- Vintage

Stéphane Faucourt, collectionneur hors pair de la saga "Star Wars"

Marie Torres - 3 avril 2016
Avec ses quelque 1 200 pièces, Stéphane Faucourt est en possession de l’une des plus importantes collections européennes de produits et documents dérivés de la saga « Star Wars ». Il est aussi l'auteur de livres de référence sur le sujet.
Stéphane Faucourt devant une partie de sa collection - Photo Judicaelle Stievenard

Après avoir réuni l’une des plus importantes collections européennes de figurines et documents dérivés de Star Wars, Stéphane Faucourt, 43 ans, manager de projets informatiques, a écrit et publié plusieurs ouvrages de référence sur le sujet.  From Meccano to Trilogo en 2006, ou encore La Guerre des étoiles : la Saga Star Wars vue de France en 2013. En tant que spécialiste de la saga américaine, il contribue aussi à de nombreux sites et magazines et participe à des conférences européennes.

Micmag.net :  Vous êtes présenté comme LE collectionneur européen des objets Star Wars. Comment est née cette passion ?

Stéphane Faucourt : Je suis un fan de la première heure ! Je n’ai pas vu La Guerre des étoiles à sa sortie, je n’avais que 6 ans, mais je me rappelle que de nombreuses personnes autour de moi en parlaient, ados et adultes. Ils vantaient tous le côté spectaculaire, les combats spatiaux et les tirs de pistolets laser et sabres laser.

M. : Séduit, vous vous êtes mis en quête des produits dérivés du film ?

S.F. : J'ai commencé ma collection — qui n'en était pas encore une —  en 1978 avec la sortie des premières figurines. Ce sont mes parents qui, en faisant leurs courses, m'ont acheté les 12 premières ! Puis les premiers vaisseaux à Noël... J'ai ainsi suivi la gamme avec les films suivants jusqu'en 1985. Durant la période creuse, de 1986 à 1994, ma passion pour la Trilogie ne m'a jamais quittée, et je revoyais régulièrement les films en profitant des avancées technologiques. J'ai réellement repris ma collection au milieu des années 1990 avec l'annonce de la nouvelle sortie des films. J'ai alors pensé que mes vieux jouets étaient certainement devenus des collectors et que je pourrais trouver ceux que je n'avais pas achetés à l'époque. De fil en aiguille, j'ai recherché les jouets qui me manquaient. J'ai à présent réuni l'une des plus importantes collections européennes de jouets, dans leur emballage, et de documents français de la période 1977-1986.

M. : Vous en achetez toujours ?

S.F. : Non car ma collection se limite à la période d'origine, 1977-1986, mais j'ai parfois des coups de cœurs. J'ai acquis, par exemple, quelques props replica, des reproductions fidèles et généralement à l'échelle 1:1 d'accessoires ou de maquettes utilisés dans les films. Ces pièces sont décoratives et peuvent être exposées avec moins de risque qu'un jouet ancien. J'ai un Yoda — celui de l'Empire — taille 1:1, le casque conceptuel de Dark Vador, ou encore un Chasseur TIE à la taille des maquettes des studios de cinéma.

M. : Combien de pièces avez-vous ?

S.F. : Un peu plus de 1 200, mais cela va de la pièce imposante jusqu'à l'autocollant promotionnel qui ne prend absolument aucune place.

M. : Quelles sont vos  pièces préférées ?

S.F. : C'est une question toujours délicate car les critères d'appréciation d'une collection sont assez subjectifs. Ma pièce préférée est la figurine de Chewbacca — lors appelé Chiktabba — sous  son blister Meccano d'origine, de 1978. Ce n'est pas la plus rare, mais c'est la figurine que j'appréciais le plus étant enfant.

M. : Les avez-vous déjà exposées ?

S.F. : Non, mais c'est quelque chose que j'aimerais faire si l'occasion se présentait un jour; ce serait d'autant plus intéressant que je serais en mesure de présenter l'intégralité de la gamme de jouets française ainsi que de nombreux documents, catalogues, publicités.

M. : En marge de votre collection, vous avez aussi écrit plusieurs ouvrages sur le sujet.

S.F. : Ma collection m'a permis de collecter des documents et de reconstituer la manière dont ils avaient été distribués en France dans les années 1980. Le marché français était assez peu connu des collectionneurs étrangers, et j'ai commencé par contribuer à des sites Web et à des blogs. C'est de là que m'est venue l'idée de mon premier livre, De Meccano à Trilogo  (2007), qui présente les figurines de 10 centimètres commercialisées en France et en Europe de 1978 à 1986.

M. : Ce livre est destiné aux collectionneurs avertis.

S.F. : Oui, c’est pourquoi, en 2011, lorsqu’il a été épuisé mais toujours recherché, j’en suis venu à la conclusion qu'un ouvrage beaucoup plus large sur la production française était nécessaire. J'ai voulu concevoir un livre à lire et à regarder. Le lecteur est invité à se plonger dans le contexte de l'époque pour ressentir la manière dont les films et les produits sont sortis, mais aussi comment ils ont été lancés par la publicité. L'iconographie n'a, bien entendu, pas été négligée : les visuels de tous les produits commercialisés en France, toutes catégories confondues — jouets, posters, albums à collectionner, magazines, disques, cassettes, romans — sont présents.

