Paris, France - vintage

Le Culte du son avec Elipson

Hélios Molina - 
Le son a son apogée - A quoi correspond ce nom Elipson ? Des enceintes pas comme les autres devenues objets de collection.

Elipson pour certains est une formule mathématique. Pour d’autres c’est le nom d’enceintes mythiques qu’il faut posséder pour entrer dans le club critique du son par excellence. Il s’agit d’enceintes bien particulières fort recherchées par les brocanteurs et les amateurs qui virent le jour dans le sud de la banlieue parisienne en 1938. Un ingénieur met au point un haut-parleur composé d’une sphère et d’un réflecteur de forme ellipsoïdale. Pourquoi cette traque à ce nom vénéré  Elispon ? Pour le collectionneur, la beauté de l’objet des années 50 est incontestable et doit être classé parmi les réussites du design français. Et il s’agirait tout d’abord d’en faire un objet de décoration intérieur.

En forme d’oreilles de lapin, de boules rondes, ces enceintes peuvent de temps à autre apparaître sur une brocante ou un salon de design. Les prix varient de 100 euros à 4000 euros pour des modèles expérimentaux

134 modèles différents ont été recensés par Julien Thaler. Elispon équipait les studios de l’Ortf et de nombreux lieux publics de l’époque comme les aéroports.  En préparation, une grande exposition autour de ce nom dans les couloirs de la maison de la radio devrait accroître le culte qu’il y a autour de ces enceintes. Elipson c’est une aventure franco-française qui n’a jamais passé les frontières car Joseph Léon, le concepteur, refusait toute publicité et toute exportation à l’inverse de Cabas (un ami de Léon) qui lui tentait de percer au Japon. Les  mordus d’Elispon entassent dans leurs garages ou salons ces oreilles ou boules rondes de peur de les voir disparaître.

H.M.



  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

Eventos

Mundo vintage (clicar no título)

Vous voulez tout connaître sur la Saint Valentin ? Son origine, ses rites, ses pratiques ? La rédaction de micmag.net vous a concocté un bon petit dossier… Lire la suite, ici.



Destaques de París

Qui n’a jamais rêvé de découvrir les secrets de l’espionnage ? Les clichés et les fantasmes sur le monde du renseignement sont nombreux, mais quelles sont leurs limites  ? "Espion", l'exposition de la Cité des sciences et de l'industrie vous offre une intrigue unique imaginée à partir d’une documentation sur l’espionnage qui en dévoile l’envers du décor… La suite ici.

Notícias

Bowie donne son nom à une rue

Le 10 janvier, le maire du XIIIe arrondissement de Paris a confirmé qu'une rue prendrait le nom de David Bowie dans le quartier de la gare d'Austerlitz. Un vote est prévu en février.

 
Marbella, le paradis et l'enfer des narcos
Marbella,  refuge de milliardaires en Espagne, 6 assassinats en pleine rue en trois mois. Le dernier, un français de 60 ans. Guerre de clans de narcos ? La police est muette.
 
Le sous marin des narcos
Sur les côtes de Galice (Espagne), la police a repéré un sous marin chargé de 3000 kg de cocaïne pure estimé à plus de 100 millions d'euros. 2 personnes arrêtées et une autre en fuite. Une première en Europe. 
 
Mortel selfie
Selon une étude du All India Institute of Medical Sciences de 2018, les accidents de selfies ont fait 259 morts dans le monde entre octobre 2011 et novembre 2017.
 
"Bowie m'a montré son gros sexe pour me remercier d'une ligne de coke"
C'est ainsi que s'exprime dans son livre  Face it, la chanteuse Debbie Harry (74 ans aujourd'hui) du groupe Blondie. Elle termine par :"le sexe de David était je dois bien l'avouer impressionnant."