- Musique

Orchestral ManoeuvRes in the Dark "Bauhaus Staircase",une cathédrale sonore synthpop sur grand écran

Jean-Christophe Mary - 19 février 2024
C’est avec un plaisir extrême que l’on apprend le retour d'Orchestral Manoeuvres in the Dark. Retour d’autant plus satisfaisant que le bien nommé « Bauhaus Staircase » reprend l’histoire là où il l’avait laissé, autrement dit juste après le fabuleux « The Punishment of Luxury ».

En quarante-trois ans, Orchestral Manœuvres in the Dark a créé une œuvre pop vaste ambitieuse avec large éventail styles à base d’electro, de pop rock, post-punk, dance-rock et autres courants new wave.

Au milieu des 90’s, ils sont devenus des figures incontournables du grand public tout en restant fidèle au public de la scène underground. Depuis les débuts en 1979, le duo a sorti une série d'albums salués par la critique, dont les célèbres Orchestral Manoeuvres in the Dark et Organisation (1980), Architecture & Morality (1981) suivi de Junk Culture (1984) et Crush (1985) autant plébiscités par les fans que par la presse musicale. Le duo qui s'était dissout en 1989 ( laissant Andy McCluskey seul aux commandes un peu plus de 15 ans !) s'était reformé en 2006 pour revenir avec le brillant History of Modern (2010) puis The Punishment of Luxury (2017). En publiant aujourd’hui ce 14e album studio, le duo persiste et signe dans une voie, toujours aussi charnelle qu'organique. La preuve par Bauhaus Staircase  et sa nouvelle collection de chanson où les synthés analogiques et machines robotiques livrent toute leur humanité. Dès le morceau d'ouverture Bauhaus Staircase  -qui donne son nom à l’album- la patte sonore d'OMD transparaît de manière évidente avec cette structure architecturale en forme de boucle cyclique au groove haletant.

Le duo construit, innove et dessine les lignes d’une synthpop mélodique dont ils ont seul le secret, une pop synthétique qui renvoie avec nostalgie à une époque révolue, celle des 80’s. Anthropocene enfonce le clou avec ses basses dansantes, ses claviers bondissants, un titre qui fera assurément la joie des playlists Spotify, Deezer. On retrouve ici le côté expérimental des débuts, cet échafaudage sonore influencé par Kraftwerk avec ce rythme qui martèle, porté par une voix de synthèse vocale qui entonne des statistiques sur l’expansion rapide de la population terrestre.

Balade dansante et accrocheuse Look at You Now et son refrain à l’envolée triomphante portée par un synthé majestueux, est un attrape cœur qui vous pénètre le cerveau pour ne plus y ressortir. Dans cette immense cathédrale sonore, GEM est une messe païenne où toutes les divinités electro 80’s, de Kraftwerk à Gary Numan, The Human League en passant par Ultravox et ABC seraient invités à s’unir. Where We Started est une balade hypnotique lumineuse qui nous rappelle le côté innovant que le duo créait dans les 80’s. Sublimé par la voix de McCluskey, Veruschka est une balade intemporelle qui nous berce doucement de son ambiance hypnotique, nous ouvre la porte de rêves merveilleux et aquatiques, une sorte de plongée sous marine, avec ces notes de synthés cristallines, ces sonorités légères qui sont autant de petites bulles d’air qui voguent au gré de l’instant. Sorte de pop glam synthétique joyeuse et brutale, Slow Train nous tire de notre rêve pour nous happer avec cette basse rugueuse et ces voix chuchotées dans l’esprit de Marc Bolan (T. Rex). Un titre d’une belle puissance qui devrait lui aussi faire des ravages sur les dancefloors. Le pétillant pop disco Don't Go aux faux airs de ABBA renvoie aux 90's, époque durant laquelle le groupe avait orienté son univers vers une pop beaucoup plus dansante.

Dans le percutant Kleptocratie  (qui aurait être écrit par Alphaville !) OMD pointe la corruption aux États-Unis et en Russie. Tout au long l’album, les deux compères conjuguent leurs multiples influences 80’s dans cette bande son à l'atmosphère unique où viennent se greffer basses electro, pulsations électro saccadées et autres sons surprenants. Mais leur musique est surtout construite avec intelligence et prend le parti du son aux couleurs du plaisir. Derrière l’apparente coolitude, il y a de l'ordre et de la rigueur, derrière les algorithmes, une présence charnelle. Basses monumentales, arrangements luxuriants et voix alléchantes, la musique d'Orchestral Manoeuvres in the Dark demeure une infernale machine à danser. Et nous, on est ravi.

Jean-Christophe Mary pour www.micmag.net
"Bauhaus Staircase"
Orchestral Manoeuves in the Dark

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

Eventos

La morte amoureuse de Théophile Gautier

La morte amoureuse de Théophile Gautier au Théâtre Darius Milhaud

« Memories »

« Memories » de Philippe Lebraud et Pierre Glénat

Paul Klee, Peindre la musique

L’exposition numérique rend hommage aux deux passions de Klee, la musique et la peinture, et révèle les gammes pictural...

Alô !!! Tudo bem??? Brésil-La culture en déliquescence ! Un film de 1h08 mn

Photo extraite du film de Mario Grave - S'abonner sur notre canal Youtube  pour avoir accès à nos films :

El mundo del vintage

Jean Segura, collectionneur d'affiches de cinéma : « J'en possède entre 10 000 et 12 000 »

Journaliste scientifique, auteur de plusieurs ouvrages, concepteur du site ruedescollectionneurs, Jean Segura est aussi un passionné et un spécialiste de l'affiche de cinéma ancienne. Rencontre, ici.


Salir en Paris (Pincha en el título)

« Loading, l'art urbain à l'ère numérique »

jusqu'au 21 juillet 2024 au Grand Palais Immersif


            


Ultima hora

Madrid, 11 mars 2004

L'Espagne, mais aussi l'Union européenne, rendent un hommage solennel lundi aux 192 victimes de 17 nationalités assassinées il y a 20 ans à Madrid dans des attentats à la bombe qui marquèrent le début des attaques islamistes de masse en Europe.

 
Pablo Neruda a-t-il été empoisonné ?
Cinquante après, le Chili relance l'enquête sur la mort du poète et Prix Nobel de littérature survenue sous la dictature du général Pinochet. Cancer de la prostate ou empoisonnement ?
 
Paris 2024 : les bouquinistes ne seront pas déplacés
Paris 2024 : les bouquinistes des quais de Seine ne seront finalement pas déplacés pour la cérémonie d’ouverture des JO « Déplacer ces boîtes, c’était toucher à une mémoire vivante de Paris » a déclaré à l'AFP Albert Abid, bouquiniste depuis dix ans au quai de la Tournelle.
 
Sophie Calle et la mort !
Sophie Calle, artiste de renom, achète des concessions funéraires au USA en France et ailleurs. "J'achète des trous" dit -elle à propos de sa mort.
 
53 journalistes et proches de médias tués dans la guerre Israel- Hamas
Cinquante-trois journalistes et employés de médias ont été tués depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas, selon le dernier décompte du Comité pour la protection des journalistes (CPJ)