- Lire

Marc Lévy : “New York est un lieu de création idéal”

Anaïs Digonnet, Lepetitjournal.com - 7 juin 2018
Le 22 mai dernier en France est sorti "Une fille comme elle", le dernier livre de Marc Lévy. Expatrié depuis 11 ans à New York, l’auteur français le plus lu au monde (50 millions d’exemplaires vendus et traduits dans 49 langues) revient sur la genèse de l’histoire qui se déroule au cœur de Manhattan
Photo : Christian Geisselmann

Lepetitjournal.com/New York : Avec Une fille comme elle, le public vous retrouve de nouveau dans la comédie romantique. Pourquoi avoir décidé de revenir à ce style d’écriture après l’enquête de votre dernier roman La dernière des Standfield ?

Marc Lévy : Les comédies romantiques sont devenues si rares. Je trouve qu’il y a une telle hégémonie des romans où le jeu consiste à trouver l’assassin avant la fin du livre. Au lieu de chercher qui va tuer qui et pourquoi, j’ai préféré me demander qui allait aimer qui et pourquoi. Je sais que cela peut paraître naïf d’avoir envie d’une bouffée de joie de vivre, de s’extraire le temps d’une lecture de la noirceur du monde. Ce livre est aussi une comédie urbaine : la relation entre Sanji et Chloé n’étant pas exclusive à toute l’histoire.

"Je ne pouvais pas trouver meilleur théâtre que New York pour raconter cette histoire"

Les États-Unis sont présents dans presque l’intégralité de votre œuvre. Pourquoi avoir choisi New York pour dérouler cette nouvelle histoire ?

Les États-Unis est un pays qui m’a passionné très jeune mais je n’ai jamais écrit une histoire en préméditant qu’elle s’y déroule. Depuis mon premier roman, le décor est un personnage à part entière de l’histoire. Il n‘y pas de calcul préalable. Le voleur d’ombre (sorti en 2010) est un roman qui n’a pas de lieu, car j’y évoque le rapport que nous entretenons à l’enfance, la résonance qu’elle peut avoir dans nos vies d’adultes. Que le roman se passe en France, en Italie ou en Espagne n’a pas d’importance. Quand j’ai écrit, L'étrange voyage de Monsieur Daldry (sorti en 2011) qui raconte le périple entrepris par une Anglaise dans les années 1950 sur la route des parfums, l’histoire se passe forcément par Istanbul, car l’héröine part sur les traces de son passé qui se révèlent dans la mémoire des odeurs. Une fille comme elle (2018) évoque la façon dont vibre en nous notre différence et la façon dont la société va l’accepter ou la rejeter. Si bien que je ne pouvais pas trouver meilleur théâtre que New York pour raconter cette histoire.

Vous vivez à Manhattan depuis 11 ans. Est-ce qu’Une fille comme elle fait écho à votre quotidien ?

Oui, certains éléments du roman y font écho, l’histoire se passe pour partie dans mon quartier. Ecrire c’est être en observation permanente et il y a beaucoup de choses dans ce livre qui sont le fruit d’une écoute et d’une attention portées aux autres. Et puis, New York est un lieu de création idéal quand on est écrivain car elle offre une incroyable diversité humaine, culturelle et ethnique.

"C’était un peu comme si j’écoutais à la porte du truculent voisinage de cet immeuble de la Cinquième Avenue"

En 2017, vous avez donné une conférence au siège de Google à Paris où vous racontiez qu’avant de vous lancer dans un livre, vous partagiez une anecdote fictive avec votre entourage, anecdote qui serait arrivée à l’un de vos amis. Si, au fil de votre narration, votre audience demandait des détails, vous saviez alors que vous teniez le fil conducteur de votre histoire. Avez-vous procédé de la même manière pour la réalisation de ce nouveau roman ?

Pas cette fois, car ce livre s’est construit pendant que je l’écrivais. Je n’avais pas de plan : je suis entré dans l’histoire avec les personnages qui m’ont guidé de page en page. C’était un peu comme si j’écoutais à la porte du truculent voisinage de cet immeuble de la Cinquième Avenue. J’ai aussi réalisé un vieux rêve d’enfant, lorsque vous marchez dans les rues et vous vous interrogez sur les vies qui se déroulent de l’autre côté des façades, derrières le fenêtres. Avec mon stylo, j’ai poussé la porte cochère et j’ai épié...

Quels sont vos endroits préférés à New York ?

Cela varie selon les saisons mais je dirais Washington Square Park et Greenwich. Ces deux endroits forment une bande latérale que j’adore avec le prolongement sur NoLiTa. C’est un quartier très jeune et assez joyeux où il y a plein de petites galeries, de bistrots et où les rues sont étroites, sans grandes avenues. C’est un îlot que j’aime énormément.

Une fille comme elle
Marc Lévy
Editions Robert Laffont, Mai 2018
21,50 euros

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

ÉVÉNEMENTS

VINTAGE & COLLECTIONS

Naguère jouets, aujourd’hui objets de collection, les voitures miniatures déchaînent les passions : on les recherche, on les accumule. On les classe par marques, matières, échelles, thèmes… Bruno de la Tour, fervent collectionneur, en possède plus de 4 000. Il nous dévoile ses précieux modèles. La suite ici.

SORTIR À PARIS

Le musée Marmottan Monet présente jusqu'au 21 juillet 2019, l’exposition « L’Orient des peintres, du rêve à la lumière ». Riche d’une soixantaine de chefs-d’œuvre provenant des plus importantes collections publiques et privées d’Europe et des États-Unis, cette manifestation entend révéler à travers ce voyage un nouveau regard sur cette 
peinture. Pour en savoir plus, ici.

BRÈVES

Brésil
Une baleine à bosse retrouvée au beau milieu de la mangrove dans l’île de Marajó, au nord du Brésil, intrigue les chercheurs...
 
Sodoma
Onze maisons d’édition dans 22 pays publieront le 21 février l’enquête inédite du journaliste et sociologue Frédéric Martel sur la place omniprésente de l’homosexualité au Vatican.
 
Un gouvernement qui supprime le ministère de la Culture
Le nouveau gouvernement d'extrême droite du Brésil a refusé de créer un nouveau ministère de la Culture estimant ce poste inutile. A méditer !
 
Insolite !

Aux Etats-Unis, une employée municipale transforme un arbre de 110 ans en une petite bibliothèque de quartier !

 
Récompenses
Le prix André-Malraux 2018 du roman engagé a été attribué à Javier Cercas pour Le monarque des ombres, celui de l’essai sur l’art à Georges Roque pour Quand la lumière devient couleur.