Hong Kong - Musique

MATTHIEU CHEDID – "Mon plus grand objectif est de m’enrichir des artistes asiatiques"

Laura Pouliquen (lepetitjournal) - 
Trois ans après sa première tournée en Chine, Matthieu Chedid, dit -M-. en tournée en Asie, l'artiste promet quelques jolis moments d’intimité et de poésie. Comme ce duo avec la chanteuse chinoise underground ChaCha, un atout charme de taille pour l’artiste français qui est encore peu connu en Asie.

 Pour commencer, parlons de votre première tournée en Chine en 2010. Quel souvenir en gardez-vous?

Matthieu Chedid - Ma première tournée asiatique a été lumineuse, j’étais en phase avec mon public. C’est une de mes plus belles expériences en tant qu’artiste. Rien que le fait d’en reparler me donne des frissons… J’ai chanté à Beijing mais mon souvenir le plus mémorable reste le jour de la tête de la musique, le 21 juin, à Shanghai. Le public était composé de beaucoup d’expatriés bien-sûr, à 70% je dirais… -M- n’est pas connu en Chine mais le public étranger à bien réagi à ma musique et j’ai reçu ce jour là un merveilleux témoignage d’amour. J’ai cependant été frustré par le manque de temps pour rencontrer et collaborer avec des locaux… Mon plus grand objectif cette fois-ci est de m’enrichir des artistes asiatiques, de pouvoir leur parler de tous les instruments typiques que j’avais découvert en 2010 et que je continue de jouer aujourd’hui. La Chine est devenue comme plus réelle pour moi, moins inaccessible et impénétrable.

Pensiez–vous travailler avec des artistes chinois lorsque vous avez planifié cette tournée ?

Pierre A, mon ami et mentor durant cette tournée asiatique 2014 m’a envoyé il y a quelques temps des morceaux de musique d’artistes locaux. J’ai immédiatement flashé sur la voix particulière de ChaCha.  J’ai découvert elle une Björk venue d’Orient… Il était donc essentiel pour moi de travailler avec elle. Je me suis imprégné de son univers et de celui de son groupe AM444 pour composer et la compléter sur un titre intitulé "Détache toi/Shen Jing Mo Shao." Je ne suis pas déçu, elle est extraordinaire, pas du toutmainstream, juste authentique. Les collaborations franco-chinoises se font rares, je suis fier de notre travail. Quand au dessinateur qui a conçu la pochette de notre single, Leilei, il est merveilleux. J’ai eu beaucoup de chance. Leilei est très connu en Chine et cette pochette est une oeuvre d’art.

Suite à cette collaboration, avez-vous une nouvelle vision de la scène musicale chinoise ?

Il est certain que, grâce à ChaCha, la langue chinoise m’est plus familière. Je suis très agréablement surpris par le mariage de nos deux voix … J’y trouve des similitudes à l’écoute, presque comme si il s’agissait de la même langue. Cette collaboration avec ChaCha m’a profondément donné envie de réitérer l’expérience.

Aujourd’hui, on vous désigne souvent par votre vrai nom Matthieu Chedid mais à vos débuts vous avez choisi le pseudonyme de M. Etait-ce pour éviter que l’on vous assimile à votre père, Louis Chedid?

-M- a 17 ans cette année, je suis très fier de lui … Je souhaitais avec ce personnage attirer le public dans mon monde, je ne voulais pas que les gens aiment le petit fils d’Andrée Chedid ou le fils de Louis Chedid.

A seulement 6 ans, vous chantiez sur le single de votre père intitulé "T’as beau pas être beau", être chanteur, c’était une destinée ?

Lorsque l’on nait dans une famille d’artistes, la logique est devenir artiste soi-même … Les choses se sont donc faites très naturellement … Je n’ai pas eu d’effort à faire pour devenir ce que je suis aujourd’hui, j’ai grandi dans un milieu où la musique était à l’honneur et j’ai eu la chance d’hériter du talent de poète de ma grand-mère. Lorsque j’étais enfant, Papa recevait Alain Souchon, Jacques Dutronc à la maison et nous chantions… Un peu plus tard, je suis devenu fan de Jimi Hendrix, j’ai appris la guitare avec une bande de pots dans un groupe que l’on a appelé « les bébés fou ». J’ai compris à ce moment là que ma vie était sur scène. Pour notre premier concert, notre seul public était nos parents… J’ai acquis de l’expérience grâce aux conseils de mon père. J’ai également fait partie d’un autre groupe de musique avec mon ami Jérôme Goldet. Chaque expérience, chaque collaboration, chaque rencontre ont été pour moi l’occasion de me perfectionner, de créer, de devenir meilleur. Je n’ai jamais fait d’école de musique, j’ai tout appris sur scène.

