Paris - vintage

Guitares vintage, attention les prix !

Hélios Molina - 
Selon nos spécialistes, après le vin, le vintage s’est posé sur les instruments de musique des années 50-60 bien avant la fripe. Les Selmer des manouches font fureur ! Des Gibson à 40 000 euros à Pigalle vous pourrez les dévorer des yeux à moins que...
Par H.M.


 La guitare électrique, l’instrument emblématique du rock and roll est au centre de cette montée des prix. Arnaud du magasin Oldies guitars au cœur de Pigalle, de formation universitaire, aborde la question d’une manière didactique. « Les marques Martin, Fender, Gibson ont eu un début, un milieu et une fin avant le revival des seventie’s. Pour les ayatollahs, il faut arrêter le mot vintage à l’année 67. Après ce chiffre fatidique, les marques se mondialisent et la production est de masse. Et il y a un désintérêt, une désaffection du public. Vous aviez du palissandre de Rio pour la fabrication, aujourd’hui c’est du palissandre indien. Gibson après guerre, ce n’est plus pareil ! »

Du coup, les guitares les plus recherchées sont les instruments qui ont écrit l’histoire du rock and roll. La Fender Stratocaster (1) à la manière de Jimmy Hendrix de 1965 est toujours prisée. La première guitare brûlée de Jimmy Hendrix s’est vendue aux enchères à Londres en septembre 2008  au prix exorbitant de 346 000 euros. (Suite à ce feu de guitare, Hendrix a dû faire un court séjour à l’hôpital de Londres en 1967 pour brûlures aux mains). Les prix se marchandent au cas par cas, mais Arnaud avance tout de même le prix de 15 000 $  pour une Stratocaster en très bon état. (une rare de 67, une Custon colors cote les 27 000 $). Une Gibson Les Paul de la même année que Jimmy Page (guitariste de Led Zeppelin), il vous faudra compter une petite fortune : 500 000 $. Ce sont bien évidemment des pièces de collectionneur que vous ne trouverez pas en boutique à Paris mais chez les auctioners de Londres ou New York. Le guitariste américain Stephen Stills (du groupe pop Crosby, Stills & Nash and Young formé en 1968) en concert à Paris en solo était attendu avec ses « antiquités ». Les amateurs qui espéraient voir le personnage mythique des années 70 avec ses guitares vintage sur scène n’en revenaient pas. Stills n’avait dans les mains que des rééditions. Pourquoi une telle déconvenue ? Les prix de ces instruments ont atteint de tels sommets que les artistes n’osent pas prendre de tels risques en tournée. L’Europe ou les Etats Unis, fait remarquer Arnaud, ne sont plus les marchés porteurs. La Chine, la Russie ou l’Inde sont entrés dans la course. La guitare vintage a de beaux jours à vivre. Car une Gibson sur dix fabriquée aujourd’hui sera correcte, sans plus. Une petite Gibson qui valait 100 euros dans les années 50 valent 3000 euros aujourd’hui » souligne Arnaud. Daniel, collectionneur et marchand dans le fief musical de Pigalle, constate que les Gibson de 1940 cotent entre 2000 et 4000 euros, des sommes accessibles pour passionnés. Mais attention, les prix peuvent monter rapidement. Dans cette même boutique, Daniel possède une Gibson de 1956 à 40 000 euros, le prix d’une voiture neuve. Du coup, constate Daniel, les investisseurs pointent leur nez en période de crise. Il s’agit d’hommes qui ne connaissent que peu de chose à la musique. Autre constat : Avant l’ère internet, Londres était incontournable. Il semblerait que le web ait cassé la suprématie de Londres ou New York. Du coup avis aux collectionneurs : les prix ne sont pas forcément meilleur marché dans ces villes du temple rock. La guitare manouche (née du côté des puces de St Ouen) de type Selmer connaît quant à elle, un fabuleux renouveau et la France est dans ce domaine la mieux placée pour négocier. Elles cotaient 1500 F il y a vingt ans. Aujourd’hui, une très belle Selmer d’après guerre comme celle de Django Reinhardt cote tout de même les 25 000 euros avec l’étui d’origine.  La contrefaçon effleure les prix élevés des grandes marques. « Sur les Custom colors plus personne (d’honnête) ne vous garantira la marchandise » conclue Arnaud. 

(1) L’un des modèles les plus répandus fut dessinée par Léo Fender en 1953)


Nos photos : Arnaud de Oldies guitar à Pigalle tient une Gibson L5 du 3 juillet 1947 qui cote les 1500 euros. Ph H.M.

Daniel (le plus ancien), collectionneur et marchand depuis deux ans rue de Douai à Paris. Ph. H.M.


Guitare Framus (Bavière) de début années 60, modèle mélody 9, avec 3 cordes de basse et 3 cordes doublées pour les aigus. Cote autour de 1500 euros. Chinée aux puces de St Ouen avec son coffret chez Sound’s good, marché Dauphine. Ph. H.M.


Guitares anciennes chez Oldies à Pigalle. Ph. H.M.


La guitare Les Paul, un mythe signé Gibson. Ph. H.M. 


1
2
3
4

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

Articles en relation

Agenda Vintage

  • /fr/agenda-vintage/572-toymania-porte-maillotToymania - Porte Maillot (07-12-2014)
  • /fr/agenda-vintage/573-noel-vintageNoël Vintage (12-12-2014/14-12-2014)

EVENEMENTS

EXPOSITIONS


Au Jeu de Paume - Du 14 octobre 2014 au 8 février 2015
Garry Winogrand : Chroniqueur célèbre de l’Amérique de l’après-guerre.


1 Place de la Concorde Paris 8è -Jardin des Tuileries (fermé le lundi) & dans 16 stations de métro
Le Jeu de Paume présente la première rétrospective, depuis vingt-cinq ans, du grand photographe américain Garry Winogrand (1928-1984).

DOSSIER DU MOIS

Toute la Musique, Música, Music, Muzik… sur Micmag
Musique brésilienne, rythmes colombiens, festival breton ou encore rock britannique… Micmag vous livre quelques un de ses meilleurs reportages.  Lire la suite…

Grand angle - Reportage photo

NEWSLETTER

NOUVELLES LECTURES


Dans son dernier ouvrage, « Jacob, Jacob », Valérie Zenatti rend hommage à la communauté juive d'Algérie et à ses morts tombés pour la patrie. Un très beau et très émouvant récit. Lire la suite.

COLLABORATEURS MICMAG

Nous recherchons des collaborateurs

En savoir plus

Les Services Micmag

Micmag est un magazine fait de générosité. Faites entendre sa voix !

Deux moyens pratiques de nous soutenir : 

- Devenez mécène ou sponsor.

Ce mécanisme vous permet de nous aider tout en bénéficiant d’une déduction fiscale :  L’association Micmag vous permet de nous faire des dons et de bénéficier d’une réduction d’impôt égale à 66 % du montant versé. Vous pouvez effectuer un don ponctuel ou mensuel.

Tous les dons à Micmag vous permettent de bénéficier d’une réduction d’impôt de 66 % dans la limite de 20 % de votre revenu imposable*.

Si vous donnez 100 euros vous déduisez de vos impôts 66 euros. Il vous en coûtera seulement 34 euros.

Envoyez vos chèques à : Micmag - Maison des associations, 15 passage Ramey - 75018 Paris. France