- Reportages

Indochine au Stade de France : un show retro futuriste explosif et féérique

Jean-Christophe Mary - 
Pour célébrer ses 40 ans, Indochine investissait hier soir le Stade de France pour la première date de son « Central Tour » reporté à deux reprises pour les raisons que l’on sait. Un show dantesque auxquelles ont assisté plus de 97 000 personnes à guichets fermés. Retour sur un show exceptionnel.

Pour célébrer ses 40 ans, Indochine investissait hier soir le Stade de France pour la première date de son « Central Tour » reporté à deux reprises pour les raisons que l’on sait. Un show dantesque auxquelles ont assisté plus de 97 000 personnes – record d’affluence battu – à guichets fermés. Retour sur un show d’une classe et d’une densité exceptionnelle.

20 h 30. Les 97 000 fans attendent patiemment sur les pelouses et les gradins. Au milieu du stade, un immense réservoir d’eau, comme on peut en voir sur les gratte ciel New Yorkais, trône au centre d'un plateau de 850 m2, doté de deux avancées latérales entrant dans le public. Un gigantesque écran sphérique de 2 500 m2 équipé de 1 400 panneaux led diffusera bientôt les images du show, entrecoupé d’images du public et de vidéos du groupe. L'ambiance est déjà palpable, électrique et bonne enfant.

Sur scène, Coach Party, un prometteur groupe rock britannique, assure la première partie . Quelque chose de lourd de pesant flotte dans l’air. A 21 h, le stade s'éteint progressivement. L’écran géant diffuse des images d’archives sur les 40 dernières années écoulées, de l’élection de François Mitterrand, le 10 mai 1981 à celle d’Emmanuel Macron avec deux reprises le visage de Greta Thunberg, comme un rappel au réchauffement climatique qui nous menace. Une clameur envahit l’immense arène à ciel ouvert. Tout de noir vêtu, un plastron molletonné sur son tee-shirt, Nicolas Sirkis suivi de ses musiciens, monte sur scène sous un soleil encore haut. Dès Nos célébrations, titre dans lequel Indochine évoque sa longévité et ses victoires en dépit des critiques et des doutes qui ont parfois jalonné leur carrière, le chanteur est dans son élément : la voix est affûtée, le son puissant. L’allure élégante, le corps souple, Nicolas Sirkis semble à l’aise mais reste très concentré.

Évoluant au quatre coins du plateau central, le showman est un entertainer hors pair. On est bluffé de le voir ainsi prendre dans ses filets les 97 000 spectateurs avec une telle facilité, une telle une virtuosité. Qu’il soit derrière un clavier ou une guitare acoustique, il nous envoie ses chansons tantôt comme des brûlots, tantôt comme des caresses. Immédiatement, le public suit, comme soulevé, porté par une vague d’euphorie collective. Ce soir, il n’y a quasiment aucun temps mort. Dans un ronflement de claviers et de guitares gonflées rock, Indochine enchaîne les titres Station 13, Marylin, sans oublier les tubes du passé Miss Paramount, Canary Bay, Tes yeux noirs, 7000 danses.

Le leader d'Indochine profite également de ce show pour en faire une tribune. A plusieurs reprises, il rend hommage aux soignants, médecins, boulangers, éboueurs, mais aussi aux Ukrainiens sans oublier les victimes de harcèlement scolaire à travers d'émouvantes vidéos. Avant d’attaquer Les tzars, l’écran montre un faux JT où Laurent Delahousse annonce une température extrême de... 53 degrés. Un avant goût de l'apocalypse qui s'annonce sur terre. De bout en bout, le show est émaillé de surprises. Tout d’abord, il y a ce duo avec Christine and the Queens sur 3 SEX. Galvanisée par le public, la chanteuse est pleine d’énergie, comme montée sur ressort, elle se donne fond. Autre belle surprise pour les fans de la première heure, l'intervention de Dimitri Bodianski (saxo) sur Dizzidence politik.

