France - Musique

Cali : « les gens ont vraiment besoin d'un beau happy end »

Marie Torres - 17 décembre 2012
Chanteur passionné, engagé, lyrique, Cali serait-il sur la voie de la sagesse ? C’est ce que laisse présager son cinquième album, « Vernet-Les-Bains », du nom de son village natal des Pyrénées-Orientales.

On connaissait Cali sautant, bondissant sur scène.  Cali chanteur énervé, engagé. Mais voilà après quatre albums et des centaines de concerts endiablés, notre Catalan a besoin de souffler. « Je me suis rendu compte que cela me faisait du bien de ne pas être obligé de pousser la voix pour être au-dessus du groupe », a-t-il remarqué.

Et Cali a commencé à écrire de nouvelles chansons. Chez lui, dans le sud, à Rivesaltes près de Perpignan, ou pendant ses étapes parisiennes. Il s’est mis à enregistrer, avec très peu de musiciens. Un, deux, trois pianos… une guitare, le violon historique des Waterboys, Steve Wickham… Et ce cinquième album « Vernet-Les-Bains » est dans la retenue,. Dans l’épure. Dans la douceur. Une mélodie, un texte, une mélodie, un texte, une mélodie…
Même si le bonheur n’est pas tout à fait là. Vous connaissez Cali ? Ses fantômes l’accompagnent toujours ;  « On dit que la souffrance forge le caractère/On dit ça… », chante-t-il dans « Venez me chercher ». Ou encore : « Je sais que l’amour a tué plus de gens que tout un siècle de choléra », dans « Amour m’a tuer ». Mais il reconnaît aussi, dans « Happy End » que « les gens ont vraiment besoin d'un beau happy end ». Alors…

Visionner le clip L’amour est éternel

Marie Torres
Vernet-Les-Bains, Cali
16€99

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

ÉVÉNEMENTS

SORTIR À PARIS

Icônes de l’art moderne, la collection Chtchoukine jusqu’au 20 février 2017 à la Fondation Louis Vuitton

Jusqu’au 8 janvier 2017, la Fondation Cartier pour l’art contemporain présente Le Grand Orchestre des Animaux

NEWSLETTER

L'ALBUM DE LA SEMAINE

Grâce divine

Reportage sur Arte, voguing en vogue au 104 et au Carreau du Temple à Paris, Conexão G dans les favelas de Rio...après des années de silence gêné, l'univers artistique LGBT accède enfin à la reconnaissance du grand public. A Toronto, son meilleur représentant s'appelle Bruno Capinan. Ce Bahianais d'origine signe avec Divina Graça, son troisième opus, l'un des meilleurs disques brésiliens de 2016. Du moins l'un des plus apaisants. Intelligemment produit par Domenico et Bem Gil (le fils de), l'album, un pur joyau mi Caymmi, mi Caetano et qui bénéficie de l'apport discret de cuivres canadiens, célèbre avec retenue l'amour gay tout en flirtant du côté des blocos afros et du carnaval d'antan. Les percussions, toutes en finesse, le swing et la mystique de Jorge Benjor complètent avec grâce cette union réussie entre sensualité et spiritualité.

BRÈVES

La sologamie, quésako ?

Une pratique en vogue en Grande-Bretagne, aux Pays-Bas, au Canada ou encore aux Etats-Unis qui consiste à… se marier avec soi-même !

 
Barcelone 600 000 euros d'amende !

Sanction des plates-formes de location de logements Airbnb et HomeAway à hauteur de 600 000 euros chacune, pour avoir loué des appartements sans les autorisations nécessaires.

 
Délivrer l’Alerte

Les 26 et 27 novembre se tient, à Paris, le Salon Des Livres et l’Alerte pour encourager à l’écriture et réfléchir sur le lancement et les lanceurs d’alerte. En savoir plus, ici.

 
Les USA aux mains de l'extrême droite ?
"Ne nous y trompons pas  : la première puissance mondiale est désormais aux mains de l’extrême droite." Johan Hufnagel dans Libération du 9 nov.
 
« Un bon criminel est un criminel mort »

Une affirmation qui reçoit l’approbation de 60 % des Brésiliens, selon un sondage du Forum brésilien de la sécurité publique repris par le Correio Braziliense.