Monde - Dossier

Recul brutal de la liberté de la presse en 2014

Marie Torres - 17 février 2015
Le « Classement mondial de la liberté de la presse 2014 » révèle l’impact négatif des conflits sur la liberté de l’information et ses acteurs. Mise en cause aussi, l’interprétation abusive du concept de la protection de la sécurité nationale, aux dépens du droit d’informer et d’être informé.

« 2014 est l’année d’une régression brutale pour la liberté de l’information. Les 2/3 des 180 pays étudiés font moins bien que dans l’édition précédente, a déclaré à l’AFP Christophe Deloire, secrétaire général de RSF, après la publication, le 12 février dernier, du « Classement mondial de la liberté de la presse en 2014 » (…) C’est au nom de la sécurité nationale que les démocraties prennent des largesses avec leurs valeurs. Face à la menace réelle ou fallacieuse, des gouvernements se créent, à un rythme chevronné, tout un arsenal législatif afin de museler les voix indépendantes. Un phénomène qui touche aussi bien les régimes autoritaires que les démocraties  » explique-t-il.

La France, toujours dans l’attente d’une loi efficace de protection du secret des sources

L’Europe domine largement le classement mondial de la liberté de la presse, avec trente et un représentants sur les cinquante pays les mieux classés. Les modèles en termes de liberté de la presse sont au Nord, en Finlande (1ère pour la 4ème année consécutive), en Norvège, ou aux Pays-Bas. Leur succès repose sur des fondements constitutionnels et légaux solides, qui s’appuient sur une véritable culture des libertés individuelles, davantage intégrée qu’au Sud.

La France (39ème -1), toujours dans l’attente d’une loi efficace de protection du secret des sources, accuse un recul d’une place. Mis à l’index, la décision prise par la justice française de faire retirer les enregistrements de l’affaire Bettencourt des publications de Médiapart et du Point.

Au Royaume-Uni (33ème -3) c’est la destruction des disques durs du Guardian, contenant des informations pointant les pratiques des services de renseignements britanniques qui est dénoncée. « En mélangeant journalisme et terrorisme, les autorités britanniques reproduisent de manière inquiétante et surtout avec une facilité déconcertante l’une des pratiques les plus répandues des régimes autoritaires » souligne RSF.

Et, si la liberté de l’information est parfois malmenée dans certains pays de l’Union européenne, elle est très clairement bafouée dans d’autres. C’est le cas de la
Grèce (99ème), qui a perdu plus de cinquante places au classement mondial de la liberté de la presse en l’espace de seulement cinq ans.

Le Brésil (111ème -2) se hisse au sinistre rang de pays le plus meurtrier du continent

Plusieurs petits États européens chutent également : le Luxembourg passe de la 4e à la 19e place, le Liechtenstein de la 6e à la 27e place et Andorre de la 5e à la 32e place, la plus forte chute.« Ce sont des situations assez comparables, avec une proximité entre les pouvoirs politiques, économiques et médiatiques qui génère des conflits d’intérêts extrêmement fréquents et qui ne cessent de prendre en importance », explique l’ONG.

Aux
États-Unis (46ème -33), l’ombre du 11 septembre 2001 est toujours présente et génère un dilemme de fond entre les impératifs de sécurité nationale et les principes du premier amendement de la Constitution. Celui-là même qui consacre le droit de tout individu à informer et à être informé.

Avec cinq journalistes tués au cours de l’année 2013, le Brésil (111ème -2) se hisse au sinistre rang de pays le plus meurtrier du continent pour la profession, une place tenue jusqu’alors par le Mexique.

Ces tragédies, le Brésil les doit bien sûr à son insécurité toujours élevée. La prégnance du crime organisé dans certaines régions rend risqué le traitement de thèmes tels que la corruption, la drogue ou le trafic de matières premières. Les mafias veillent. Les autorités aussi.

Le classement 2014 souligne logiquement la corrélation négative entre un conflit – ouvert ou non déclaré – et la liberté d’information. Dans un contexte d’instabilité, les médias sont des objectifs et des cibles stratégiques pour les groupes ou individus qui tentent de contrôler l’information en violation des garanties apportées par les textes internationaux.

