- Voix Libre

France- Nos meilleurs vœux, Madame la Ministre, pour la réalisation de 4 mesures urgentes !

Nicole Esterolle (Lyon) - 12 février 2014 |
Madame la Ministre, il y a une autre réalité de l’art que celle du marché actuel de l’art qui choque et scandalise les français par ses dérives et son affairisme.
Copyright Adagp 2014

Cette confusion doit cesser et vous pouvez y contribuer lors de la prochaine loi sur la création artistique. Vous le pouvez ! En prenant 4 mesures simples et de bon sens.

4 mesures urgentes :

 1-Arrêter la promotion des artistes vedettes de l’Art contemporain dans les circuits les plus prestigieux du patrimoine , LE LOUVRE, le musée D’ORSAY , VERSAILLES, BEAUBOURG ETC….. car elle est source majeure de conflits d’intérêts répercutés aux échelons inférieurs , par exemple aujourd’hui l’échelon des FRAC dans trente gares SNCF, et cela gangrène tout le milieu de l’art.


2 – Rayer d’un trait de plume le corps des inspecteurs de la création qui vérole la création depuis trente ans.


3- Faire appliquer  la règle qui interdit dans les musées publics des monographies d’artistes vivants. Sa non application fausse depuis les années 60 les cotes des artistes en fabriquant de toutes pièces des positions dominantes privées avec l’argent public . Exemple de Martial Raysse et son galeriste Karel Mennour en mai 2014 à Beaubourg ! Qu’il y ait des sanctions sévères lorsque cette règle est transgressée au lieu d’en féliciter les acteurs !


4-Demander aux commissions d’acquisition que chaque décisionnaire énonce ses critères comme cela est fait en Allemagne par respect du contribuable.

Madame la Ministre, aujourd’hui les français sont de plus en plus nombreux à refuser une soit-disant excellence française dans les arts plastiques qui n’est que mensonge et tromperie.”


Cette Lettre de vœux est extraite du site http://www.face-art-paris.org

Que reste-t-il de la culture française subventionnée?

Pour compléter sans doute le travail d’Alain Quémin, le Journaliste américain, Donald Morrison a publié, un essai fracassant intitulé « Que reste-t-il de la culture française ?».

Quel bilan fait-il quatre ans plus tard et que pense-t-il d’Aurélie Filippetti, nouvelle ministre de la culture ?


« les artistes français doivent se frotter au reste du monde et non plus se calfeutrer chez eux, abrités par la ligne Maginot des subsides publics. »


Pour lire l’entretien :

http://www.contrepoints.org/2012/08/28/95287-culture-francaise-aurelie-filippetti-minquiete

un autre article à lire :

http://www.contrepoints.org/2014/01/06/152337-la-culture-mene-a-tout-surtout-a-de-nouveaux-


39 élus seulement soutiennent le Manifeste des Arts visuels proposé par la MDA



http://www.lamaisondesartistes.fr/site/vos-elus-soutiennent-le-manifeste-des-arts-visuels/

« Il est urgent que l'État admette la nécessité de réformes structurelles pour permettre dans ses missions l’élargissement du regard administratif et la fin d’une ségrégation esthétique » demande la Maison Des Artistes.

39 élus seulement ont accusé réception des informations concernant l’incurie ou la contre-productivité scandaleuses du Ministère de la Culture en matière d’art contemporain depuis trente ans. Alors que c’est à eux les parlementaires de changer les choses… on s’aperçoit donc qu’ils s’en foutent totalement.. ?

Téléchargez le Manifeste des Arts Visuels

9- Philippe Sollers épinglé parmi les néo-réac à l’art contemporain


Groupie bien connue des stars de l’art international et chienne de garde du contemporainisme artistico-financier – et auto-déclarée pour cela grande spécialiste du marché de l’art -  la pulpeuse Judith Benhamou-Huet , vient, dans un article paru dans le figaro, de flinguer Philippe Sollers et son nouveau livre  « Medium .

« L’écrivain français Philippe Sollers – écrit-elle -  nouvelle victime de cet art contemporain tellement à la mode se fend, entre les récits des massages et autres papouilleries d’une créature délicieuse donc nous raconte Gagosian. Oui le marchand aux antennes multinationales, Larry Gagosian…Sollers ne s’intéresse manifestement pas à l’art. Cependant il énonce des faits non vérifiés mais intéressants sur les origines des fonds pléthoriques du marché de l’art actuel : « … le marché de l’art s’avère bien plus opaque. Ce marché noir se prête parfaitement à ce genre de pratiques, puisque des ventes en millions de dollars ont lieu en secret et ne font l’objet de quasiment aucun contrôle ».


