- Lire

"Juliette", Victor Hugo mon fol amour...

Marie Torres - 27 janvier 2020
Sans Juliette Drouet, Victor Hugo serait-il tout à fait devenu Victor Hugo ? Ce roman de Patrick Tudoret, "Juliette", particulièrement émouvant et beau répond à cette question de manière éclatante. Rencontre avec l'auteur.
Patrick Tudoret (Photo, N.Derré)

Micmag.net : “Juliette” n'est pas un roman mais un journal qui donne la parole à cette femme exceptionnelle qui a passé cinquante années auprès de Victor Hugo. Jusqu'ici personne ne lui avait jamais rendu hommage...?

Patrick Tudoret : C’est à la fois un roman – un vrai roman et j’y tiens - et un journal, ou plutôt, disons, des mémoires ou souvenirs apocryphes, car il est écrit à la première personne. Ces souvenirs, elles aurait pu les écrire car elle a beaucoup écrit : 22000 lettres envoyées à Victor Hugo sur cinquante années, par exemple, ce qui est incroyable, mais aussi des notes de voyage ou une relation de son éducation au couvent des Madelonnettes que j’évoque dans le roman. Si ses notes de voyage sont assez cliniques, précises, mais sans ambition littéraire assumée (elle les prenait à la demande de Victor Hugo pour étayer son propre travail), ses lettres témoignent d’une grande liberté d’esprit, de ton et d’une manière bien à elle de voir le monde, pleine d’humour, de générosité, de fantaisie. 

"Juliette a été pour Hugo bien plus qu'une amante, plus même qu'une épouse"

Pour répondre à la fin de votre question, il y a déjà eu quelques biographies de Juliette Drouet, rendant hommage à la femme exceptionnelle qu’elle fut, mais jamais de roman, c’est le premier et je tenais à ce qu’il soit écrit à la première personne. C’est une manière de la rendre plus présente, plus vivante, plus “réelle”, et l’écrire a été un vraie volupté.

M. : Juliette a été pour Hugo bien plus qu'une amante, plus même qu'une épouse, elle lui a consacré sa vie, l'a accompagné dans tous ses combats et dans tous ses deuils, notamment celui de Léopoldine.

P.T. : Juliette fut la muse, y compris critique, de Victor Hugo, ne lui a-t-elle pas inspiré des dizaines de poèmes, des milliers de lettres et n’apparaît-elle pas de manière cryptée dans toute son œuvre romanesque ? Elle fut son amante, son amie, sa complice en mille “forfaits” et mille combats, mais aussi sa femme, “sa plus qu’épouse”, en vertu non d’un contrat de mariage (encore que l’on dit qu’il lui a proposé le mariage à la fin de leur vie), mais d’un pacte d’amour passé entre eux et qui ne devait jamais mourir en dépit des nombreux vents contraires. Il est vrai aussi, qu’elle l’a soutenu dans tous ses combats politiques, sociaux et, bien sûr littéraires en l’aidant à mettre ses livres au propre et faisant feu d’avis dont il tenait compte.

Je suis persuadé que sans elle, il ne serait sans doute jamais devenu pleinement Victor Hugo. 

Des deuils, ils en ont vécus de multiples puisqu’ils ont vu partir Léopoldine, en effet, à dix-neuf ans à peine..., mais aussi Claire, la fille que Juliette avait eu avec le sculpteur Pradier, morte de phtisie à vingt ans, gamine très prometteuse que “Toto” (de son petit nom intime) aimait comme sa fille. Et bien sûr les fils, Charles et François-Victor, morts au tout début de la quarantaine – que Juliette aimait comme ses fils – et ne parlons pas d’Adèle cette fille surdouée qui finit entre les murs d’un asile... Tous ces drames auraient pu briser leur couple, mais au contraire il en sortit meurtri, mais fortifié à chaque fois.

Enfin, entre le jeune écrivain prometteur, poursuivi par le parfum de soufre du scandale d’Hernani et le monument national qu’il est devenu, il y a eu mille choses : révolutions, tragédies, réussites éclatantes, échecs, mais aussi Juliette Drouet qui fut constamment à ses côtés et jusque dans l’exil. Je suis persuadé que sans elle, il ne serait sans doute jamais devenu pleinement Victor Hugo.

