USA - Vintage

Mythiques Ray-Ban. Où les chiner ? Prix ?

Monique Cabré - 
Lunettes vintage par excellence, les fameuses Ray-Ban ne se sont jamais démodées ! Elles restent la référence incontournable en matière de style et de protection oculaire, adoptées par tous, hommes et femmes, jeunes et moins jeunes.
© collection Charles Mosa, « Pour Vos Beaux Yeux ».

Ray-ban, contraction de "ray banner" qui signifie bannir les rayons du soleil, raconte une fabuleuse histoire commencée en 1927 aux Etats-Unis. A cette époque, après avoir traversé quelques années auparavant l’océan Atlantique en montgolfière, le lieutenant John A. Mac Ready de l’armée américaine, demande à deux opticiens allemands qui ont fondé la société Bausch & Lomb de lui fabriquer des lunettes de soleil. Il les veut enveloppantes, le protégeant des ultraviolets et infrarouges. Le verre RB3 est né. En 1933, l’armée américaine commande à son tour un modèle destiné aux pilotes de chasse qui prend le nom d'"Aviator", commercialisé en 1936.

Succès immédiat !

Le général Mac Arthur s’affiche avec ces célèbres lunettes, tout comme les GI qui débarquent en Europe lors de la Seconde Guerre mondiale. Ils apportent avec eux, outre les jeans, les chewing-gums et le légendaire blouson, les Aviators, symboles de cette jeunesse américaine qui fascine. Aujourd’hui, leur forme, bien que reprise par les concurrents, reste l’image même de la Ray-Ban. L’Aviator commercialisé à partir des années 1960, voit sa vente décoller grâce à la star américaine Michael Jackson.

Parmi les modèles phares, outre l’Aviator, les Wayfarers, commercialisées en 1952, ont conservé leur look et leur charme indémodable. Egalement le Shooter ou le Caravan. Certes, ils ont légèrement évolué, mais restent reconnaissables entre tous.

Succès relayé par les stars du cinéma 

Tom Cruise dans Top Gun, Will Smith dans Men in Black, Jack Nicholson dans Easy Reader, Peter Fonda, James Bond… mais également par les stars du rock comme Mick Jagger ou les Blues Brothers.

Aujourd’hui, la marque poursuit ses avancées technologiques en lançant les Ray-Ban Tech en acétate ou en titane. Les modèles se font ainsi extrêmement légers, flexibles et quasiment incassables.

Questions à Charles Mosa, spécialiste de la Ray-Ban 

Quels sont les signes d’authenticité d’une paire de lunettes Ray-Ban ?
Son appellation d’origine américaine Bausch & Lomb est signée sur la monture ou apparaît sous le sigle BL. Les premiers modèles se remarquent à la couleur verte des verres et à leur épaisseur. Ils sont gravés sur la partie supérieure et le temps passant, sur le côté temporal, parfois à ces deux endroits selon les pays. Aujourd’hui, le RB de Ray-Ban apparaît nettement.

Certaines pièces sont-elles plus recherchées ?
Les modèles, autrefois haut de gamme, se sont peu à peu démocratisés. Les plus courants et très tendance, sont fabriqués en acétate, équipés de verres ambermatic. Egalement ceux dont les verres sont très particuliers et très rares. Ils se teintent de jaune la nuit, de brun durant une journée ensoleillée et chaude et de gris bleu les jours d’hiver. Les montures les plus appréciées font référence aux vedettes de cinéma qui les ont portées. Egalement parmi les raretés, les petites montures pour femmes en doublé or ou encore la forme guillochée des années 40.

Question budget?
Dans les années 1970-1980, le prix d’une paire de Ray Ban était (en équivalence) de l’ordre de 300 €. Aujourd’hui, vous pouvez acquérir une paire de qualité pour une centaine d’euros. On constate une envolée des prix des modèles vintage (1945-1999), ceux que l’on appelle "neufs de stock", en  l’état d’origine, n’ayant jamais servi.
Selon le modèle et la rareté des verres, il faut compter maintenant entre 300€ € et 1 500 €, voire davantage.

Avez-vous une pièce fétiche ?
D’une façon générale, j’apprécie les lunettes des années 70-80, totalement mythiques avec leurs verres dont les couleurs dans la tranche sont assimilées à celles des drapeaux. Ce sont des lunettes très sport, surtout destinées aux skieurs, équivalentes aux Vuarnet françaises. Ces lunettes, utilisées par les skieurs dans les Rocheuses, n’ont pas connu un franc succès en France et en Europe mais ont marqué le marché américain. Leur prix avoisine les 500 €.

Les bonnes adresses MicMag

Pour Vos Beaux yeux (Charles Mosa)
10, rue Alexandre Mari, 06000 Nice.
Tél. 04 93 01 69 25
www.pourvosbeauxyeux.com

Groucho
31, rue Peyrollières, 31000 Toulouse.
Tél. 05 61 21 22 07
www.viewsecom.com

1
2

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

ÉVÉNEMENTS

VINTAGE & COLLECTIONS

Rencontrer un expert. Fixer un prix de réserve. Mais quel expert choisir ? Le monde des ventes aux enchères n'est pas une action toute simple. Il vaut mieux prendre quelques précautions pour ne pas se faire arnaquer. Conseils... Lire la suite.

SORTIR À PARIS

Du 14 novembre 2017 au 1er avril 2018, le Musée du Quai Branly - Jacques Chirac -, présente l'exposition Le Pérou avant les Incas et lève le voile sur les bases de la civilisation préhispanique. Près de 300 pièces de céramique pour mieux comprendre les cultures anciennes des Cupisniques, Mochicas, Chimús, Lambayeques... Pour en savoir plus, ici.

BRÈVES

Gallimard lance sa galerie d'art...
C'est une exposition consacrée à Patti Smith qui inaugurera, au 30-32, rue de l'Université, à Paris (7e), la Galerie Gallimard, qui présentera, à partir du 11 novembre, des accrochages en lien avec les auteurs et dessinateurs du catalogue.
 
Catalunya- Politico pro guerra
Alfonso Guerra (PSOE) y ex ministro socialista defiende enviar al Ejército a Catalunya si fuera necesario
 
Indépendantisme et Catalogne-Guerre froide !
La situation s'envenime entre Madrid et Barcelone. Madrid tente de bloquer les fonds financiers des institutions et les bulletins de vote à la sortie des imprimeries. Tandis que le gouvernement Catalan maintien son appel à un référendum le 1er octobre. 
 
La Russie à l'honneur

Du 16 au 19 mars prochain, le salon Livre Paris recevra une délégation de 30 auteurs venus de Russie.

 
Vaut mieux deux fois qu'une !
Fernando Collor ancien président brésilien destitué pour corruption en 1992, l'est à nouveau cette fois comme député en 2017 dans l'affaire Petrobras. Faut mieux deux fois qu'une !