Belgique - Portrait-Voyage-Interview

Pause design en Belgique avec Aldo Bakker

Élise Barry - 11 mai 2016
Le Néerlandais Aldo Bakker est une figure belle et notoire du design contemporain. Dans l’écrin du Grand-Hornu, classé au patrimoine mondial de l’Unesco, la Belgique wallonne accueille « Pause », la première rétrospective consacrée à ce créateur contemplatif et patient.

Aperçu de l'univers d'Aldo Bakker–©Philippe de Gobert.

Parmi ses sources d’inspiration, Aldo Bakker cite l’architecture et le Japon. Le verbe zen et posé, ce designer, fils d’un couple illustre dans le milieu du design et de la création joaillière, a su tisser les fils de sa propre réussite en prenant son temps. Création de Emmy van Leersum et de Gijs Bakker, concepteurs de bijoux avant-gardistes, Aldo Bakker rassemble ses créations en Belgique wallone, pour sa toute première exposition rétrospective intitulée Pause.

Le Centre d’innovation et de design (CID) du Grand-Hornu est l’écrin de cette exposition pionnière, programmée jusqu’au 14 août 2016. L’architecture de l’édifice, bâti entre 1810 et 1830, et la prégnance de la brique valorisent les créations contemporaines et audacieuses.

Les objets d’Aldo Bakker, ou plutôt ses « créatures », comme il aime à les appeler, sont présentés tout nus, c’est à dire sans cartel explicatif, dans une salle volumineuse, très haute de plafond et baignée dans l’obscurité. Chaque « créature », trempée dans un halo de lumière, questionne notre curiosité. Un petit dépliant à la disposition du visiteur permet de deviner des objets dont la fonction, bien souvent, échappe au premier coup d’œil.

Fuyant les sentiers battus de la formation académique, Aldo Bakker se perçoit comme un « autodidacte », et a reçu ses premières influences des architectes – Enric Miralles, Carlo Scarpa –  et de l’architecture. À l’origine de cette fascination, la quête de la forme qui dicte son processus créatif : « J’ai beaucoup appris des livres d’architecture. Ils regorgent de formes. Avant toute création,  je vois une apparition de formes qui s’imposent à mon esprit et je décide ensuite d’en faire un objet. » 

Ledit objet se joue souvent d'une perception spontanée et pressée en suggérant une forme familière au détriment de sa fonction. « Nous essayons toujours de reconnaître quelque chose d’humain ou d’animal dans les objets. C’est notre façon d’entrer en relation avec eux », commente Aldo Bakker.

Ainsi sa Vinegar Flask (Flasque à vinaigre-2008) a-t-elle été surnommée “le pingouin“, par sa ressemblance avec le palmipède. Red (Rouge-2008), qui évoque un bol de miso renversé, est en fait un tabouret.

Une acception animiste des objets

Aldo Bakker a forgé ses gestes patients auprès d'un orfèvre, huit années durant. À la recherche de nouveaux matériaux, il travaille l'or, le cristal, le cuivre, la porcelaine, le bois nervé, la laque urushi. Cette dernière substance, extraite du Rhus Verniciflua plus connu sous le nom d'arbre urushi, est récoltée au Japon.

Pays où Aldo Bakker a voyagé deux fois pour parfaire sa technique d’application de cette laque, qui requiert six mois de minutie, et pour exposer ses œuvres à la galerie Sfera de Kyoto. Mais c’est en Europe que son succès est le plus éclatant, surtout en France. « Peut-être mon travail est-il trop proche de la culture japonaise. Les Japonais sont désireux de découvrir des formes d’expression qui leur sont plus étrangères, plus européennes », explique-t-il.

Le designer, qui se livre en anglais, qualifie aussi ses créations de « beings », un mot qui désigne des êtres vivants et animés. Une acception des objets familière au shintoïsme japonais imprégné d’animisme. Les créatures d’Aldo Bakker – nombreux objets verseurs, tables, bancs, petit mobilier – sont tout en courbes et en arrondis, et les angles sont rarement perpendiculaires. Leur concentration en une même salle plongée dans le noir engendre des fantasmagories qui déprennent le visiteur de sa temporalité casanière.

