- Musique

Anderson East : « Encore » et encore…

Jean-Christophe Mary - 19 mars 2018
C’est avec un plaisir extrême que l’on apprend le retour d’Anderson East, jeune soulman blanc voué à un avenir très prometteur. Gros plan sur "Encore"...

Après « Delilah » sorti en 2015, le jeune soulman blanc âgé de 29 ans, Anderson East, s’attaque une fois de plus aux fondamentaux de cette soul music qui enchanta les trente glorieuses les.

Dès cet album, Anderson East a su donner à la soul blanche cette dimension qui n’a pas à rougir des grands soulmen black, les Otis Redding, Wilson Pickett et autres Sam Cook. Là, il faut bien rendre hommage au talent de ce jeune homme qui reprend là l’histoire où Van Morrison, Joe Cocker et Eric Burdon l'avaient laissée dans les 60’s. Autant dire qu’avec un grand-père baptiste, un père qui chantait dans une chorale et une mère pianiste, le jeune homme a baigné dans la musique dès son plus jeune âge.

Doté d’une voix qui sent le vécu, sa passion pour la soul des 60’s et des 70’s transparait sur les 11 chansons de ce tout nouveau, tout chaud « Encore ». Dès le premier titre « King For A Day » la basse ondule, les cuivres rugissent et la voix rauque trainante étire les mots comme des élastiques. Anderson touche l’auditeur en plein cœur, tel un pasteur en pleine prédication. On adhère vraiment aux refrains énergiques de « Surrender », « Girlfriend » et « When I’m In Need » dans la lignée des grands chanteurs de l’écurie Stax. Les influences se fondent harmonieusement, mixant grooves Rythm & Blues, gospel-blues, le tout rehaussé de touches flamboyantes de cuivres.

Le puissant « King for a Day », suivi du torride « Sorry You're Sick », reprise de Ted Hawkins vous prennent par les tripes tandis que le "Somebody Pick Up My Pieces" de Willie Nelson est interprété de manière si enflammée, que l’on pourrait entendre une performance digne de Joe Cocker. Pour faire retomber la tension, on trouve des ballades mid tempos émouvantes telles « Cabinet Door », « This Too Shall Last ». Sur le déchirant « If You Keep Leaving Me » l’ombre d’Otis Redding plane de bout en bout. Un ange passe…

On vous le redis, on vous le répète, cette voix envoûtante, identifiable entre mille, sonne magnifiquement comme un croisement métissé entre Otis Redding et de Joe Cocker. « Encore » confirme que l’on assiste à la naissance d’un grand artiste. Mais rappelons aussi que la concurrence est rude à commencer par ces nouveaux venus, les Nathaniel Rateliff, Lukas Nelson ou Eli "Paperboy » Reed, pour ne citer qu’eux. Monsieur Anderson East, on vous souhaite bonne chance.

Jean-Christophe Mary pour www.micmag.net
Encore
Anderson East
CD, 13,99 euros
Vinyle,21,40 euros

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

ÉVÉNEMENTS

VINTAGE & COLLECTIONS

Naguère jouets, aujourd’hui objets de collection, les voitures miniatures déchaînent les passions : on les recherche, on les accumule. On les classe par marques, matières, échelles, thèmes… Bruno de la Tour, fervent collectionneur, en possède plus de 4 000. Il nous dévoile ses précieux modèles. La suite ici.

SORTIR À PARIS

Le musée Marmottan Monet présente jusqu'au 21 juillet 2019, l’exposition « L’Orient des peintres, du rêve à la lumière ». Riche d’une soixantaine de chefs-d’œuvre provenant des plus importantes collections publiques et privées d’Europe et des États-Unis, cette manifestation entend révéler à travers ce voyage un nouveau regard sur cette 
peinture. Pour en savoir plus, ici.

BRÈVES

Brésil
Une baleine à bosse retrouvée au beau milieu de la mangrove dans l’île de Marajó, au nord du Brésil, intrigue les chercheurs...
 
Sodoma
Onze maisons d’édition dans 22 pays publieront le 21 février l’enquête inédite du journaliste et sociologue Frédéric Martel sur la place omniprésente de l’homosexualité au Vatican.
 
Un gouvernement qui supprime le ministère de la Culture
Le nouveau gouvernement d'extrême droite du Brésil a refusé de créer un nouveau ministère de la Culture estimant ce poste inutile. A méditer !
 
Insolite !

Aux Etats-Unis, une employée municipale transforme un arbre de 110 ans en une petite bibliothèque de quartier !

 
Récompenses
Le prix André-Malraux 2018 du roman engagé a été attribué à Javier Cercas pour Le monarque des ombres, celui de l’essai sur l’art à Georges Roque pour Quand la lumière devient couleur.

TRAVEL WITH : 1 month 1 picture

Au coeur de la France rurale- Bistro picard - 2016 - ©HM

Send your picture to be published at  : contact@micmag.net