- Lire

Revolution in the Head : Les enregistrements studio des Beatles décryptés de A à Z !

Jean-Christophe Mary - 30 mai 2019
Le critique musical Ian Macdonald nous raconte, dans "Revolution in the head", la génèse des 241 titres composés par le quatuor de Liverpool. Chanson après chanson, tout y est décrypté, analysé et expliqué afin de comprendre comment les Beatles ont définitivement marqué l’histoire de la musique

Cet ouvrage extrêmement bien documenté analyse en détail et de manière chronologique les enregistrements des Beatles tout en les replaçant dans le contexte sociologique et musical de l’époque. De « Love Me Do » en 1963 à « I Me Mine » en 1970 en passant par les tout premiers enregistrements amateurs de 1957 jusqu'aux titres démos de John Lennon « Free as a Bird » (composée et enregistrée pour la première fois par John Lennon vers 1977 puis retravaillée par les trois Beatles survivants en 1994) et « Real Love » sortie en 1996, sans oublier les nombreux inédits publiés dans le Live At The BBC et les trois volumes de la série Anthology, Ian Macdonald revient sur les thèmes développés dans les chansons mais aussi leur élaboration technique, les interactions entre les musiciens. 

De la genèse à la réalisation en passant par le les dates d’enregistrement et de mixage, le nombre de prises, toutes ces principales informations sont ici formidablement documentées. Quand à « Eleanor Rigby », « Tomorrow Never Know », « Strawberry Fields For Ever » ou « A Day in The Life » considérés musicalement comme plus complexes dans leur construction, l'auteur consacre à chaque titre un chapitre complet à travers lequel il se livre à un décryptage des plus minutieux. 

Cet ouvrage apporte un éclairage aussi bien conceptuel que technique sur le processus créatif des Fab Four. Techniques de studio, instruments, innovations musicales, tout est passé au crible pour apprécier leur extraordinaire démarche artistique. Un angle original de voir John, Paul, George et Ringo comme vous ne les avez jamais encore vus.

Jean-Christophe Mary pour www.micmag.net
Revolution in the Head : Les enregistrements des Beatles et les sixties
Ian MacDonald (Avec la contribution de), Aymeric Leroy (Traduction)
Editions Le mot et le reste, janvier 2019
24,90 euros

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

ÉVÉNEMENTS

VINTAGE & COLLECTIONS

A l’origine, elle n’était qu’une légumineuse, noire ou verte, glissée dans une galette. Au fil du temps, en plastique ou porcelaine, elle a pris toutes sortes de formes. Aujourd’hui, la fève est un véritable objet de collection. D’où vient-elle ? Comment est-elle fabriquée ? Des réponses, ici.

SORTIR À PARIS

Cette rétrospective est la première grande exposition jamais consacrée en France au Gréco (1541-1614),né en Crète, formé en Italie et devenu célèbre en Espagne. Peintures, dessins, sculptures... au total près de 80 oeuvres sont présentées au Grand Palais jusqu'au 10 février prochain. Lire la suite, ici.

BRÈVES

Bowie donne son nom à une rue

Le 10 janvier, le maire du XIIIe arrondissement de Paris a confirmé qu'une rue prendrait le nom de David Bowie dans le quartier de la gare d'Austerlitz. Un vote est prévu en février.

 
Marbella, le paradis et l'enfer des narcos
Marbella,  refuge de milliardaires en Espagne, 6 assassinats en pleine rue en trois mois. Le dernier, un français de 60 ans. Guerre de clans de narcos ? La police est muette.
 
Le sous marin des narcos
Sur les côtes de Galice (Espagne), la police a repéré un sous marin chargé de 3000 kg de cocaïne pure estimé à plus de 100 millions d'euros. 2 personnes arrêtées et une autre en fuite. Une première en Europe. 
 
Mortel selfie
Selon une étude du All India Institute of Medical Sciences de 2018, les accidents de selfies ont fait 259 morts dans le monde entre octobre 2011 et novembre 2017.
 
"Bowie m'a montré son gros sexe pour me remercier d'une ligne de coke"
C'est ainsi que s'exprime dans son livre  Face it, la chanteuse Debbie Harry (74 ans aujourd'hui) du groupe Blondie. Elle termine par :"le sexe de David était je dois bien l'avouer impressionnant."