12-01-2012 14:04:53

Photographie ancienne : types, techniques, cotes et prix.

Voyages, scènes portuaires, architecture, photos de famille, portraits, vues champêtres, plans panoramiques, scènes érotiques…, autant de thèmes divers pour amateurs ou collectionneurs. Quelles techniques ? Quels prix ?

Par Hélios Molina (Paris)

Chiner de la photographie ancienne requiert quelques connaissances. Il est préférable de centrer sa recherche sur un thème, une région, un métier, une technique, un artiste. Il faut d’abord pouvoir situer une photo anonyme dans le temps et pour cela bien observer les personnages, le décor. S’agit-il d’une photo primitive de 1850 à 1860, d’une œuvre pictorialiste vers 1900, de photographie humaniste française de 1940 à 1960 ? S’agit-il d’un ferrotype (sur support métal), d’un autochrome (nom des premières couleurs en photographie, procédé utilisé de 1900 à 1945), de négatifs sur support papier, de papiers salés (sans très bonne définition), de papier albuminés (mode de tirage le plus populaire du XIXème siècle) ? Le chineur, en fouillant les cartons des brocanteurs ou dans les boutiques spécialisées, devra tenter de décrypter, le plus souvent seul, l’image qu’il détient. Bien évidemment, les photos de grand format en noir et blanc ou en sépia, habillent élégamment vos murs. Mais il n’est pas conseillé de trop en faire en la matière. Une ou deux photos seront mieux appréciées que quatre ou cinq sur une même surface. N’oubliez pas surtout que la photo ancienne craint la pollution, l’humidité, la chaleur et un excès de lumière. Les couleurs s’altèrent en cas de variation de température. Il est préférable d’alterner tous les six mois avec d’autres photos. Autre protection, il est préférable d’encadrer votre tirage pour mieux le préserver.

Les premiers clichés, très prisés !

La photographie ancienne est très prisée, surtout les premières œuvres (vers 1850), devenues hors de prix. La photographie de voyage est réellement appréciée et surtout des noms comme Edouard Balthus (1813-1889), Désirée Charnay (1828-1915) sur les anciennes cités mayas, Felice Beato (1825-1908) sur le Japon, Lenhert & Landrock (1878-1966) pour les images orientalistes, etc., pour peu qu’ils n’aient pas abusé du nombre de tirages. Certains tirages se négocient à partir de 100 euros. Une moyenne pour un bon tirage signé Lenhert & Landrock se négocie autour de 500 euros. Le choix est toujours important. Les prix peuvent varier du simple au triple. Quelques euros pour un portrait de grand-mère chez Emmaüs et plusieurs dizaines en boutique pour la même photo. D’une manière générale, dans les brocantes ou les salons, vous pouvez chiner encore de la photographie originale à un prix tout à fait abordable. Attention cependant aux retirages de photographies anciennes (ou copies). Pensez à traiter vos photos contre les champignons qui dévorent le papier.

Pour tous ces conseils, nous vous proposons de vous rendre à la foire de la photo de Bièvres, dans l’Essone, qui a lieu le premier dimanche de juin. Là, vous ferez connaissance avec les collectionneurs et les passionnés, plus de 25 000 visiteurs. Egalement de nombreuses ventes aux enchères thématiques à Drouot, et deux saisons (automne et printemps) chez Christie's.

Photos : ci-dessus de Gustave Legray et ci-dessous de photographe inconnu.


Entretien avec Léon Herschtricht, expert photo.

Expert et collectionneur parisien de photographies, Léon Herschtricht, 75 ans, nous apporte quelques éléments de compréhension.

Micmag : comment s’y prendre pour pénétrer les secrets de la photographie ?

Léon Herschtricht : il y a pas mal de ventes aux enchères à Drouot. De plus, quelques marchands ont beaucoup de choses en archives. Il faut acheter des photos qui vous plaisent et visiter des expos, observer les livres sur les photographes. Il faut replacer les choses dans l’histoire.

M : quels sont les critères d’observation ?

L.H. : la qualité du tirage, c’est important. Une marine de Gustave Legray qui vaut 100 000 euros, si elle est tachée ne vaut plus qu’un euro. Il est difficile de commencer comme cela. Il existe plusieurs marchés : celui de la photo historique de 1850 à 1860, l’âge d’or ; de 1880 à 1900, celle des grands voyageurs, des personne cultivées et riches ; autour de 1900, c’est le pictoralisme ; les années 1925-1930 sont les années des découvreurs comme Man Ray, Tabard, etc., qui ont inventé , créé ; les années 1950-1960, ce sont les grands photographes, comme Doisneau, Cartier-Bresson, Boubat… Dans les années 1970-1980, la photographie est entrée dans le marché de l’art contemporain avec l’utilisation de la couleur, des grands formats. C’est une autre vision esthétique, la photo est beaucoup plus décorative. Durant les années 1975, apparaissent les premières galeries à Paris, tandis qu’aux Etats-Unis, on en comptait une grande quantité cinquante ans avant la France.

M : comment s’apprécie la valeur d’une photo ?

L.H. : par l’ancienneté, la rareté et l’état. Certains prix sont tout à fait accessibles pour de belles images. Vous pouvez avoir de très belles photos d’Egypte de 1880 à partir de 100 euros. Il est certain que certaines images primitives très rares peuvent faire de belles sommes.


1

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

ÉVÉNEMENTS

VINTAGE & COLLECTIONS

Naguère jouets, aujourd’hui objets de collection, les voitures miniatures déchaînent les passions : on les recherche, on les accumule.  On les classe par marques, matières,  échelles, thèmes…  Bruno de la Tour, fervent collectionneur, en possède plus de 4 000. Il nous dévoile ses précieux modèles.

SORTIR À PARIS

Réunissant objets, images et films rares, l’exposition  « Jamaica Jamaica ! », jusqu'au 13 août prochain au Philharmonie de Paris, rend compte des multiples facettes de l’histoire de la musique de cette île minuscule, du reggae jusqu’aux musiques urbaines contemporaines (lDJ, sound system, remix, dub…).

Du 24 février au 20 août 2017, le Musée d’Art moderne de la Ville de Paris présente une exposition retraçant l’ensemble de la carrière de l’artiste néerlandais Karel Appel, des années CoBrA à sa mort en 2006.

NEWSLETTER

Petites Annonces gratuites

Pour annoncer, vous devez vous connecter.

Si vous n'avez pas de compte, créez en un.

Une fois connecté, cliquez sur vos annonces, pour gérer vos annonces.



BRÈVES

Moustache intacte
Salvador Dali après exhumation du corps au musée de Figueras en juillet aurait selon le médecin la moustache intacte. Un état de conservation du corps impressionnant selon ce dernier qui n'en aurait pas dormi de la nuit.
 
Extra !
Du 6 au 10 septembre 2017, le Centre Pompidou inaugurera son premier festival du livre. Extra ! qui sera accompagné d'un nouveau prix littéraire.
 
Rentrée littéraire
581 romans et recueils de nouvelles français et étrangers sont annoncés par les éditeurs entre la mi-août et la fin octobre.
 
Dali : demande en paternité...
28 ans après sa mort, les restes de Salvador Dali vont être exhumés afin de déterminer s’il était le père de Pilar Abel, une femme vivant à Gérone (Catalogne).
 
Le top de l'électro
Le célèbre festival Sonar de Barcelone de musiques créatives et électroniques a encore battu un record en juin 2017. 135 000 spectateurs du monde entier.