Brésil - Dossier

SOCIÉTÉ - Le Brésil est-il vraiment une "démocratie raciale" ?

Lepetitjournal.com - 16 septembre 2014
Dans une étude publiée vendredi dernier, l’ONU considère que le racisme au Brésil est "structurel et institutionnel", imprègne toutes les sphères de la société et son existence est "niée" par une partie de la population. Qu'en est-il réellement ?
L'avocate brésilienne Miran Andrade Veloso et Camille, sa fille adoptive (Agência B

Aborder la question raciale au Brésil est une entreprise complexe, ambigüe et non sans conséquences, surtout pour un pays qui, jusqu'à présent, a su se tenir à l'écart d'une fracture nationale importante autour du critère ethnique. De même la tâche devient doublement délicate dans le cas d'une société brésilienne profondément marquée par un métissage pouvant se décliner jusqu'à des dizaines d'appellations différentes.

Selon l'anthropologue Rita Laura Segato, pour pouvoir parler avec précision de la question raciale, il faut d'abord prendre conscience d'un aspect plus global de la société brésilienne : une forte division économique, politique, culturelle et sociale du pays. En effet, celle-ci évoque les théories des "deux Brésils" avec notamment celle de Celso Furtado où ce dernier qualifie de "Bel-Inde" ce partage de la société brésilienne, avec une partie de la population qui serait d'avantage assimilable à celle de Belgique - faisant allusion au Brésil moderne, citoyen et riche - contrastant avec une autre une plus proche de celle de l'Inde - le Brésil des misérables, ingrats, des exclus par un système d'apartheid social.

Rita Laura Segato souligne l'importance de comprendre que ce clivage de la société brésilienne ne coïncide pas toujours avec le critère ethnique. Il faut être capable d'identifier les problématiques de la question raciale à l'intérieur de cette équation nationale pour ne pas tomber dans une vision extrémiste, qui réduirait la réalité du Brésil aux seules inégalités raciales. Vision qui, à terme, pourrait être dangereuse pour le pays.

La "dette sociale de l'esclavage"

Parmi les thèses défendant la reconnaissance de la question ethnique vient s'inscrire celle de la "dette sociale de l'esclavage". Une grande partie de la population noire/mulâtre est aux prises avec une reproduction sociale d'inégalités économiques et sociales dont elle ne parvient que difficilement à se défaire et dans lesquelles elle a été placée de facto après l'abolition du système esclavagiste en 1888. D'où l'idée d'un dédommagement que devrait le pays à celle-ci.

En 2007, l'Ipea (l'Insee brésilien) dresse un triste constat après plusieurs études : "Les noirs naissent avec un poids inférieur aux blancs, ont plus de probabilités de mourir avant d'avoir un an, ont moins de probabilités de fréquenter une crèche et souffrent d'un taux supérieur de redoublement à l'école, les menant ainsi à des niveaux d'études inférieurs à des blancs. (...) Tout au long de la vie, bénéficient d'un système de santé plus précaire et finissent par vivre moins longtemps et dans une plus grande pauvreté que les blancs."

Des chiffres qui parlent pour eux-mêmes

À cela on peut ajouter quelques chiffres significatifs : le Brésil est l’un des 10 pays les plus inégalitaires au monde, avec plus de 63% de la richesse nationale détenue par 20% de la population alors que les 20% les plus pauvres en détiennent seulement 2,4% (UNDP, 2005), plus de 80% de la population qui vit dans une situation d'extrême pauvreté est noire (Ipea, 2006), 46,3% de la population noire est en dessous de la ligne de pauvreté contre 22,9% pour les blancs (Pnad, 1995-2005), 93% des emplois dans le travail domestique sont occupés par des femmes noires (IBGE, 2010), et le taux d'homicides de personnes noires est de 31,8 pour 100.000 habitants alors qu'il est de 18,4 pour les blancs (le taux dans les pays d'Europe oscille entre 3 à 6 pour 100.000 habitants) et grimpe de manière impressionnante à 257 pour 100.000 habitants pour les jeunes noirs de 18 à 24 ans.