10- L’ « art contemporain » : un « concept opérationnel » parmi d’autres

Par  Chris Christobal


Le concept opérationnel est le contraire d'un concept. En effet chez le philosophe un concept lui permet de penser quelque chose. Pour le concept opérationnel c'est ce qui serre à agir au service d'un pouvoir sans être en mesure de penser à ce qu'on agi.


Qui n'a pas entendu parler du philosophe Herbert Marcuse devrait courir lire son livre "L'homme unidimensionnel". Cet ouvrage parut en 1964, que l'on pourrait aussi nommer "Critique de la nouvelle pensée positive", décrit comment "la pensée positive" utilise les mêmes procédés pseudo-rationalistes que ceux mis en place chez les défenseurs de la "nouvelle pensée positive". Vous comprendrez que ces deux façons d'appréhender  la réalité sociale sont en opposition avec "la pensée négative". Mais "la pensée négative" développée par Marcuse n'est autre que la pratique d'une critique systématique de la société.


Ce livre met en exergue les mécanismes de contrôle social, qui sont de plus en plus puissants et qui agissent sur la volonté des individus de la société industrielle avancée, dans une critique radicale de ces systèmes de contrôle. Inexorablement une fausse conscience prendrait le pas, dans cette société irrationnelle, sur le sens réel des choses, savamment alimenté par un appareil répressif d'une efficacité redoutable et jamais égalé. Ce système de répression serait tellement performant qu'il s'infiltrerait dans notre mode de pensée en le réduisant à un schème opérationnel qui servirait d'instrument de domination aux services d'intérêts particuliers divers. L'auteur affirme que ce processus serait tellement avancé qu'une partie de la société, celle même qui pratique la critique aurait été absorbée par la rationalité technologique dominante. Le dessein de L'Homme unidimensionnel était de définir une théorie sociale qui emploierait une analyse transcendante qui dépasserait les limites du discours établi en cherchant des solutions de remplacement historiques au système social prédominant. Les concepts théoriques issus de cette analyse prendraient alors tout leur sens dans le changement social, mais celui-ci ne pourrait advenir qu'après l'élaboration de cette "théorie sociale".



11- De la modernitude de l’art contemporain

C’est bien connu : Arthur Rimbaud est un second soi-même pour tout préposé fonctionnarisé à l’art contemporain français, qu’il soit conseiller, commissaire, curator, inspecteur, directeur, etc. dans tel ou tel dispositif institutionnel dédié à l’art de ce temps… et c’est pourquoi, selon Catherine M. «  ce qui caratérise notre époque, c’est la réconciliation de l’Etat et du génie »(voir ma chronique n° 48)

Arthur Rimbaud avait glissé cette phrase dans un de ses textes d’ « Une saison en enfer » « Il faut absolument être moderne » …et c’est là-dessus que le directeur artistique de la Biennale de Lyon a rebondi, pour ouvrir une nouvelle trilogie 2015-2019 autour du mot « moderne». Il invitera donc  les commissaires qu’il a pressentis  pour les trois futures biennale, à réfléchir sur ce  mot «  moderne », comme il avait donné, pour ses précédentes biennales « à réfléchir » sur les mots histoire, global , transmission, etc.

« Nous savons parfaitement et ce depuis longtemps, depuis Rimbaud au moins, qu’  il faut être absolument moderne » affirme donc notre directeur perpétuel du MAC et de la BAC-Lyon …et c’est en prenant bêtement à la lettre la formule  rimbaldienne  qu’il nous propose de cheminer pendant 6 ans «  avec « moderne », substantif et qualificatif qui synthétise l’actualité artistique du moment… Car moderne, nous précise-t-il,  n’est pas modernisme et n’est pas non plus modernité, mais il (ou elle) peut les contenir, les happer ou les exprimer. Car aujourd’hui, tout est désormais moderne : le néo-modernisme qui sévit dans les arts visuels comme le vintage qui charme le design ou encore le « re-enactment » qui fait de l’histoire un subjectif présent. .. Y a-t-il une singularité du moderne ? Quel est son « mode d’existence » quand il s’agit d’art ? Le pré, le post, l’hyper, l’alter, l’anti sont indéfectiblement modernes aujourd’hui. Pourtant, le moderne au temps des avant-gardes distinguait « le domaine d’élection » de l’artiste, des terrains vagues qui l’entouraient. Depuis, le moderne tardif - avec le postmoderne - a découvert le flux, l’hybride, le bricolage en même temps que les cultures subalternes, le vernaculaire, et l’Autre. … Et voici que pointe maintenant un folkmoderne, un transmoderne…Le moderne, règne à l’échelle de la planète.Nous essaierons d’en clarifier les diffractions, d’en mesurer l’impédance, d’en voir les failles et les dos d’âne. »… Enfin bref, vous l’aurez clairement compris :  c’est à partir de  ce type d’ emplâtre discursif (dont notre directeur est coutumier pour asphyxier les édiles locaux et cultiver sa notoriété internationale de rhétoricien virtuose du rien), à partir de ce boudin verbeux à provoquer constipation mentale et occlusion cervicale irréversible, à partir de cette invraisemblable ratatouille de mots et de concepts (on imagine ce que Rimbaud pourrait penser de ce pédant charabia - à forte impédanced’intelligibilité…), que devra  se faire l’indispensable  clarification de l’acception du mot « moderne »…et c’est ce genre de texte d’une totale opacité langagière, qui présidera à la mise en œuvre d’une opération à dix millions d’euros, d’une égale  opacité financière, bien que dépendante de l’argent et des dispositifs publics…


