir que de retrouver le compositeur Dan Auerbach, un plaisir non feint d’écouter sa voix truffée d’overdubs et d’effets spéciaux, de l’entendre marteler sa pédale fuzz et dégainer ses riffs de tueur comme il le fait si bien depuis leur premier « The Big Come Up »(2002).

Les deux copains élaborent leur musique avec une recette toute simple : des sons de guitares fuzz et pour les couplets, qui mettent en valeur le lyrisme des voix pour finir par des guitares power pop gonflées rock. Dès le morceau d'ouverture, co-écrit avec Beck, ça commence fort. La mélodie de « This Is Nowhere » parait fragile et puissante à la fois quand les harmonies vocales semblent planer en apesanteur au-dessus de la toile rock vintage. Mélange de force et de volupté sucrée, la production scintillante de « Don’t Let Me Go » possède un dynamisme moderne, et une sensibilité résolument rétro porté par une batterie martelée et un refrain catchy. C’est la signature Black Keys par excellence. Co-produit avec Dan The Automator, « Beautiful People (Stay High) » marque un retour aux sources de la soul britannique et du R&B 90’s et nous rappelle les productions dansantes des Happy et autres Stereo MC’s.

Résultat, on l’écoute en boucle,
encore et encore

Dan Auerbach
nous prend par surprise quand il monte tout là-haut dans haut les aigües avec une surprenante voix de falsetto. Derrière un tempo lent et régulier, « Only Matters » et « I Forgot to Be Your Lover » paraissent fragiles et puissantes à la fois quand les harmonies vocales semblent planer en apesanteur au-dessus de cette toile sonore rock blues psychédélique à la fois souple et rugueuse. Ecoutez « Only Matters ». Difficile de décrocher, de passer au titre suivant tant la construction couplet refrain est totalement envoûtante. Résultat, on l’écoute en boucle, encore et encore. Le reste de l’album est calibré sur le même modèle: les guitares télescopent les rythmiques syncopées sur des tourneries entêtantes. On craque aussi pour ces ballades aux harmonies pop totalement accrocheuses comme le frais et sautillant « You’ll Pay », « On the Game » avec ici l’appui de Noel Gallagher aux guitares.

Plus surprenantes mais intéressantes, ces incursions dans le hip-hop avec deux titres « Candy and Her Friends » et « Paper Crown ». La fusion des guitares voix sur « Read Em and Weep » capture de manière sensible l’essence même du blues et du garage rock. Il en va de même du « Please Me (Till I’m Satisfied) » où les guitares ferraillent autour de la voix déchirante de Dan Auerbach.

En conclusion, « Ohio Players » est un album qui combine les expériences musicales bien au-delà du cadre rock vintage et pop traditionnel. L'une des bandes son idéales de l’été 2024.

Jean-Christophe Mary pour www.micmag.net
THE BLACK KEYS
Ohio Players
CD 16,99 euros / Vinyle 26,99 euros

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

Events

La morte amoureuse de Théophile Gautier

La morte amoureuse de Théophile Gautier au Théâtre Darius Milhaud

« Memories »

« Memories » de Philippe Lebraud et Pierre Glénat

Paul Klee, Peindre la musique

L’exposition numérique rend hommage aux deux passions de Klee, la musique et la peinture, et révèle les gammes pictural...

Alô !!! Tudo bem??? Brésil-La culture en déliquescence ! Un film de 1h08 mn

Photo extraite du film de Mario Grave - S'abonner sur notre canal Youtube  pour avoir accès à nos films :

Vintage world (Click on the title)

Jean Segura, collectionneur d'affiches de cinéma : « J'en possède entre 10 000 et 12 000 »

Journaliste scientifique, auteur de plusieurs ouvrages, concepteur du site ruedescollectionneurs, Jean Segura est aussi un passionné et un spécialiste de l'affiche de cinéma ancienne. Rencontre, ici.


Going out in Paris

« Loading, l'art urbain à l'ère numérique »

jusqu'au 21 juillet 2024 au Grand Palais Immersif


            


News flash

Madrid, 11 mars 2004

L'Espagne, mais aussi l'Union européenne, rendent un hommage solennel lundi aux 192 victimes de 17 nationalités assassinées il y a 20 ans à Madrid dans des attentats à la bombe qui marquèrent le début des attaques islamistes de masse en Europe.

 
Pablo Neruda a-t-il été empoisonné ?
Cinquante après, le Chili relance l'enquête sur la mort du poète et Prix Nobel de littérature survenue sous la dictature du général Pinochet. Cancer de la prostate ou empoisonnement ?
 
Paris 2024 : les bouquinistes ne seront pas déplacés
Paris 2024 : les bouquinistes des quais de Seine ne seront finalement pas déplacés pour la cérémonie d’ouverture des JO « Déplacer ces boîtes, c’était toucher à une mémoire vivante de Paris » a déclaré à l'AFP Albert Abid, bouquiniste depuis dix ans au quai de la Tournelle.
 
Sophie Calle et la mort !
Sophie Calle, artiste de renom, achète des concessions funéraires au USA en France et ailleurs. "J'achète des trous" dit -elle à propos de sa mort.
 
53 journalistes et proches de médias tués dans la guerre Israel- Hamas
Cinquante-trois journalistes et employés de médias ont été tués depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas, selon le dernier décompte du Comité pour la protection des journalistes (CPJ)