- Agenda

Cyrano de Bergerac à la Comédie-Française

Jean-Christophe Mary - 21 décembre 2023
Après Pierre Dux en 1938, Jacques Charon en 1964 et Denis Podalydès en 2006, le metteur en scène Emmanuel Daumas signe cette nouvelle production à la Comédie-Française emmenée par Laurent Laffite égal à lui-même ! Une belle réussite.

Elaborée par Edmond Rostand, l’intrigue de ce pacte faustien entre Cyrano (Laurent Lafitte) et Christian (Yoann Gasiorowski) par amour pour Roxane (Jennifer Decker) est riche, tout en contraste et subtilité. Evidemment, le spectateur se délecte de ces vers (plus de 1400 pour le rôle titre !) de ces tirades célèbres qui sont autant morceaux de bravoure qu’effloraisons sentimentales rehaussées ici et là, de belles saillies comiques. Il faut du panache – mot sur lequel d’ailleurs se termine ce morceau de bravoure dramatique – pour s’emparer de cette comédie héroïque et populaire, dont le héros touche au mythe.

ces bruitages étranges, ces distorsions, ces cris synthétiques et hurlement de machines

Héritier de tant de figures romanesques et dramatiques, de Quasimodo à Don Quichotte en passant par Alceste ou d’Artagnan, personnage également attaché à la personnalité historique du véritable Cyrano, Hercule Savignien Cyrano de Bergerac, soldat et poète, noble gascon éclairé, disciple de Gassendi, célèbre épicurien de son temps, la mise en scène d’une telle oeuvre est un sommet qui reste un défi. Emmanuel Daumas le relève dans une mise en scène sobre et efficace qui privilégie avant tout le plaisir du texte. Sous les feux de cet amour passionnel, l’intention festive explose sur le plateau dès le premier acte.

Pleins d’une énergie débordante, les comédiens investissent leurs personnages avec une ardeur touchante. Ils font plier l’alexandrin au rythme de l’expression de leurs sentiments et de leurs actions, au risque d’en faire parfois un peu trop dans l’exaltation du mélange des registres. Par ailleurs comment maîtriser cette fantaisie poétique néoromantique ? C’est l’enjeu principal de la scénographie d’Emmanuel Daumas. Le décor modulable, manipulé à vue par les techniciens (ou les acteurs eux-mêmes !) est conçu pour neutraliser les règles classiques, auxquelles seule l’unité d’action fait ici exception. Échafaudé à partir d’une scène centrale, rehaussée de nuages rose et bleu pâle suspendus aux cintres, ou de lits superposés pour la caserne d’Arras, ce décor très épuré donne entière priorité au jeu. Il met également en relief, par effet d’opposition, les fantaisies de la rencontre des genres voulues par le metteur en scène. En témoigne, les costumes, lesquels mêlent audacieusement le registre d’époque et celui du cabaret, du strass et des paillettes. Il en est de même pour la musique conçue par Joan Cambon avec ces bruitages étranges, ces distorsions, ces cris synthétiques et hurlement de machines qui enveloppent l’espace d’un ton sombre et noir.

Dans ce Cyrano qui flirte avec une outrance
non genrée

Il en va de même pour ces effets de lumière signés Bruno Marsol, dont les variations contrastées jouent sur toute la gamme des possibles, telles ces magnifiques ténèbres dans la scène du balcon. Dans ce Cyrano qui flirte avec une outrance non genrée, à laquelle le nez du héros invite en servant de métaphore, tout est donné à l’envi jusqu’à l’excès lié à cette générosité et à cette flamme propre à la fougue de la jeunesse. Au cœur du dispositif, Laurent Laffite tient rigoureusement le rôle-titre.

Outre le quatuor remarquable qu’il forme avec Yoann Gasiorowski (Christian de Neuvilette) Laurent Stocker (Ragueneau) et Jennifer Decker (Roxanne), on salue le travail de la troupe du Français, comédiens mais également chanteurs, mimes et danseurs, tous plus fascinants les uns que les autres dans leurs interprétations respectives. De Birane Ba (excellent dans le rôle de Lignière ou celui de Mère Marguerite de Jesus) à Nicolas Chupin Carbon de Casteljoux et Adrien Simion ( Le Bret) en passant par Jordan Rezgui ( La Duègne), Pierre Victor Cabrol (Lise), Alexis Debieuvre (qui endosse 7 rôles !) et Elrik Debieuvre (Marquis) tous apportent aux dialogues verve, sensualité, et émotion. Avec ce décor unique qui devient tour à tour théâtre, pâtisserie, balcon, garnison ou couvent et ces magnifiques costumes signés par Alexia Crips-Jones, Emmanuel Daumas signe là une mise en scène de plaisir, divertissante portée par la langue si belle de Rostand. Dépêchez-vous de réserver.

jean-Christophe Mary pour www.micmag.net
Cyrano de Bergerac
Edmond Rostand
Salle Richelieu - Comédie Française
Place Colette, 75001 Paris
Jusqu’au 29 avril 2024
Matinées à 14h, soirées à 20h30.
Tél. : 01 44 58 15 15.
Durée: 2h55 avec entracte.

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

Eventos

La morte amoureuse de Théophile Gautier

La morte amoureuse de Théophile Gautier au Théâtre Darius Milhaud

« Memories »

« Memories » de Philippe Lebraud et Pierre Glénat

Paul Klee, Peindre la musique

L’exposition numérique rend hommage aux deux passions de Klee, la musique et la peinture, et révèle les gammes pictural...

Alô !!! Tudo bem??? Brésil-La culture en déliquescence ! Un film de 1h08 mn

Photo extraite du film de Mario Grave - S'abonner sur notre canal Youtube  pour avoir accès à nos films :

Mundo vintage (clicar no título)

Jean Segura, collectionneur d'affiches de cinéma : « J'en possède entre 10 000 et 12 000 »

Journaliste scientifique, auteur de plusieurs ouvrages, concepteur du site ruedescollectionneurs, Jean Segura est aussi un passionné et un spécialiste de l'affiche de cinéma ancienne. Rencontre, ici.


Destaques de París

« Loading, l'art urbain à l'ère numérique »

jusqu'au 21 juillet 2024 au Grand Palais Immersif


            


Notícias

Madrid, 11 mars 2004

L'Espagne, mais aussi l'Union européenne, rendent un hommage solennel lundi aux 192 victimes de 17 nationalités assassinées il y a 20 ans à Madrid dans des attentats à la bombe qui marquèrent le début des attaques islamistes de masse en Europe.

 
Pablo Neruda a-t-il été empoisonné ?
Cinquante après, le Chili relance l'enquête sur la mort du poète et Prix Nobel de littérature survenue sous la dictature du général Pinochet. Cancer de la prostate ou empoisonnement ?
 
Paris 2024 : les bouquinistes ne seront pas déplacés
Paris 2024 : les bouquinistes des quais de Seine ne seront finalement pas déplacés pour la cérémonie d’ouverture des JO « Déplacer ces boîtes, c’était toucher à une mémoire vivante de Paris » a déclaré à l'AFP Albert Abid, bouquiniste depuis dix ans au quai de la Tournelle.
 
Sophie Calle et la mort !
Sophie Calle, artiste de renom, achète des concessions funéraires au USA en France et ailleurs. "J'achète des trous" dit -elle à propos de sa mort.
 
53 journalistes et proches de médias tués dans la guerre Israel- Hamas
Cinquante-trois journalistes et employés de médias ont été tués depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas, selon le dernier décompte du Comité pour la protection des journalistes (CPJ)