- Lire

Pressing : de sueur, de sang et de sexe !

Jean-Christophe Mary - 11 janvier 2020
"Pressing" est une autobiographie sincère et émouvante, dans laquelle Philippe d'Anière, l’ex-batteur du groupe Starshooter, se dévoile en toute intimité.

Ce récit, Pressing, nous ouvre grand la porte de la vie hors norme de Philippe d'Anière alias Phil Pressing , l’ex-batteur de Starshooter. Les motivations, les démons, l’angoisse et les joies, mais aussi les craintes, les espoirs et les rêves, tout ce qui a façonné l’homme au cours de ces quarante dernières années est raconté ici au travers de mots d’une étonnante franchise. 

De ses écrits sur Facebook, on connaissait déjà l’esprit gouailleur, la dérision, l'humour provocateur de l'homme. Ces derniers mois, en livrant ça et là quelques extraits dans ses posts, il nous avait fait une promesse, celle de ne rien cacher au lecteur. Pari tenu. Philippe D'Anière démarre sa "story" par son arrivée dans le Los Angeles des 80’s, avec juste 300 dollars en poche. Au cours des vingt six chapitres, il nous dévoile des anecdotes, toutes plus croustillantes les unes que les autres

Originaire de Lyon « capitale de la gastronomie et du rock », Philippe d’Anière raconte les années Starshooter bien sûr, mais aussi sa bijouterie éphémère cours Emile Zola, le vieux Lyon branché des 70’s avec ses personnages haut en couleur où l'on croise : des macs, des prostituées, des figures de la politique locale, Michel Noir, Pierre Botton, des figures du milieu industriel, Emile Veron (patron des petites voitures Majorette) ou des caïds tels Gaetan Zampa. A Los Angeles, il rapporte ses années de succès dans le business du jean puis sa descente aux enfers, le suicide de sa compagne Kiki , la prison, la vie de semi clodo sur un bateau sans vitres ou livrer des camping cars aux USA, puis la remontée en surface avec son florissant business de bateaux. 

Avec la franchise qu’on lui connaît, il relate en détails ses anges, ses démons, la cocaïne bien sûr, le sexe omniprésent au fil des pages. Puis, c'est un flashback sur ses années Lycée celui des Chartreux à Lyon « C’est une peu comme la prison St Paul », les années Starshooter où le pognon des maisons de disques coule à gogo, l’émotion retenue quand il reçois par la poste le 1er 45 t du groupe « Quelle Crise Baby », les arnaques dans le business du jean, ne cache rien du suicide de Kiki l’amour de sa vie retrouvée pendue. Ici l’écriture est souvent vibrante, mordante comme chez Céline cernée de violence, tissée de désespérance, une écriture parfois sombre, semblable aux personnages de Zola avec la misère sociale comme ce voyageur de commerce à qui il offre sa maitresse du moment dans un hôtel lyonnais où ces taulards californiens qui nettoient les highway. 

Pour les puristes, son écriture cash et directe peut faire pour figure de parent pauvre, d'atteinte aux bonnes mœurs littéraires. Ce style, c’est son style. Ce n'est un secret pour personne : la richesse de la langue n'est jamais mieux servie que lorsqu'elle est plurielle, mouvante, protéiforme. Derrière, le côté gros dur, on sent souvent la faille de l’homme. Forcement, Phil Pressing est touchant quand il parle de la mort des trois femmes de sa vie dans le chapitre « Crying » : sa grand mère, sa compagne Kiki et sa mère. A chaque page, ça sent les nuits « d’usine dans les vapeurs des presses des jeaneries », les liasses de billets verts, les lignes de coke et le sexe . « Lorsque j’étais batteur de Starshooter je croyais vivre les années les plus rock de ma vie….c’est après que ma vie est devenue vraiment Punk ». Voilà. Maintenant lecteur, à toi de jouer.

Jean-Christophe Mary pour www.micmag.net
Pressing
Philippe d'Anière
Editeur : PRESSING EDITIONS (25 octobre 2019)
19,80 euros

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

Events

Vintage world (Click on the title)

A l’origine, elle n’était qu’une légumineuse, noire ou verte, glissée dans une galette. Au fil du temps, en plastique ou porcelaine, elle a pris toutes sortes de formes. Aujourd’hui, la fève est un véritable objet de collection. D’où vient-elle ? Comment est-elle fabriquée ? Des réponses, ici.

Going out in Paris

Cette rétrospective est la première grande exposition jamais consacrée en France au Gréco (1541-1614),né en Crète, formé en Italie et devenu célèbre en Espagne. Peintures, dessins, sculptures... au total près de 80 oeuvres sont présentées au Grand Palais jusqu'au 10 février prochain. Lire la suite, ici.

News flash

Bowie donne son nom à une rue

Le 10 janvier, le maire du XIIIe arrondissement de Paris a confirmé qu'une rue prendrait le nom de David Bowie dans le quartier de la gare d'Austerlitz. Un vote est prévu en février.

 
Marbella, le paradis et l'enfer des narcos
Marbella,  refuge de milliardaires en Espagne, 6 assassinats en pleine rue en trois mois. Le dernier, un français de 60 ans. Guerre de clans de narcos ? La police est muette.
 
Le sous marin des narcos
Sur les côtes de Galice (Espagne), la police a repéré un sous marin chargé de 3000 kg de cocaïne pure estimé à plus de 100 millions d'euros. 2 personnes arrêtées et une autre en fuite. Une première en Europe. 
 
Mortel selfie
Selon une étude du All India Institute of Medical Sciences de 2018, les accidents de selfies ont fait 259 morts dans le monde entre octobre 2011 et novembre 2017.
 
"Bowie m'a montré son gros sexe pour me remercier d'une ligne de coke"
C'est ainsi que s'exprime dans son livre  Face it, la chanteuse Debbie Harry (74 ans aujourd'hui) du groupe Blondie. Elle termine par :"le sexe de David était je dois bien l'avouer impressionnant."