- Lire

"Juliette", Victor Hugo mon fol amour...

Marie Torres - 27 janvier 2020
Sans Juliette Drouet, Victor Hugo serait-il tout à fait devenu Victor Hugo ? Ce roman de Patrick Tudoret, "Juliette", particulièrement émouvant et beau répond à cette question de manière éclatante. Rencontre avec l'auteur.
Patrick Tudoret (Photo, N.Derré)

Micmag.net : “Juliette” n'est pas un roman mais un journal qui donne la parole à cette femme exceptionnelle qui a passé cinquante années auprès de Victor Hugo. Jusqu'ici personne ne lui avait jamais rendu hommage...?

Patrick Tudoret : C’est à la fois un roman – un vrai roman et j’y tiens - et un journal, ou plutôt, disons, des mémoires ou souvenirs apocryphes, car il est écrit à la première personne. Ces souvenirs, elles aurait pu les écrire car elle a beaucoup écrit : 22000 lettres envoyées à Victor Hugo sur cinquante années, par exemple, ce qui est incroyable, mais aussi des notes de voyage ou une relation de son éducation au couvent des Madelonnettes que j’évoque dans le roman. Si ses notes de voyage sont assez cliniques, précises, mais sans ambition littéraire assumée (elle les prenait à la demande de Victor Hugo pour étayer son propre travail), ses lettres témoignent d’une grande liberté d’esprit, de ton et d’une manière bien à elle de voir le monde, pleine d’humour, de générosité, de fantaisie. 

"Juliette a été pour Hugo bien plus qu'une amante, plus même qu'une épouse"

Pour répondre à la fin de votre question, il y a déjà eu quelques biographies de Juliette Drouet, rendant hommage à la femme exceptionnelle qu’elle fut, mais jamais de roman, c’est le premier et je tenais à ce qu’il soit écrit à la première personne. C’est une manière de la rendre plus présente, plus vivante, plus “réelle”, et l’écrire a été un vraie volupté.

M. : Juliette a été pour Hugo bien plus qu'une amante, plus même qu'une épouse, elle lui a consacré sa vie, l'a accompagné dans tous ses combats et dans tous ses deuils, notamment celui de Léopoldine.

P.T. : Juliette fut la muse, y compris critique, de Victor Hugo, ne lui a-t-elle pas inspiré des dizaines de poèmes, des milliers de lettres et n’apparaît-elle pas de manière cryptée dans toute son œuvre romanesque ? Elle fut son amante, son amie, sa complice en mille “forfaits” et mille combats, mais aussi sa femme, “sa plus qu’épouse”, en vertu non d’un contrat de mariage (encore que l’on dit qu’il lui a proposé le mariage à la fin de leur vie), mais d’un pacte d’amour passé entre eux et qui ne devait jamais mourir en dépit des nombreux vents contraires. Il est vrai aussi, qu’elle l’a soutenu dans tous ses combats politiques, sociaux et, bien sûr littéraires en l’aidant à mettre ses livres au propre et faisant feu d’avis dont il tenait compte.

Je suis persuadé que sans elle, il ne serait sans doute jamais devenu pleinement Victor Hugo. 

Des deuils, ils en ont vécus de multiples puisqu’ils ont vu partir Léopoldine, en effet, à dix-neuf ans à peine..., mais aussi Claire, la fille que Juliette avait eu avec le sculpteur Pradier, morte de phtisie à vingt ans, gamine très prometteuse que “Toto” (de son petit nom intime) aimait comme sa fille. Et bien sûr les fils, Charles et François-Victor, morts au tout début de la quarantaine – que Juliette aimait comme ses fils – et ne parlons pas d’Adèle cette fille surdouée qui finit entre les murs d’un asile... Tous ces drames auraient pu briser leur couple, mais au contraire il en sortit meurtri, mais fortifié à chaque fois.

Enfin, entre le jeune écrivain prometteur, poursuivi par le parfum de soufre du scandale d’Hernani et le monument national qu’il est devenu, il y a eu mille choses : révolutions, tragédies, réussites éclatantes, échecs, mais aussi Juliette Drouet qui fut constamment à ses côtés et jusque dans l’exil. Je suis persuadé que sans elle, il ne serait sans doute jamais devenu pleinement Victor Hugo.

M. : A travers l'histoire de cette passion, ce sont aussi cinquante années d'Histoire et de grands événements qui défilent...