Dans les pays du golfe Persique,  des acteurs de l’information sont arrêtés et jugés, accusés de liens avec la confrérie

La Syrie (177e, 0) incarne ce cas de figure à l’extrême, et occupe désormais le rang de pays où la liberté de l’information et ses acteurs sont le plus en danger.  La crise syrienne apporte également son lot de répercussions dramatiques dans toute la région. Au Liban (106e, -4), elle incite les autorités jordaniennes à serrer la vis et accélère la spirale de violences qui minent l’Irak (153e, -2) où les tensions confessionnelles entre chiites et sunnites s’exacerbent. En Iran (173e, +2), acteur clé de la région, les promesses du nouveau président Rohani d’améliorer la liberté de l’information ne connaissent pour l’instant aucune suite.

Les chutes du Mali (122e, -22) et de la République centrafricaine (109e, -34) illustrent également cette corrélation négative. Les guerres ouvertes ou intestines qui déstabilisent la République démocratique du Congo (151e, -8), tout comme les actions de guérillas et de groupes terroristes en Somalie (176e, 0) et au Nigeria (112e, +4) ne contribuent pas à améliorer leur classement.

L’arrivée au pouvoir des Frères musulmans en Égypte (159e, 0) à l’été 2012 s’est accompagnée d’une recrudescence d’exactions à l’encontre des journalistes, et d’une mise en coupe réglée des médias par la confrérie, stoppée net un an plus tard. Depuis le retour de l’armée au pouvoir, la « chasse aux Frères » concerne les journalistes égyptiens tout comme leurs confrères turcs, palestiniens ou syriens. Dans les pays du golfe Persique – en particulier les Émirats arabes unis (118e, -3) –, des acteurs de l’information sont arrêtés et jugés, accusés de liens avec la confrérie.

Et pour finir, les pays jugés le plus dangereux du monde pour les journalistes par RSF : la Syrie, la Chine (176e),  le Turkménistan (178e), la Corée du Nord (179e) et l’Érythrée (180e), un quatuor inchangé depuis l’an dernier…

Pour télécharger le tableau complet cliquez ici


  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

ÉVÉNEMENTS

VINTAGE & COLLECTIONS

Eté 1967, les Procol Harum sortent le "slow qui tue", "A Whiter Shade of Pale", une des chansons les plus diffusées de ces dernières années et une des plus reprises. Et la dernière version se trouve dans le nouvel album de Santana,"Blessings and Miracles". Lire la suite, ici.


SORTIR À PARIS


Paris - Jusqu'au dimanche 2 janvier 2022
Dalí, l'énigme sans fin

L'Atelier des Lumières vous propose jusqu'au 2 janvier 2022 une balade dans les oeuvres du plus insaisissable des Catalans, Salvator Dali. Une exposition immersive sur une bande son des Pink Floyd. A ne pas rater. Lire la suite, ici.



ATELIER DES LUMIÈRES
38 RUE SAINT-MAUR
PARIS 11E
16 EUROS

BRÈVES

Journée nationale contre le harcèlement scolaire

Depuis le 1er janvier 18 enfants se sont suicidés en France et, chaque année, plus de 700 000 élèves sont victimes de harcèlement scolaire soit près d'un enfant sur dix. En savoir plus, ici.

 
Une messe pour la mémoire d'un cruel dictateur
Le 20 nov 2021 jour de la mort du dictateur Franco a eu lieu une messe à Grenade où assistait le numéro du PP (parti de droite). Une droite qui refuse le travail de mémoire et une reconnaissance des fosses aux 110 000 assassinés
 
Un enregistrement inédit de Lennon mis aux enchères

Estimé entre 27 000 et 40 000 euros, une cassette audio avec un enregistrement inédit de John Lennon va être mise aux enchères à Copenhague le 28 septembre. Il y chante une œuvre inédite, réalisée en 1970 lors d’un séjour méconnu au Danemark.

 
Brésil-Le ministre de l'environnement fier acteur de la déforestation
Cynisme en politique ! Salles, l'ex ministre de l'environnement est un fier acteur pris la main dans le sac du déboisement amazonien pour enrichissement familial.
 
Le salon Livre Paris devient un Festival
En 2022, le Salon du livre change de nom et de formule. Il s'installera, du 21 au 24 avril, au Grand palais de Paris, mais aussi dans la proche couronne parisienne et, à terme, dans toute la France.