- Lire

La maison noire, un polar sanglant et atypique

Marie Torres - 2 février 2024
Après le succès de "La leçon du mal", Yûsuke Kishi revient avec "La maison noire", un polar terrifiant sur les excès et les débordements de la société japonaise. C'est noir, très noir même mais ça nous tient en haleine jusqu'à la dernière page.

"Apprendre la mort de personnes dont il ne savait même pas qu'elles avaient existé. Il y avait plus plaisant comme manière de commencer la journée."

Et pourtant, c'était le quotidien de Shinji Wakatsuki : lire et vérifier les avis de décès. Car, depuis plusieurs années, il travaillait dans un cabinet d'assurances. Et, si dans ses débuts, il était au Département des investissements, il avait été muté l'année précédente au Département vie où il s'assurait qu'il n'y avait pas d'incohérences dans les déclarations de décès qu'il recevait avant de débloquer les fonds qui revenaient aux bénéficiaires des contrats. Et, malheureusement, les arnaques et les fausses déclarations étaient nombreuses. C'est pourquoi Wakatsuki était si vigilant
.
Un jour, un certain Komoda lui demande de se déplacer pour un constat dans sa maison. Une maison lugubre où il flotte une drôle d'odeur et où Wakatsuki découvre avec horreur le corps d'un enfant qui se balance au bout d'une corde.

Un suicide ? Un crime ? Wakatsuki sait ce que certaines personnes sont capables de faire pour obtenir un dédommagement. Mais tuer son propre enfant pour de l'argent, inconcevable ? Et pourtant...

"Devant le corps de son propre fils, il [Komoda] se contentait de le regarder lui, pour épier ses réactions. Il n'y avait pas la moindre parcelle d'émotion à lire sur son visage."

Parce qu'il n'aime pas ne pas comprendre, parce qu'il n'aime pas abandonner, Wakatsuki se lance dans une enquête qui va le conduite aux confins de la noirceur de l'âme humaine...

L'auteur, Yūsuke Kishi, a commencé sa carrière d'écrivain après avoir travaillé pour une compagnie d'assurance-vie pendant plusieurs années et a remporté deux fois le Prix de l'Association d'horreur du Japon... Autant dire qu'il connait parfaitement bien "son sujet" et qu'il est parfait dans son domaine. Alors si vous aimez les polars bien sombres, "La maison noire" vous comblera. Une histoire, hors norme, étrange et surtout très addictive...

Marie Torres pour www.micmag.net
La maison noire
Yûsuke Kishi
Traduction Diane Durocher
Editions Belfond, Janvier 2024
22 euros

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

Events

La morte amoureuse de Théophile Gautier

La morte amoureuse de Théophile Gautier au Théâtre Darius Milhaud

« Memories »

« Memories » de Philippe Lebraud et Pierre Glénat

Paul Klee, Peindre la musique

L’exposition numérique rend hommage aux deux passions de Klee, la musique et la peinture, et révèle les gammes pictural...

Alô !!! Tudo bem??? Brésil-La culture en déliquescence ! Un film de 1h08 mn

Photo extraite du film de Mario Grave - S'abonner sur notre canal Youtube  pour avoir accès à nos films :

Vintage world (Click on the title)

Jean Segura, collectionneur d'affiches de cinéma : « J'en possède entre 10 000 et 12 000 »

Journaliste scientifique, auteur de plusieurs ouvrages, concepteur du site ruedescollectionneurs, Jean Segura est aussi un passionné et un spécialiste de l'affiche de cinéma ancienne. Rencontre, ici.


Going out in Paris

« Loading, l'art urbain à l'ère numérique »

jusqu'au 21 juillet 2024 au Grand Palais Immersif


            


News flash

Madrid, 11 mars 2004

L'Espagne, mais aussi l'Union européenne, rendent un hommage solennel lundi aux 192 victimes de 17 nationalités assassinées il y a 20 ans à Madrid dans des attentats à la bombe qui marquèrent le début des attaques islamistes de masse en Europe.

 
Pablo Neruda a-t-il été empoisonné ?
Cinquante après, le Chili relance l'enquête sur la mort du poète et Prix Nobel de littérature survenue sous la dictature du général Pinochet. Cancer de la prostate ou empoisonnement ?
 
Paris 2024 : les bouquinistes ne seront pas déplacés
Paris 2024 : les bouquinistes des quais de Seine ne seront finalement pas déplacés pour la cérémonie d’ouverture des JO « Déplacer ces boîtes, c’était toucher à une mémoire vivante de Paris » a déclaré à l'AFP Albert Abid, bouquiniste depuis dix ans au quai de la Tournelle.
 
Sophie Calle et la mort !
Sophie Calle, artiste de renom, achète des concessions funéraires au USA en France et ailleurs. "J'achète des trous" dit -elle à propos de sa mort.
 
53 journalistes et proches de médias tués dans la guerre Israel- Hamas
Cinquante-trois journalistes et employés de médias ont été tués depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas, selon le dernier décompte du Comité pour la protection des journalistes (CPJ)