M. : A travers l'histoire de cette passion, ce sont aussi cinquante années d'Histoire et de grands événements qui défilent...

P.T. : Oui, et c’est aussi ce qui donne son prix à leur histoire. Ils ont traversé le siècle – et cela apparaît bien sûr dans le roman – et ses convulsions, ses révolutions, ses guerres. Le grand vent de l’histoire les a portés bien au-delà d’eux-mêmes (elle lui a même sauvé la vie lors du coup d’Etat de décembre 1851) et en a fait des figures de légende. C’est cette légende vraie que je voulais raconter. “L’acteuse” - comme elle se désignait elle-même avec ironie – qui connut un certain renom dans le Paris des théâtres et fut très courtisée, a épousé le destin exceptionnel de l’homme qu’elle aimait, mais ce fut un choix et elle le fit en toute conscience comme la femme libre et au caractère bien affirmé qu’elle était. Cinquante années, un demi-siècle d’amour, c’est une durée assez prodigieuse, mais c’est surtout ce message que malgré les accrocs – et il y en eut de la part de ce diable d’homme, mais qui l’aimait au fond plus que tout -, malgré d’incroyables turbulences que nous imaginons à peine aujourd’hui tant ce que nous prenons pour l’Himalaya ne sont que de pâles collines à côté... : une vie sans amour n’est pas une vie. “L’Enfer, c’est de ne plus aimer”, comme Bernanos l’écrira plus tard.

Pour en savoir plus sur l'auteur, ici
Lire aussi :
Patrick Tudoret : “La bénévolence : un mini “Big bang” intérieur...”
Patrick Tudoret : de la biographie au théâtre et au polar, l’art de jouer sur plusieurs tableaux... 
Patrick Tudoret : L'homme qui fuyait le Nobel 

Marie Torres pour www.micmag.fr
Juliette, Victor Hugo, mon fol amour
Patrick Tudoret
Editions Tallandier, 2020
18,50 euros

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

Eventos

Mundo vintage (clicar no título)

Né il y a plusieurs millénaire, ustensile utilitaire, accessoire de mode très prisé puis tombé dans l'oubli, l'éventail semble avoir de nouveau le vent en poupe. Georgina Letourmy-Bordier, Experte en éventails à Drouot - Docteur en Histoire de l'Art, nous en parle. La suite ici.

Destaques de París

Qui n’a jamais rêvé de découvrir les secrets de l’espionnage ? Les clichés et les fantasmes sur le monde du renseignement sont nombreux, mais quelles sont leurs limites  ? "Espion", l'exposition de la Cité des sciences et de l'industrie vous offre une intrigue unique imaginée à partir d’une documentation sur l’espionnage qui en dévoile l’envers du décor… La suite ici.

Notícias

Dur dur covid 19 - Micmag touché !
Micmag dans la douleur après la perte d'un ami et co-fondateur de Micmag.net. Thierry Bommart  (informaticien) a succombé suite à une insuffisance respiratoire. Jean-Louis Langlois qui a filmé plusieurs de nos reportages TV a plongé dans le noir puis est en cours de récupération.
 
Bansky à Barcelone - 100% non autorisée
Une centaine de reproduction dans un espace 'Trafalgar' par des artistes eux aussi anonymes. Bansky n'a à ce jour jamais montré son vrai visage ni son identité.
 
Bowie donne son nom à une rue

Le 10 janvier, le maire du XIIIe arrondissement de Paris a confirmé qu'une rue prendrait le nom de David Bowie dans le quartier de la gare d'Austerlitz. Un vote est prévu en février.

 
Marbella, le paradis et l'enfer des narcos
Marbella,  refuge de milliardaires en Espagne, 6 assassinats en pleine rue en trois mois. Le dernier, un français de 60 ans. Guerre de clans de narcos ? La police est muette.
 
Le sous marin des narcos
Sur les côtes de Galice (Espagne), la police a repéré un sous marin chargé de 3000 kg de cocaïne pure estimé à plus de 100 millions d'euros. 2 personnes arrêtées et une autre en fuite. Une première en Europe.