Arquebouté derrière son pied de micro, Nicolas Sirkis délivre ses titres les uns après les autres, sans faille aucune. Derrière, le groupe joue de façon sobre et mesurée, ce qui donne au set ce côté magique et intemporel. Car ce show rétro futuriste a un pied dans l’avenir avec cet impressionnant dispositif scénique techno et l'autre dans la tradition avec l'arrivée sur scène de la garde républicaine sur trois titres : J'ai demandé à la lune, La vie est belle, Atomic Sky. Autre belle surprise, ce duo étonnant avec Philippe Jaroussky où la voix du contreténor fait des merveilles sur Collège boy. Quarante cela se fête. Alors les musiciens font durer le plaisir, en bidouillant des effets spéciaux, plongeant certains titres dans une transe electro sur Des fleurs pour Salinger, Kissing my song, Stef II, Drugstar. Si le ton général semble plus apaisé, le groupe explore toujours les méandres du spleen avec pour toile sonore un mélange de sonorités électro aussi riches que subtiles.

De bout en bout, jusqu’au feu d’artifice final tiré au sommet la tour de (45 m de hauteur !) , les titres raisonnent comme de véritables accroche-cœurs. Plus d’une fois, l’écran géant distillant des images vidéos montrera les visages de milliers de spectateurs comblés. Précisons que le light show est ce soir particulièrement bluffant, d’un esthétisme rare. Durant près de 2 h 45, Indochine a envoûté le Stade de France et nous donne rendez-vous… en 2033. On le note.

Jean-Christophe Mary pour www.micmag.net

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

Events

Paul Klee, Peindre la musique

L’exposition numérique rend hommage aux deux passions de Klee, la musique et la peinture, et révèle les gammes pictural...

Alô !!! Tudo bem??? Brésil-La culture en déliquescence ! Un film de 1h08 mn

Photo extraite du film de Mario Grave - S'abonner sur notre canal Youtube  pour avoir accès à nos films :

The new novel- You can get it in Amazon or Fnac. Here is the link

Au cœur de la meseta du Nouveau-Mexique au sud des Etats-Unis, Mink un photographe français partage sa vie av...

Reportage en Arménie - Micmag 2018 sur les routes du monde - Notre film

A la découverte des cultures de pays méconnus de la planète. Micmag a fait ses valises pour se rendre entre Asie et Eur...

Jusqu'où iront ces mégapoles latino-américaines ?

Qualité de vie-Innovations-Dangers-Démesure- joie de vivre-UN DOSSIER MICMAG

Vintage world (Click on the title)

La Saint Valentin dans tous ses états !

La Saint Valentin ? Même si vous pensez que vous n'avez pas besoin d'une "date" pour échanger des mots doux, vous n'y échapperez pas. Alors pour tout savoir sur elle, son origine, ses rites, ses pratiques..., la rédaction de micmag vous a concocté un bon petit dossier... La suite, ici.


Going out in Paris

Le musée Cernuschi possède l’une des plus importantes collections européennes de peintures chinoises modernes et contemporaines ; pour la première fois, il leur consacre une exposition à ses merveilles faites d'encre et de papier. Plus d'infos, ici

News flash

Les combattants Théchènes Tik Tok en Ukraine
  • Au lieu de se battre en première ligne, les Kadyrovites  (fidèles de Kadyrov) ont tendance à publier des vidéos TikTok mises en scène de loin derrière les lignes ennemies. C'est pourquoi ils ont été surnommés "guerriers TikTok".

 
Jimi Hendrix bientôt en bande dessinée
Le 19 octobre paraîtra Kiss The Sky, une nouvelle bande dessinée - Mezzo (dessin, couleurs) et J.M. Dupont (scénario) sur le parcours de Jimi Hendrix.
 
Roy Orbison : pur rock
Ce documentaire présente un émouvant portrait de Roy Orbison, de ses proches et des artistes qui l'ont connu. Sur Arte le 5/08 et disponible en replay jusqu'au 13/12/22Roy Orbison : pur rock - De "Pretty Woman" à "Only the Lonely" : des tubes de légende - Regarder le documentaire complet | ARTE
 
Des sommes colossales pour Basquiat
Jean-Michel BASQUIAT pèse à lui seul 14% du Marché de l’Art Contemporain mondial. Trois toiles remarquables de cet artiste ont dépassé cette année à Hong Kong les 35m$ chacune. Nouvelle place forte pour la vente des plus beaux Basquiat, Hong Kong fait désormais le bonheur des collectionneurs asiatiques,
 
Le Saint-Pétersbourg Festival Ballet contre la guerre

En tournée en France, le Saint-Petersbourg Festival Ballet observe, avant chaque représentation, une minute de silence avant de lancer le spectacle avec l'hymne national ukrainien.