- Musique

Depeche Mode AccorArena : un show puissant et habité !

Jean-Christophe Mary - 
Le mythique groupe britannique 80’s était pour deux soirs à Paris, les 3 et 5 mars. Ce second soir nous a offert de fortes montées d’adrénaline, le tout entrecoupé de réels moments de d’accalmie, de douceur et de sensualité. Retour sur un show d’une classe et d’une densité exceptionnelle.

20 h 45. Les 20 000 spectateurs attendent patiemment dans la fosse et les gradins. L'ambiance est déjà palpable, électrique mais bonne enfant. Sur scène, la sono diffuse en bande son une electro house qui se fait soudain plus forte. Quelque chose de lourd de pesant flotte dans l’air. La salle est plongée dans le noir. Un beat electro proche du drum’n’bass envahit l’immense aréna. Les musiciens entrent un à un sur le plateau. Christian Eigner (batterie), Peter Gordeno (clavier), suivi de Martin Gore (claviers, guitare) font leur entrée sous les acclamations du public. Costume noir, chaussures blanches, cheveux gominés plaqués Dave Gahan a l’élégance svelte d’un mafieux italien des 60's. Dès le premier titre « My cosmos is mine » extrait du dernier « Memento Mori », le tandem de Basildon est dans son élément : la voix est affûtée, le son des instruments puissant. Peter Gordeno est la basse et Martin Gore aux claviers.


Ce soir, il n’y a quasiment aucun temps mort

Sur « Its no good » Dave esquisse des pas de danse face à Martin Gore vêtu d'un pantalon gris métallisé. L’allure élégante, le corps souple, Dave Gahan est dans son élément à Bercy. Tournoiement majestueux, pas de danse, déhanchés, puissant sex appeal, le showman est un entertainer hors pair. On est bluffé de le voir ainsi mené du bout de son index la foule avec une telle aisance. Aux accords martiaux de « The Policy of truth » Dave danse, virevolte, tourbillonne sur lui-même sous un light show de lumières oranges. « In your room » c’est le calme, avant la tempête qui revient avec le hurlement des machines tandis que Martin Gore fait chanter sa Gretsch seul sur l’avant scène. Qu’il soit derrière ses claviers, sa guitare ou micro en main, le compositeur de DM envoie les titres tantôt comme des brûlots, tantôt comme des caresses. Et le public suit comme soulevé, porté par une vague d’euphorie collective. Ce soir, il n’y a quasiment aucun temps mort. Dans un ronflement de claviers et de guitares Grescth gonflées rock, Martin Gore et enchaînent les titres du dernier album « Wagging Tongue, My favorite Stranger, Ghosts Again » sans oublier les tubes issus d’albums cultes Violator (Enjoy the Silence, Policy of Truth, Waiting for the Night, Personal Jesus), Music for the Masses (Behind the Wheel, Never Let Me Down Again, Strangelove), Songs of Faith and Devotion (I Feel You, In Your Room, Walking in My Shoes) ainsi que les inoxydables « Everything Counts » ou « Just Can't Get Enough ».

Derrière ses machines et claviers Peter Gordano donne au set ce côté magique, intemporel. Il fait durer le plaisir, en bidouillant ses effets spéciaux, plongeant les titres dans une transe electro. Si le ton général semble plus apaisé, le groupe explore toujours les méandres du spleen avec pour toile sonore un mélange de sonorités trip hop aussi riches que subtiles. Voilà une pop rock raffinée truffées de mélodies imparables, le tout chanté avec un grand soin pour les harmonies vocales.

Et quand Dave entonne « Riders on the storm » le public retient son souffle

22h30, c'est déjà l’heure du rappel. Dave et Martin sont sur le devant de scène pour « Waiting for the Night »à deux voix, livré tout en douceur, délicatesse et retenue que le public reprend en chœur. Et quand Dave entonne « Riders on the storm » le public retient son souffle. Va-t-il reprendre l'emblématique titre des Doors ? Finalement, non. Puis c’est la ligne droite avec un  «Just can’t get enough » survolté suivi de « Never let me down ». Dave fait balancer les bras du public de gauche à droite, c’est sublime. Puis les accords bluesy de « Personnal Jesus » raisonnent au son de la Gretch tandis que derrière les infrabasses et la batterie raisonnent à faire trembler les murs de l'AccorArena. Le public lui reprend en chœur « Reach out, touch faith » les bras levés au ciel.

Plus d’une fois, l’écran géant installé en fond de scène distillant clip vidéo et images en directes montrera un Dave Gahan se laissant aller à une ivresse hypnotique à lui faire perdre la tête. Précisons que le light show à dominante noir et rouge est d’un esthétisme rare. La beauté vénéneuse et la noirceur musicale qui font la force de Depeche Mode ont une fois de plus envoûté l'AccorArena.



  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

Eventos

La morte amoureuse de Théophile Gautier

La morte amoureuse de Théophile Gautier au Théâtre Darius Milhaud

« Memories »

« Memories » de Philippe Lebraud et Pierre Glénat

Paul Klee, Peindre la musique

L’exposition numérique rend hommage aux deux passions de Klee, la musique et la peinture, et révèle les gammes pictural...

Alô !!! Tudo bem??? Brésil-La culture en déliquescence ! Un film de 1h08 mn

Photo extraite du film de Mario Grave - S'abonner sur notre canal Youtube  pour avoir accès à nos films :

Mundo vintage (clicar no título)

Jean Segura, collectionneur d'affiches de cinéma : « J'en possède entre 10 000 et 12 000 »

Journaliste scientifique, auteur de plusieurs ouvrages, concepteur du site ruedescollectionneurs, Jean Segura est aussi un passionné et un spécialiste de l'affiche de cinéma ancienne. Rencontre, ici.


Destaques de París

« Loading, l'art urbain à l'ère numérique »

jusqu'au 21 juillet 2024 au Grand Palais Immersif


            


Notícias

Madrid, 11 mars 2004

L'Espagne, mais aussi l'Union européenne, rendent un hommage solennel lundi aux 192 victimes de 17 nationalités assassinées il y a 20 ans à Madrid dans des attentats à la bombe qui marquèrent le début des attaques islamistes de masse en Europe.

 
Pablo Neruda a-t-il été empoisonné ?
Cinquante après, le Chili relance l'enquête sur la mort du poète et Prix Nobel de littérature survenue sous la dictature du général Pinochet. Cancer de la prostate ou empoisonnement ?
 
Paris 2024 : les bouquinistes ne seront pas déplacés
Paris 2024 : les bouquinistes des quais de Seine ne seront finalement pas déplacés pour la cérémonie d’ouverture des JO « Déplacer ces boîtes, c’était toucher à une mémoire vivante de Paris » a déclaré à l'AFP Albert Abid, bouquiniste depuis dix ans au quai de la Tournelle.
 
Sophie Calle et la mort !
Sophie Calle, artiste de renom, achète des concessions funéraires au USA en France et ailleurs. "J'achète des trous" dit -elle à propos de sa mort.
 
53 journalistes et proches de médias tués dans la guerre Israel- Hamas
Cinquante-trois journalistes et employés de médias ont été tués depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas, selon le dernier décompte du Comité pour la protection des journalistes (CPJ)