C'est ainsi qu'est paru, en 2013, La French Touch — le Guide des Produits Collector de la Guerre des étoiles 1977-87 — actualisé en édition définitive en 2016 — un ouvrage de 270 pages couleur, avec l'équivalent de 70 pages de texte et plus de 1 500 visuels de tous les produits dérivés commercialisés en France dans les années 1970-1980.

M. : En 2015, vous  avez publié La Guerre des étoiles : la Saga Star Wars vue de France. 

S.F. : Cet ouvrage est un aboutissement. Un beau livre officiel, sous licence Disney/Lucasfilm, imprimé à des milliers d'exemplaires, co-écrit avec d'autres passionnés, Antoine Bardet et Jérôme Wybon, avec la contribution d'Adam Marchand et de Thierry Mornet.

Un livre qui s'adresse au grand public et aux fans les plus assidus. Il revisite la saga de La Guerre des étoiles en France, de 1977 à 2015. Cela passe par le teasing et l'adaptation des films, la réception dans la presse, les affiches françaises, les produits dérivés et les jouets, les artistes ainsi qu'un chapitre sur la fandom française. Il est organisé en trois parties : la naissance du phénomène (la période originale avec les épisodes 4 à 6), la construction d'une mythologie (la prélogie (la deuxième trilogie), les ewoks, les comics, romans, artistes...), et la Génération Guerre des étoiles (la musique, les produis dérivés, la fandom...).

M. Cet ouvrage a dû exiger des recherches importantes?

S.F. : Oui, nous avons dû mener des recherches complémentaires. Pour ma part, j'ai aussi  exploré la période moderne des produits dérivés pour présenter des chapitres cohérents. Nous avons pris énormément de plaisir à l'écrire et nous sommes fiers d'avoir réalisé un beau tour de force : ce livre est le premier produit officiel à utiliser le logo original Guerre des étoiles français depuis 1994, et c'est aussi le premier livre publié directement en français pour le marché domestique; les livres sont d'habitude traduits de l'anglais.

Si vous aussi vous êtes un fana des figurines Star Wars, sachez que leur prix varie entre une dizaine d'euros à plus de 200 euros, pour un aperçu cliquez ici.

Les ouvrages de Stéphane Faucourt : La French Touch et La Saga vue de France

Marie Torres pour www.micmag.net
La Guerre des Etoiles,
La Saga Star Wars vue de France
Stéphane Faucourt et Antoine Bardet
Editions Huginn et Muninn, 2015
29,95 euros

La French Touch: Le Guide Complet des produits Collector de la Guerre des Etoiles
Stéphane Faucourt
44 euros
1
2
3
4
  • Stéphane Faucourt devant quelques objets de sa collection - Photo S.F.
  • Photo S. F
  • Couverture de l'ouvrage La Guerre des Etoiles -Photo S.F
  • Couverture de l'ouvrage French touch - Photo S. F

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

ÉVÉNEMENTS

VINTAGE & COLLECTIONS

Cartes postales, voitures miniatures, coqs, boules de neige mais aussi jukeboxes... 23% des Français de plus de 15 ans déclarent réaliser une collection. Qui sont-ils ? Pourquoi conservent-ils des objets ? Retour sur quelques portraits de "passionnés". Lire la suite.

SORTIR À PARIS

Jusqu'au 27 janvier 2019, le Musée du Luxembourg propose une rétrospective d'Alphonse Mucha. Affiches, planches, peintures, photographies, bijoux, sculptures, pastels... sont à découvrir. Pour en savoir plus, ici.

BRÈVES

Brésil

Plus de 4000 professionnels du livre ont signé une pétition en ligne, pour soutenir la candidature de Fernando Haddad (Parti des travailleurs) à la présidence et alerter sur les dérives de son opposant Jair Bolsonaro.

 
Un journaliste tué au Mexique
Mario Gomez est le 9e reporter tué cette année au Mexique, deuxième pays le plus dangereux pour exercer l’activité de journaliste après la Syrie.
 
Des notes de frais faramineuses
Le Canard enchaîné du 19/09 chiffre à 410 000 euros sur cinq ans – soit plus de 6 800 euros par mois les frais de transport de Jean-Paul Cluzel l'ex patron des musées nationaux
 
Insolite !
Une librairie de Brattlebroro, dans l’Etat du Vermont, au nord-ouest des Etats-Unis, donne des livres au commissariat de sa ville pour occuper les personnes en garde à vue.
 
Ricardo Darin pour la légalisation de l'avortement
L'acteur Ricardo Darin se prononce en Argentine pour l'avortement libre et gratuit contre l'avis du Pape. Le Sénat doit se prononcer.