En plus de ces indicateurs sociaux-économiques, on peut facilement constater dans la société brésilienne une domination culturelle blanche. Il suffit de regarder les couvertures de magazines pour remarquer que n'apparaissent presque exclusivement que des célébrités et mannequins blancs ou bien d'allumer la télévision pour constater une nouvelle fois cette surpopulation blanche. Ces derniers exemples illustrent cette prédominance d'un modèle esthétique blanc dans la société brésilienne. Ainsi certains sociologues ont pu relever la récurrence d'opérations chirurgicales du visage de certaines femmes noires pour correspondre davantage aux canons de beauté blanc (notamment le nez).

Une prise de conscience croissante de la question raciale

Mais une prise de conscience de la part de la société brésilienne ainsi que de son gouvernement s’est opérée au cours des dernières décennies. Ainsi, les années 1980 ont vu grandir de manière importante des mouvements de négritude (dans une logique d'assumer sa couleur de peau) dont l'influence n'est pas négligeable.

En parallèle, le gouvernement a franchi un pas symbolique en instaurant en 2005 une politique de discrimination positive à travers un système de quotas "ethniques" dans les universités publiques de Rio. Cette décision inaugurerait une mesure qui s'étendrait à l'ensemble des universités publiques du pays. Cependant cette politique est fortement controversée. Pour beaucoup, elle représenterait à la fois un obstacle à la méritocratie, mais aussi une erreur de jugement sur un problème fondamental du Brésil qui est davantage social que racial.

Ce système de quota symbolise tout de même une préoccupation croissante du personnel politique pour les discriminations raciales et semble par là même annoncer l'émergence d'une problématique raciale susceptible de structurer un débat national, en questionnant de plus en plus le mythe d'une "démocratie raciale". Celui-ci pourrait être d’autant plus porté par la possible élection d’une présidente métisse dans les semaines à venir.

- Lire notre dossier sur la question noire au Brésil


  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

ÉVÉNEMENTS

VINTAGE & COLLECTIONS

Vous voulez tout connaître sur la Saint Valentin ? Son origine, ses rites, ses pratiques ? La rédaction de micmag.net vous a concocté un bon petit dossier… Lire la suite, ici.



SORTIR À PARIS

Qui n’a jamais rêvé de découvrir les secrets de l’espionnage ? Les clichés et les fantasmes sur le monde du renseignement sont nombreux, mais quelles sont leurs limites  ? "Espion", l'exposition de la Cité des sciences et de l'industrie vous offre une intrigue unique imaginée à partir d’une documentation sur l’espionnage qui en dévoile l’envers du décor… La suite ici.

BRÈVES

Bowie donne son nom à une rue

Le 10 janvier, le maire du XIIIe arrondissement de Paris a confirmé qu'une rue prendrait le nom de David Bowie dans le quartier de la gare d'Austerlitz. Un vote est prévu en février.

 
Marbella, le paradis et l'enfer des narcos
Marbella,  refuge de milliardaires en Espagne, 6 assassinats en pleine rue en trois mois. Le dernier, un français de 60 ans. Guerre de clans de narcos ? La police est muette.
 
Le sous marin des narcos
Sur les côtes de Galice (Espagne), la police a repéré un sous marin chargé de 3000 kg de cocaïne pure estimé à plus de 100 millions d'euros. 2 personnes arrêtées et une autre en fuite. Une première en Europe. 
 
Mortel selfie
Selon une étude du All India Institute of Medical Sciences de 2018, les accidents de selfies ont fait 259 morts dans le monde entre octobre 2011 et novembre 2017.
 
"Bowie m'a montré son gros sexe pour me remercier d'une ligne de coke"
C'est ainsi que s'exprime dans son livre  Face it, la chanteuse Debbie Harry (74 ans aujourd'hui) du groupe Blondie. Elle termine par :"le sexe de David était je dois bien l'avouer impressionnant."

TRAVEL WITH : 1 month 1 picture

Au coeur de la France rurale- Bistro picard - 2016 - ©HM

Send your picture to be published at  : contact@micmag.net