Et le happent vers un univers futuriste que seuls ces objets connaîtront, conçus en nombre limité pour durer et se renouveler. « J’aime l’idée que ces objets ne s’inscrivent pas seulement dans le moment présent, qu’ils n’existent pas juste pour nous et qu’ils vont durer. Parce qu’ils sont très bien fabriqués, avec une bonne compréhension des matériaux et en préparation étroite avec les artisans. Je leur souhaite de vivre des centaines d’années, et leur fonction aura peut-être changé, mais ils feront toujours sens. » Une longévité que d'aucuns prédisent déjà à l'œuvre d'Aldo Bakker.

(Crédit photo/vignette de une : Portrait d'Aldo Bakker ©Erik& Petra Hesmerg)

Élise Barry pour www.micmag.net

CID - centre d'innovation et de design au Grand-Hornu.
Site du Grand-Hornu : Rue Sainte-Louise 82 B-7301 HornuT : +32 (0) 65 65 21 21
F : +32 (0) 65 61 38 97
Este endereço de e-mail está protegido contra spambots. Você deve habilitar o JavaScript para visualizá-lo.
www.cid-grand-hornu.be www.grand-hornu.eu
www.facebook.com/cidgrandhornu

Heures d'ouverture :
Tous les jours de 10 heures à 18 heures sauf le lundi.
Exposition "Pause" jusqu'au 14 août 2016.

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

Eventos

Alô !!! Tudo bem??? Brésil-La culture en déliquescence ! Un film de 1h08 mn

Photo extraite du film de Mario Grave - S'abonner sur notre canal Youtube  pour avoir accès à nos films :

The new novel- You can get it in Amazon or Fnac. Here is the link

Au cœur de la meseta du Nouveau-Mexique au sud des Etats-Unis, Mink un photographe français partage sa vie av...

Reportage en Arménie - Micmag 2018 sur les routes du monde - Notre film

A la découverte des cultures de pays méconnus de la planète. Micmag a fait ses valises pour se rendre entre Asie et Eur...

Jusqu'où iront ces mégapoles latino-américaines ?

Qualité de vie-Innovations-Dangers-Démesure- joie de vivre-UN DOSSIER MICMAG

Mundo vintage (clicar no título)

Premier musée en France entièrement consacré à l’enrichissement et à la conservation de l’illustration jeunesse, le Musée de Moulins offre à son public quelque 3 800 planches originales et 11 000 albums. Rodolphe Töpffer, Gustave Doré, Jacqueline Duhême, Lorenzo Mattotti... Découverte.

Destaques de París

Qui n’a jamais rêvé de découvrir les secrets de l’espionnage ?  "Espion", l'exposition de la Cité des sciences et de l'industrie vous offre une intrigue unique imaginée à partir d’une documentation sur l’espionnage qui en dévoile l’envers du décor et est prolongée jusqu'à l'été 2021. La suite ici.

Notícias

Sortie du film "White Riot

Fin des années 70, Royaume-Uni. Face à la montée de l’extrême- droite nationaliste et raciste, né le Rock Against Racism qui, avec The Clash, va réconcilier sur des rythmes punk, rock ou reggae les communautés d’un pays en crise. Voir la bande-annonce, ici.

 
La poudre d'escampette du monarque
Juan Carlos, roi d’Espagne, prend la poudre d’escampette, comme un vulgaire malfaiteur en cavale. La corruption et ses ébats sexuels en piste !
 
One World Together at Home
Organisé par Lady Gaga et l’association Global Citizen, en soutient à l’OMS, un concert confiné  se déroulera dans la nuit de ce samedi à dimanche. Au programme, entre autres, les Stones, Paul McCartney, Elton John... Où le suivre depuis chez nous ? Voir ici.

 
Sale virus !
Hello Christophe ! Celui que nous avions rencontré chez lui pour nous parler en esthète d'objets de collections années 60, de sons et de nuits inventives vient de succomber au Covid. Sale virus !
 
Les paroles de Hey Jude adjugées à 910 000 dollars
Le 10 avril, jour anniversaire de la séparation des Beatles, les paroles manuscrites de Hey Jude ont été vendues 910 000 dollars aux enchères. Paroles écrites par Paul pour réconforter le fils de John, après la séparation de ses parents.

Disco da semana

Au coeur de la France rurale- Bistro picard - 2016 - ©HM

Send your picture to be published at  : contact@micmag.net