12-01-2012 14:04:53

Photographie ancienne : types, techniques, cotes et prix.

Voyages, scènes portuaires, architecture, photos de famille, portraits, vues champêtres, plans panoramiques, scènes érotiques…, autant de thèmes divers pour amateurs ou collectionneurs. Quelles techniques ? Quels prix ?

Par Hélios Molina (Paris)

Chiner de la photographie ancienne requiert quelques connaissances. Il est préférable de centrer sa recherche sur un thème, une région, un métier, une technique, un artiste. Il faut d’abord pouvoir situer une photo anonyme dans le temps et pour cela bien observer les personnages, le décor. S’agit-il d’une photo primitive de 1850 à 1860, d’une œuvre pictorialiste vers 1900, de photographie humaniste française de 1940 à 1960 ? S’agit-il d’un ferrotype (sur support métal), d’un autochrome (nom des premières couleurs en photographie, procédé utilisé de 1900 à 1945), de négatifs sur support papier, de papiers salés (sans très bonne définition), de papier albuminés (mode de tirage le plus populaire du XIXème siècle) ? Le chineur, en fouillant les cartons des brocanteurs ou dans les boutiques spécialisées, devra tenter de décrypter, le plus souvent seul, l’image qu’il détient. Bien évidemment, les photos de grand format en noir et blanc ou en sépia, habillent élégamment vos murs. Mais il n’est pas conseillé de trop en faire en la matière. Une ou deux photos seront mieux appréciées que quatre ou cinq sur une même surface. N’oubliez pas surtout que la photo ancienne craint la pollution, l’humidité, la chaleur et un excès de lumière. Les couleurs s’altèrent en cas de variation de température. Il est préférable d’alterner tous les six mois avec d’autres photos. Autre protection, il est préférable d’encadrer votre tirage pour mieux le préserver.

Les premiers clichés, très prisés !

La photographie ancienne est très prisée, surtout les premières œuvres (vers 1850), devenues hors de prix. La photographie de voyage est réellement appréciée et surtout des noms comme Edouard Balthus (1813-1889), Désirée Charnay (1828-1915) sur les anciennes cités mayas, Felice Beato (1825-1908) sur le Japon, Lenhert & Landrock (1878-1966) pour les images orientalistes, etc., pour peu qu’ils n’aient pas abusé du nombre de tirages. Certains tirages se négocient à partir de 100 euros. Une moyenne pour un bon tirage signé Lenhert & Landrock se négocie autour de 500 euros. Le choix est toujours important. Les prix peuvent varier du simple au triple. Quelques euros pour un portrait de grand-mère chez Emmaüs et plusieurs dizaines en boutique pour la même photo. D’une manière générale, dans les brocantes ou les salons, vous pouvez chiner encore de la photographie originale à un prix tout à fait abordable. Attention cependant aux retirages de photographies anciennes (ou copies). Pensez à traiter vos photos contre les champignons qui dévorent le papier.

Pour tous ces conseils, nous vous proposons de vous rendre à la foire de la photo de Bièvres, dans l’Essone, qui a lieu le premier dimanche de juin. Là, vous ferez connaissance avec les collectionneurs et les passionnés, plus de 25 000 visiteurs. Egalement de nombreuses ventes aux enchères thématiques à Drouot, et deux saisons (automne et printemps) chez Christie's.

Photos : ci-dessus de Gustave Legray et ci-dessous de photographe inconnu.


Entretien avec Léon Herschtricht, expert photo.

Expert et collectionneur parisien de photographies, Léon Herschtricht, 75 ans, nous apporte quelques éléments de compréhension.

Micmag : comment s’y prendre pour pénétrer les secrets de la photographie ?

Léon Herschtricht : il y a pas mal de ventes aux enchères à Drouot. De plus, quelques marchands ont beaucoup de choses en archives. Il faut acheter des photos qui vous plaisent et visiter des expos, observer les livres sur les photographes. Il faut replacer les choses dans l’histoire.

M : quels sont les critères d’observation ?

L.H. : la qualité du tirage, c’est important. Une marine de Gustave Legray qui vaut 100 000 euros, si elle est tachée ne vaut plus qu’un euro. Il est difficile de commencer comme cela. Il existe plusieurs marchés : celui de la photo historique de 1850 à 1860, l’âge d’or ; de 1880 à 1900, celle des grands voyageurs, des personne cultivées et riches ; autour de 1900, c’est le pictoralisme ; les années 1925-1930 sont les années des découvreurs comme Man Ray, Tabard, etc., qui ont inventé , créé ; les années 1950-1960, ce sont les grands photographes, comme Doisneau, Cartier-Bresson, Boubat… Dans les années 1970-1980, la photographie est entrée dans le marché de l’art contemporain avec l’utilisation de la couleur, des grands formats. C’est une autre vision esthétique, la photo est beaucoup plus décorative. Durant les années 1975, apparaissent les premières galeries à Paris, tandis qu’aux Etats-Unis, on en comptait une grande quantité cinquante ans avant la France.

M : comment s’apprécie la valeur d’une photo ?

L.H. : par l’ancienneté, la rareté et l’état. Certains prix sont tout à fait accessibles pour de belles images. Vous pouvez avoir de très belles photos d’Egypte de 1880 à partir de 100 euros. Il est certain que certaines images primitives très rares peuvent faire de belles sommes.


1

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

ÉVÉNEMENTS

Reportage en Arménie - Micmag prochain départ en automne 2018 sur les routes du monde - Votre appui-Vos contacts : contact@micmag.net

A la découverte des cultures de pays méconnus de la planète. Micmag prépare ses valises pour se rendre entre Asie et Eu...

Our photographer Michael Wagener in India send every month 1 picture

 ©Michael Wagener may-june 2018Travelling in India send us a picture of his big round the world !

VINTAGE & COLLECTIONS

Cartes postales, voitures miniatures, coqs, boules de neige mais aussi jukeboxes... 23% des Français de plus de 15 ans déclarent réaliser une collection. Qui sont-ils ? Pourquoi conservent-ils des objets ? Retour sur quelques portraits de "passionnés". Lire la suite.

SORTIR À PARIS

Jusqu'au 11 novembre prochain, l'Atelier des Lumières nous plonge, avec un parcours immersif, parmi les artistes majeurs de la Vienne impériale de la fin du XIX siècle. En tête de file, les oeuvres de Gustav Klimt. Une véritable féérie. En savoir plus, ici.

BRÈVES

Un journaliste tué au Mexique
Mario Gomez est le 9e reporter tué cette année au Mexique, deuxième pays le plus dangereux pour exercer l’activité de journaliste après la Syrie.
 
Des notes de frais faramineuses
Le Canard enchaîné du 19/09 chiffre à 410 000 euros sur cinq ans – soit plus de 6 800 euros par mois les frais de transport de Jean-Paul Cluzel l'ex patron des musées nationaux
 
Insolite !
Une librairie de Brattlebroro, dans l’Etat du Vermont, au nord-ouest des Etats-Unis, donne des livres au commissariat de sa ville pour occuper les personnes en garde à vue.
 
Ricardo Darin pour la légalisation de l'avortement
L'acteur Ricardo Darin se prononce en Argentine pour l'avortement libre et gratuit contre l'avis du Pape. Le Sénat doit se prononcer.
 
Victor del Arbol Prix SNCF 2018

Toutes les vagues de l’océan, de Victor del Arbol remporte le Prix SNCF 2018 du polar. Pour en savoir plus, ici.