P.T. : Oui, et c’est aussi ce qui donne son prix à leur histoire. Ils ont traversé le siècle – et cela apparaît bien sûr dans le roman – et ses convulsions, ses révolutions, ses guerres. Le grand vent de l’histoire les a portés bien au-delà d’eux-mêmes (elle lui a même sauvé la vie lors du coup d’Etat de décembre 1851) et en a fait des figures de légende. C’est cette légende vraie que je voulais raconter. “L’acteuse” - comme elle se désignait elle-même avec ironie – qui connut un certain renom dans le Paris des théâtres et fut très courtisée, a épousé le destin exceptionnel de l’homme qu’elle aimait, mais ce fut un choix et elle le fit en toute conscience comme la femme libre et au caractère bien affirmé qu’elle était. Cinquante années, un demi-siècle d’amour, c’est une durée assez prodigieuse, mais c’est surtout ce message que malgré les accrocs – et il y en eut de la part de ce diable d’homme, mais qui l’aimait au fond plus que tout -, malgré d’incroyables turbulences que nous imaginons à peine aujourd’hui tant ce que nous prenons pour l’Himalaya ne sont que de pâles collines à côté... : une vie sans amour n’est pas une vie. “L’Enfer, c’est de ne plus aimer”, comme Bernanos l’écrira plus tard.

Pour en savoir plus sur l'auteur, ici
Lire aussi :
Patrick Tudoret : “La bénévolence : un mini “Big bang” intérieur...”
Patrick Tudoret : de la biographie au théâtre et au polar, l’art de jouer sur plusieurs tableaux... 
Patrick Tudoret : L'homme qui fuyait le Nobel 

Marie Torres pour www.micmag.fr
Juliette, Victor Hugo, mon fol amour
Patrick Tudoret
Editions Tallandier, 2020
18,50 euros

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

Eventos

Alô !!! Tudo bem??? Brésil-La culture en déliquescence ! Un film de 1h08 mn

Photo extraite du film de Mario Grave - S'abonner sur notre canal Youtube  pour avoir accès à nos films :

The new novel- You can get it in Amazon or Fnac. Here is the link

Au cœur de la meseta du Nouveau-Mexique au sud des Etats-Unis, Mink un photographe français partage sa vie av...

Reportage en Arménie - Micmag 2018 sur les routes du monde - Notre film

A la découverte des cultures de pays méconnus de la planète. Micmag a fait ses valises pour se rendre entre Asie et Eur...

Jusqu'où iront ces mégapoles latino-américaines ?

Qualité de vie-Innovations-Dangers-Démesure- joie de vivre-UN DOSSIER MICMAG

Mundo vintage (clicar no título)

Premier musée en France entièrement consacré à l’enrichissement et à la conservation de l’illustration jeunesse, le Musée de Moulins offre à son public quelque 3 800 planches originales et 11 000 albums. Rodolphe Töpffer, Gustave Doré, Jacqueline Duhême, Lorenzo Mattotti... Découverte.

Destaques de París

Qui n’a jamais rêvé de découvrir les secrets de l’espionnage ?  "Espion", l'exposition de la Cité des sciences et de l'industrie vous offre une intrigue unique imaginée à partir d’une documentation sur l’espionnage qui en dévoile l’envers du décor et est prolongée jusqu'à l'été 2021. La suite ici.

Notícias

Sortie du film "White Riot

Fin des années 70, Royaume-Uni. Face à la montée de l’extrême- droite nationaliste et raciste, né le Rock Against Racism qui, avec The Clash, va réconcilier sur des rythmes punk, rock ou reggae les communautés d’un pays en crise. Voir la bande-annonce, ici.

 
La poudre d'escampette du monarque
Juan Carlos, roi d’Espagne, prend la poudre d’escampette, comme un vulgaire malfaiteur en cavale. La corruption et ses ébats sexuels en piste !
 
One World Together at Home
Organisé par Lady Gaga et l’association Global Citizen, en soutient à l’OMS, un concert confiné  se déroulera dans la nuit de ce samedi à dimanche. Au programme, entre autres, les Stones, Paul McCartney, Elton John... Où le suivre depuis chez nous ? Voir ici.

 
Sale virus !
Hello Christophe ! Celui que nous avions rencontré chez lui pour nous parler en esthète d'objets de collections années 60, de sons et de nuits inventives vient de succomber au Covid. Sale virus !
 
Les paroles de Hey Jude adjugées à 910 000 dollars
Le 10 avril, jour anniversaire de la séparation des Beatles, les paroles manuscrites de Hey Jude ont été vendues 910 000 dollars aux enchères. Paroles écrites par Paul pour réconforter le fils de John, après la séparation de ses parents.