Rio : Des étrangers préfèrent vivre dans les favelas.

Vanessa BERNARD -lepetitjournalderio.com - 20 avril 2013
De plus en plus de jeunes étrangers, toutes nationalités confondues, viennent désormais habiter dans les favelas. Comment peut-on expliquer ce phénomène? Goût du risque? Économies?

C'est un très bon rapport qualité prix qui motive souvent ce choix. Ce fut le cas pour Guillaume et Pierre qui ont chacun trouvé une chambre à 500 reais dans la favela de Mangueira, près de Leme. Pour ce faible loyer, ils ont vue sur mer et sont à deux minutes de la plage. Cependant, il arrive que les prix soient excessivement élevés, à Santa Marta par exemple, certains logements peuvent atteindre les 1000 reais.  Vidigal, Babilônia, Cantagalo ou Santa Marta sont les favelas les plus prisées.

Alors comment expliquer que des jeunes soient parfois prêts à payer plus pour habiter dans une favela?

Bien que ces étrangers aient conscience que les favélas soient des lieux parfois dangereux, ils sont attirés par leur aspect authentique. Pour Estelle, jeune étudiante française, qui a vécu 6 mois à Santa Marta,  "cela permet de s’immerger réellement dans la culture populaire brésilienne." Ce phénomène est appelé romantismo do pobre (romantisme du pauvre) ou encore favela chique (favela chic).

D’autre part, certains ayant déjà vécu à Copacabana, préfèrent le côté plus tranquille de la favela, ou le fait d’avoir un petit jardin. Nombreux sont ceux qui ne s’attendaient pas à autant de confort.

C’est également l’esprit de communauté qui plaît énormément à ces jeunes. Pour Pierre “c’est agréable car c’est petit et donc cela permet de connaître tout le monde, par ailleurs, les gens sont vraiment charmants”. Selon André, qui vit à Vidigal, "l'ambiance est très familiale, cela fait penser à un petit village de campagne ". Comme dans toute communauté, il existe un réel respect entre les membres de la favéla, qu’ils soient  brésiliens ou étrangers. Ainsi, Mathilde, jeune étudiante en économie internationale, et vivant à Cantagalo depuis cinq mois, nous a expliqué qu'elle s'était déjà fait voler par un habitant de la favela. Ce n'était pas le vol en lui-même qui avait le plus exacerbé sa propriétaire, mais d'avantage le non respect de l'esprit communautaire. Les membres de la favéla sont fiers d'en faire partie, "même si tu m'offres un appartement à Leblon, mon lit restera toujours ici". La phrase "sou do bairro mesmo, sim" (je suis de ce quartier même, oui) traduit bien l'amour qu'ils portent à leur favela. Il est essentiel pour eux que chacun s'y sente bien.

De plus, les favelas sont surveillées par des policiers, et les rues sont souvent animées, de ce fait, les jeunes on le sentiment d'être en sécurité.

Le tableau est-il donc tout rose? Vivre dans une favela serait donc le plan idéal? Si l’on en croit certains, oui. Et si cela était à refaire, ils le referaient sans hésitation.

Cependant, ce type de vie comporte des risques qu’il ne faut pas négliger.

Tout d’abord, la situation varie en fonction des favelas. En effet, alors que Santa Marta paraît la plus paisible, les autres, même pacifiées, sont parfois des scènes de grande violence et d’un important trafic de drogue. Par ailleurs, à l’intérieur des favélas des quartiers sont plus dangereux que d’autres. À Cantagalo par exemple “la partie de derrière craint beaucoup plus.” Et les histoires lugubres ne manquent malheureusement pas : dépouillement, coups de feu, ou règlements de compte entre les gangs. Un étudiant nous a dit avoir déjà trouvé des douilles devant sa porte, il ajoute,« parfois nous patientons en bas de la favela en attendant que ça se calme là-haut », un autre jeune a déjà été victime d’une scène « pendant laquelle des hommes se sont battus à coup de hache» .

Si ces jeunes nous parlent de ces histoires très violentes, en font-ils part à leurs parents, leur famille, leur entourage ? Les informent-ils sur le fait qu’ils vivent dans une favela ?

Quand on leur pose la question certains sourient. En effet, en général leur entourage sait qu’ils vivent dans une favela, cependant ils ne donnent pas trop de détails et atténuent souvent la situation. Ils nous avouent ne pas raconter les dérapages auxquels ils sont parfois confrontés.

Un marché fructueux pour les propriétaires ?

Malgré ces possibles incidents, les propriétaires n’ont aucun mal à louer leurs chambres. Cela représente un réel business. Des propriétaires peuvent posséder jusqu’à une dizaine de republicas (maisons pour étudiants) dans une seule favela. En l’espace de quelques mois on assiste à une hausse rapide des prix, preuve que la demande ne cesse d’augmenter.



  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

Eventos

Mundo vintage (clicar no título)

Installé à Rochefort, le Musée des Commerces d'autrefois propose une vingtaine de boutiques et d'ateliers du début du XXe siècle reconstitués à l’identique. Un voyage dans le temps. La plus riche collection française d'objets publicitaires. Lire la suite, ici.

Destaques de París

Si l’océan occupe la plus grande surface de notre planète, il reste en grande partie méconnu… L'exposition "Océan, une plongée insolite" vous ouvre les portes de ce monde d'inspiration et de légendes... Magnifique. Pour en savoir plus, ici.


Notícias

Le sous marin des narcos
Sur les côtes de Galice (Espagne), la police a repéré un sous marin chargé de 3000 kg de cocaïne pure estimé à plus de 100 millions d'euros. 2 personnes arrêtées et une autre en fuite. Une première en Europe. 
 
Mortel selfie
Selon une étude du All India Institute of Medical Sciences de 2018, les accidents de selfies ont fait 259 morts dans le monde entre octobre 2011 et novembre 2017.
 
"Bowie m'a montré son gros sexe pour me remercier d'une ligne de coke"
C'est ainsi que s'exprime dans son livre  Face it, la chanteuse Debbie Harry (74 ans aujourd'hui) du groupe Blondie. Elle termine par :"le sexe de David était je dois bien l'avouer impressionnant."
 
Bansky à fond dans le marché !

Le travail de Banksy dans lequel les chimpanzés occupent le Parlement britannique pourrait battre le record de vente aux enchères le 3 octobre prochain à Londres.

 
Brexit, les auteurs britanniques se mobilisent

"Choisir le Brexit, c’est choisir de renoncer". 86 auteurs britanniques ont signé, mardi 21 mai, une tribune dans le Guardian contre la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne.

Disco da semana

Au coeur de la France rurale- Bistro picard - 2016 - ©HM

Send your picture to be published at  : contact@micmag.net