Europe - Lectures

Avec « Erasme », Jordi Savall perpétue le dialogue interculturel

Marie Torres - 5 août 2013
Plus de 600 pages, textes et illustrations, en sept langues (français, castellan, catalan, anglais, allemand, italien et néerlandais) et six CD, avec musique et citations, voilà ce que nous offre Jordi Savall avec son livre audio « Eloge de la folie d’Erasme ». Une petite merveille.

« Qu’est-ce-que la vie sans les plaisirs voluptueux ? Mérite-t-elle le nom de vie ? Y-a-t-il un jour dans la vie qui ne soit triste, désagréable, ennuyeux, dégoutant, fâcheux, à moins que je (la folie) ne m’en mêle et que je l’assaisonne de quelque plaisir ? »

Si l’œuvre du Néerlandais Erasme (1469/1536) est importante (une centaine d’écrits), c’est surtout son « Eloge de la folie » qui est restée dans nos mémoires.

C’est à cette œuvre, écrite en 1504, que le compositeur catalan Jordi Savall a donné une seconde vie en lui dédiant un bel et ambitieux ouvrage : plus de 600 pages, textes et illustrations, et six CD de musique et citations.

Erasme, le premier Européen

Pourquoi choisir l’œuvre d’Erasme ? Parce qu’elle reste un classique de notre culture. Parce que celui qu’on a surnommé le « Prince des humanistes », a été le premier penseur à se définir comme Européen, tenant des positions à contre-courant de son époque : pacifiste durant les pires heures des guerres de religion, il a été l’apôtre de la tolérance et de l’unité des chrétiens au temps de la division de l’Europe entre catholiques et protestants.

« Si, parmi les choses humaines, il en est une qu’il convient d’entreprendre avec hésitation, ou plutôt qu’il faut par tous les moyens fuir, conjurer, repousser, c’est assurément la guerre : rien n’est plus impie, plus funeste, plus largement destructeur, plus obstinément tenace, plus affreux ni plus complètement indigne de l’homme, pour ne pas parler du chrétien. Or il est étonnant de voir aujourd’hui comme on l’engage partout, à la légère, pour n’importe quelle raison, et comme on la fait avec cruauté et barbarie. » Des recommandations, des observations qui, malheureusement, sont plus que jamais d’actualité…

« Le devoir suprême de l’humanité est de devenir toujours plus humaine »

« Selon Erasme la tyrannie d’une idée est une déclaration de guerre à la liberté de l’esprit, ce pourquoi tout au long de sa vie il a refusé de prendre parti pour une idéologie ou une formation, il est convaincu qu’un homme de parti est obligé de croire, de penser et de sentir avec partialité. C’est pourquoi Erasme respecte toutes les idées tout en se refusant à reconnaître l’autorité d’aucun » nous dit Jordi Savall.

Et ce n’est donc pas un hasard si, parmi les auteurs cités (et lus) on retrouve Stefan Zweig avec, notamment des extraits de « Grandeur et décadence d’une idée » écrit en 1934. « Ce qui fera la gloire d’Erasme, vaincu dans le domaine des faits, ce sera d’avoir frayé littéralement la voie à l’idée humanitaire, à cette idée très simple et en même temps éternelle que le devoir suprême de l’humanité est de devenir toujours plus humaine, toujours plus spirituelle, toujours plus compréhensive. »

« Rendre le texte plus vivant et l’ouvrir au dialogue interculturel »

Pourquoi mêler la musique au texte ? « Pour le rendre plus vivant, pour l’ouvrir au dialogue interculturel » répond  Jordi Savall  Parmi les morceaux choisis, populaires et religieux de la Renaissance, on retrouve les compositeurs Johannes Vincenet, Jean d’Ockeghem, Josquin des Prez mais aussi des improvisations. Les interprètes de la plupart de ces pièces sont la Chapelle Royale de Catalogne et Jordi Savall et le groupe Hespèrion XXI, avec la participation de musiciens comme René Zosso, l’un des plus grands spécialistes d’instruments médiévaux ou encore le baryton Marc Mauillon.

Et, parmi les « récitants », des comédiens comme Josep Maria Pou,  Sílvia BelJordi Boixaderas, René Zosso…

Bien documenté, richement illustré, cet ouvrage est un témoignage de l'engagement constant de Jordi Savall pour des formes inédites de dialogue interculturel.
Marie Torres
Eramus Van Rotterdam
Eloge de la Folie
ALIA VOX

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

ÉVÉNEMENTS

VINTAGE & COLLECTIONS

Jean Segura, collectionneur d'affiches de cinéma : « J'en possède entre 10 000
et 12 000 ».

 Journaliste scientifique, auteur de plusieurs ouvrages, concepteur du site ruedescollectionneurs, Jean Segura est aussi un passionné et un spécialiste de l'affiche de cinéma ancienne. Rencontre.

SORTIR À PARIS


Paris - Jusqu'au 5 septembre 2022
Allemagne / Années 1920 / Nouvelle Objectivité / August Sander

Photo, peintures, design, ciné, littérature et même musique. Beaubourg offre un petit voyage dans le temps en nous immergeant dans l'Allemagne des années 20, juste avant l'arrivée du nazisme, lorsque les artistes se font le miroir d’un monde froid, où la désillusion règne en maître...
Centre Pompidou (Musée national d'Art moderne) | Musées à 4e arrondissement, Paris (timeout.fr)

Centre Pompidou (Musée national d'Art moderne)
Transport
Métro : Rambuteau
Prix
De 11 à 14 €
Heures d'ouverture
Tous les jours (sauf le mardi), de 11h

BRÈVES

Roy Orbison : pur rock
Ce documentaire présente un émouvant portrait de Roy Orbison, de ses proches et des artistes qui l'ont connu. Sur Arte le 5/08 et disponible en replay jusqu'au 13/12/22Roy Orbison : pur rock - De "Pretty Woman" à "Only the Lonely" : des tubes de légende - Regarder le documentaire complet | ARTE
 
Des sommes colossales pour Basquiat
Jean-Michel BASQUIAT pèse à lui seul 14% du Marché de l’Art Contemporain mondial. Trois toiles remarquables de cet artiste ont dépassé cette année à Hong Kong les 35m$ chacune. Nouvelle place forte pour la vente des plus beaux Basquiat, Hong Kong fait désormais le bonheur des collectionneurs asiatiques,
 
Le Saint-Pétersbourg Festival Ballet contre la guerre

En tournée en France, le Saint-Petersbourg Festival Ballet observe, avant chaque représentation, une minute de silence avant de lancer le spectacle avec l'hymne national ukrainien.

 
Guerre en Ukraine
La statue de Vladimir Poutine retirée du musée Grévin. C'est la première fois que le musée retire un personnage en lien avec des événements historiques.
 
Un dessin de Dürer vendu 26 euros dans un vide-greniers

Estimée à plus de 8 millions d'euros, la « Vierge à l’enfant » d'Albrecht Dürer a été acquise en 2017, lors d'un vide-greniers, pour la modique somme de… 26 euros. Aujourd'hui, elle se trouve dans une galerie londonienne.