12- Vieux motard (contemporain) que jamais !

Il y a deux ans, au Musée d’Art Contemporain de Lyon, on avait pu voir – de nos yeux voir – exposée l’authentique Harley Davidson du fabuleux monochromiste motocycliste Mosset (dit Momomo)…

Le MAC remet ça dans le même registre cette année avec une exposition intitulée «  motopoétique » conçue et curatée par le fabuleux critique historien d’art Paul Ardenne, fervent adepte des arts extrêmes et de la motocyclette depuis son plus jeune âge et compagnon de l’exquise Catherine M . lors de folles chevauchées motopoétiques pétaradantes dans les années 90 sur les routes du Lubéron.


A signaler aussi

-que le dimanche 9 mars après-midi, », pour la « Journée internationale pour les droits des femmes »

aura lieu  le 3ème rassemblement à Lyon « Toutes en Moto »

-Qu’un tatouage éphémère sera offert aux visiteurs motards pour l’achat du billet d’entrée à l’expo

En savoir plus : http://www.mac-lyon.com/static/mac/contenu/fichiers/dossiers_presse/2014/dp_motopoetique.pdf


La question qui se pose : est celle de savoir s’il est acceptable qu’argent et lieu public soient ainsi mis à disposition pour de petites   fantaisies personnelles sans grand intérêt artistique… même si l’on peut escompter que cette exposition à cause de son caractère léger et divertissant, puisse plaire à une certaine branchitude culturelle lyonnaise, qui pense peu, qui aime peu, qui se contente de peu, et qui a évité d’aller voir l’expo Cornell au Musée Saint – Pierre, parce que c’est trop pour elle.


  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

ÉVÉNEMENTS

VINTAGE & COLLECTIONS

Né il y a plusieurs millénaire, ustensile utilitaire, accessoire de mode très prisé puis tombé dans l'oubli, l'éventail semble avoir de nouveau le vent en poupe. Georgina Letourmy-Bordier, Experte en éventails à Drouot - Docteur en Histoire de l'Art, nous en parle. La suite ici.

SORTIR À PARIS

Qui n’a jamais rêvé de découvrir les secrets de l’espionnage ? Les clichés et les fantasmes sur le monde du renseignement sont nombreux, mais quelles sont leurs limites  ? "Espion", l'exposition de la Cité des sciences et de l'industrie vous offre une intrigue unique imaginée à partir d’une documentation sur l’espionnage qui en dévoile l’envers du décor… La suite ici.

BRÈVES

Dur dur covid 19 - Micmag touché !
Micmag dans la douleur après la perte d'un ami et co-fondateur de Micmag.net. Thierry Bommart  (informaticien) a succombé suite à une insuffisance respiratoire. Jean-Louis Langlois qui a filmé plusieurs de nos reportages TV a plongé dans le noir puis est en cours de récupération.
 
Bansky à Barcelone - 100% non autorisée
Une centaine de reproduction dans un espace 'Trafalgar' par des artistes eux aussi anonymes. Bansky n'a à ce jour jamais montré son vrai visage ni son identité.
 
Bowie donne son nom à une rue

Le 10 janvier, le maire du XIIIe arrondissement de Paris a confirmé qu'une rue prendrait le nom de David Bowie dans le quartier de la gare d'Austerlitz. Un vote est prévu en février.

 
Marbella, le paradis et l'enfer des narcos
Marbella,  refuge de milliardaires en Espagne, 6 assassinats en pleine rue en trois mois. Le dernier, un français de 60 ans. Guerre de clans de narcos ? La police est muette.
 
Le sous marin des narcos
Sur les côtes de Galice (Espagne), la police a repéré un sous marin chargé de 3000 kg de cocaïne pure estimé à plus de 100 millions d'euros. 2 personnes arrêtées et une autre en fuite. Une première en Europe. 

TRAVEL WITH : 1 month 1 picture

Au coeur de la France rurale- Bistro picard - 2016 - ©HM

Send your picture to be published at  : contact@micmag.net