On compare parfois vos performances scéniques à du cirque. Que pensez-vous de cette idée ?

J’essaye toujours d’offrir plus qu’un simple concert à mes fans. Je pense que le terme « cirque » fait référence à la variété des émotions qui se passent sur scène lors de mes concerts … Je veux faire rêver les gens.

Etre sur scène est donc pour vous beaucoup plus intense que les enregistrements en studio ?

Ce sont deux choses complètement différentes … Etre en studio, c’est quelque chose de fort mentalement, tu dois retranscrire tout un univers dans chaque chanson, alors qu’être sur scène, c’est être dans la célébration de l’instant et se laisser aller… Et je pense que les meilleures choses se passent lorsque l’on cesse de penser… C’est impossible à comparer.

Votre personnage public est-il très différent de celui que vous êtes dans la vie?

Tu vois le Yin et le Yang ? C’est moi … Dans ma vie privée, je suis timide et réservé alors que sur scène, je suis plus du genre explosif. J’ai besoin d’être les deux, clinquant et calme. C’est pourquoi je crois que je me sens si proche du taoïsme … J’aime la dualité dans chaque chose. Je tiens ce trait de ma grand-mère … Cela m’inspire.

La paternité vous a-t’elle beaucoup changé ?

La paternité te fait basculer de l’enfance à l’adulte, te donne des responsabilités. La paternité a renforcé la part masculine qui était peu présente jusqu’alors. Elle a aussi rendu ma vie plus structurée.

Ces derniers temps, vous avez composé plusieurs musiques de films… Est-ce un travail de composition très différent de celui d’un album?

Une musique de film est comme un nouveau monde et composer une musique de film est comme un nouveau job. La musique doit servir l’image, tu dois vraiment être subtil pour avoir le pouvoir d’influencer l’image. Ce qui est fascinant dans le fait de composer une musique de film, c’est qu’il y  un vrai travail émotionnel. La musique a le pouvoir de révéler des sentiments, des émotions, de porter le film même. Hier, je travaillais sur une musique d’un film belge "Bouboule", et une fois encore, j’ai compris le pouvoir de la musique sur les images.

Avez-vous des habitudes, des rituels lorsque vous écrivez vos chansons ?

Ma seule habitude est de ne pas en avoir. Je me fie à mon intuition du moment … Je tente d’absorber toutes les énergies qui se trouvent autour de moi au moment de l’écriture et ce n’est qu’après que je mets les formes.

Quel est pour vous l’objectif ultime à atteindre en tant que musicien ?

Je pense que je reste simple et c’est cela mon ultime but.


  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

ÉVÉNEMENTS

VINTAGE & COLLECTIONS

Cartes postales, voitures miniatures, coqs, boules de neige mais aussi jukeboxes... 23% des Français de plus de 15 ans déclarent réaliser une collection. Qui sont-ils ? Pourquoi conservent-ils des objets ? Retour sur quelques portraits de "passionnés". Lire la suite.

SORTIR À PARIS

Jusqu'au 11 novembre prochain, l'Atelier des Lumières nous plonge, avec un parcours immersif, parmi les artistes majeurs de la Vienne impériale de la fin du XIX siècle. En tête de file, les oeuvres de Gustav Klimt. Une véritable féérie. En savoir plus, ici.

BRÈVES

Victor del Arbol Prix SNCF 2018

Toutes les vagues de l’océan, de Victor del Arbol remporte le Prix SNCF 2018 du polar. Pour en savoir plus, ici.

 
Fred Vargas couronnée... en Espagne !
Considéré comme le Nobel de littérature dans le monde hispanophone, le prix Princesse des Asturies de littérature a été remis, le 24 mai, à  Fred Vargas.
 
Harcèlement sexuel

Le Nobel de littérature ne sera pas décerné en 2018 suite au scandale de harcèlement sexuel qui a touché l'institution en novembre dernier.

 
Mona Lisa - 30 millions d'euros pour le voyage
30 millions d'euros est le tarif pour déplacer Mona Lisa et la prêter trois mois dans un musée sous haute surveillance. 
 
Montpellier-Un commando cagoulé attaque des étudiants en réunion
C'est à Montpellier qu'un commando cagoulé armé de planches tranchantes et de matraques s'en est pris à des étudiants en grève de la fac de droit. Le doyen est mis en cause par les occupants.

TRAVEL WITH : 1 month 1 picture AFRICA

Our photographer Michael Wagener in Africa send every month 1 picture from his trip around the world

Flora and Cherrelle From France. Both are living currently in Nairobi , but I met them at the Crazy Afrika Burn (the spirit of Nevada's famous Burning Man to Stonehenge Private Reserve). A electronic music festival in the Karoo desert of South Africa. ©Michael Wagener may 2018