- Lire - Photos

Génocide, le cri du silence d'Antoine Agoudjian

Marie Torres - 24 avril 2015
À l'occasion du centenaire du génocide arménien, qui a fait près de 1,5 million de victimes, le photographe Antoine Agoudjian publie un très bel ouvrage « Le Cri du silence -Traces d'une mémoire arménienne ». Rencontre.

Antoine Agoudjian est photographe. Il est aussi le petit-fils de rescapés du génocide arménien de 1915. Génocide qui, rappelons-le, a fait près de 1,5 million de victimes, soit les deux tiers des Arméniens vivant sur le territoire turc. Et qui, aujourd’hui encore, n’a pas été reconnu par les autorités turques.

Le 7 décembre 1988, l’Arménie est secouée par un tremblement de terre qui dévaste la région de Spitak. Antoine Agoudjian intègre une organisation humanitaire et se rend sur place. Là, un déclic se fait. Sa quête identitaire débute. Qui est ce peuple ? Quelles sont ses origines ? Son histoire ? Son appareil photo en main, il part à la recherche de ce passé qui est aussi le sien. Il visite tous les lieux où les Arméniens ont séjourné. L’Arménie, bien sûr, mais aussi le Caucase, Jérusalem, le Liban, la Syrie, la Turquie, l’Irak, l’Iran… Partout, il immortalise des scènes de vie, des visages, des regards, des sourires. Chacun de ses clichés devient un témoin de plus pour « immortaliser la mémoire afin qu’elle n’appartienne pas qu’au passé ».

Ce 24 avril 2015, alors que s'ouvre la commémoration du 100e anniversaire du génocide, