- Film documentaire

Le président d'Uruguay - Mujica, le pouvoir est dans le coeur

Brigitte Berganton - 9 nov 2014
A l’heure où Mujica, l’actuel président uruguayen, de plus en plus populaire non seulement en Amérique du Sud mais aussi dans le monde entier et à l’aube des élections où il ne sera pas réélu (la constitution uruguayenne ne l’autorise pas), Lucia Wainberg Sasson nous livre son portrait de « Pepe »..

Un film précurseur, à l’image de ce petit pays en forme de cœur, souvent véritable laboratoire politique et social d’Amérique latine.

 Une rencontre inattendue

Mujica, le pouvoir est dans le cœur est un documentaire, souvent filmé caméra au poing. Tourné en partie avant son arrivée au pouvoir (la réalisatrice a obtenu une heure d’interview en 2005) et aussi tout au long de la campagne présidentielle de Mujica en 2009.

Cette rencontre avec « Pepe » est un hasard, selon Lucia, puisqu’elle le croise dans une Ambassade en 2005 et c’est lui qui vient vers elle.

De ce moment, naît la conviction qu’elle se doit de le filmer, de suivre sa trajectoire… En effet, quelques années plus tard, il deviendra président de l’Uruguay pour 5 ans.

Transmettre le message de Mujica

Lucia Wainberg Sasson se défend de faire de lui un portrait politique, elle souhaite seulement refléter une personnalité atypique et résumer son discours politique original, sans langue de bois, afin de le transmettre. Son documentaire est ponctué de chapitres qui synthétisent très bien la pensée de Mujica. Elle se montre sensible au problème de transmission entre les générations, en Uruguay en particulier et dans le reste du monde en général. Ce film est son troisième film après Graines de lumière et Daniel Vidart, un paysan éclairé qui fut l’un des conseillers stratégiques de Mujica.

Elle a d’abord tourné et a ensuite écrit son film au montage (deux mois de travail avec Laura Lefebvre), le tout sur une durée de huit ans. C’est d’ailleurs après ce lapse de temps qu’elle a fait parvenir le film à Mujica.

C’est avant tout un regard qu’elle souhaite apporter, inspirée par l’une de ses grandes références, Pierre Gassmann (grand homme de la photographie, compagnon de route de l’agence Magnum et fondateur de Picto « Voir, c’est un métier, ça prend toute une vie ».

 Redonner du sens à la politique

Pourtant, si ce n’est un film politique, la réalisatrice franco-uruguayenne se penche sur le destin politique d’un pays et au delà de la planète à l’aune du texte d’Hanna Arendt « La politique a-t-elle encore un sens ». Et au moment où la France est sous le gouvernement de Sarkozy.

Quant à Pepe Mujica, 79 ans, 40è président de l’Uruguay, ancien guérillero tupamaro (MLN-T, Mouvement de Libération Nationale Tupamaro), il a lutté contre la dictature uruguayenne (1973-1985). Ce qui lui a valu 14 ans de prison. Il a subi la torture et a fait partie du groupe des otages (les premiers à être exécutés en cas de problème). Enfin, il fut libéré à la fin de la dictature.

Leader politique historique et Président totalement moderne

Leader historique, révolutionnaire vivant, de formation anarchiste, il participe à la création du Mouvement de Participation Populaire (MPP) avec d’autre anciens Tupamaros. Lequel intègre le « Frente Amplio » (sorte d’union de la gauche). Il sera Ministre de l’Agriculture quand en 2005 sera élu le 1er président de gauche en Uruguay, le socialiste Tabaré Vazquez.

Mais Pepe, c’est aussi un homme d’une simplicité déconcertante, loin du protocole et cependant extrêmement moderne. : Il donne des ordinateurs aux enfants, légalise l’avortement, l’adoption par les homosexuels (a un projet concernant le mariage homosexuel), l’IVG et le cannabis. Un floriculteur qui vit encore dans sa ferme des alentours de Montevideo (qu’il souhaite transformer en école agraire), se déplaçant dans sa vieille Coccinelle et considéré comme le Président le plus pauvre du monde car il reverse 87% de son salaire à des fondations sociales.

C’est lui qui fait vraiment figure de « Président normal ». Pour lui, tout doit partir de l’individu : « Rien ne change si tu ne changes pas ». Sachant qu’il faut « avoir une vision globale de l’Humanité ; pour construire il faut inventer une nouvelle mentalité politique, collective, voir à long terme, avec des idées, de la discipline, de la méthode »,.

 Emir Kusturica sur les rangs !

La réalisatrice souligne néanmoins que « Mujica n’est pas une solution, il n’est qu’un exemple » et rajoute « Le sens dans la politique serait de réintégrer l’humain au cœur du dispositif et non de laisser la soif de pouvoir régner… Je pense que Mujica nous fait réfléchir sur ce territoire ».

 L’intérêt du sujet Mujica fait des émules et d’autres films circulent notamment un projet en cours qui commence à faire sérieusement du bruit autour de lui, dont le réalisateur n’est autre que le fameux Emir Kusturica (deux fois Palme d’Or à Cannes : Papa est en voyage d’affaires en 1985, Underground en 1995 et réalisateur du documentaire sur Maradona en 2008).

Mais alors qu’il sortira son film en décembre, au lendemain du second tour des élections (30 novembre) et qu’il a obtenu toutes les autorisations nécessaires et l’argent à la clef –à la hauteur de sa réputation et de son talent- Lucia Wainberg a fait son film avec très peu de moyens et reste une pionnière sur le sujet.

Son film n'a pas encore été diffusé en Uruguay mais grâce à un contact TV récent, elle devrait réussir à le montrer en décembre prochain.

http://www.youtube.com/watch?v=WYNuZtO3YU8

https://www.facebook.com/lepouvoirestdanslecoeur?fref=ts

http://cinesaintandre.fr/

 Brigitte Berganton





  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

ÉVÉNEMENTS

VINTAGE & COLLECTIONS

Vous voulez tout connaître sur la Saint Valentin ? Son origine, ses rites, ses pratiques ? La rédaction de micmag.net vous a concocté un bon petit dossier… Lire la suite, ici.



SORTIR À PARIS

Qui n’a jamais rêvé de découvrir les secrets de l’espionnage ? Les clichés et les fantasmes sur le monde du renseignement sont nombreux, mais quelles sont leurs limites  ? "Espion", l'exposition de la Cité des sciences et de l'industrie vous offre une intrigue unique imaginée à partir d’une documentation sur l’espionnage qui en dévoile l’envers du décor… La suite ici.

BRÈVES

Bowie donne son nom à une rue

Le 10 janvier, le maire du XIIIe arrondissement de Paris a confirmé qu'une rue prendrait le nom de David Bowie dans le quartier de la gare d'Austerlitz. Un vote est prévu en février.

 
Marbella, le paradis et l'enfer des narcos
Marbella,  refuge de milliardaires en Espagne, 6 assassinats en pleine rue en trois mois. Le dernier, un français de 60 ans. Guerre de clans de narcos ? La police est muette.
 
Le sous marin des narcos
Sur les côtes de Galice (Espagne), la police a repéré un sous marin chargé de 3000 kg de cocaïne pure estimé à plus de 100 millions d'euros. 2 personnes arrêtées et une autre en fuite. Une première en Europe. 
 
Mortel selfie
Selon une étude du All India Institute of Medical Sciences de 2018, les accidents de selfies ont fait 259 morts dans le monde entre octobre 2011 et novembre 2017.
 
"Bowie m'a montré son gros sexe pour me remercier d'une ligne de coke"
C'est ainsi que s'exprime dans son livre  Face it, la chanteuse Debbie Harry (74 ans aujourd'hui) du groupe Blondie. Elle termine par :"le sexe de David était je dois bien l'avouer impressionnant."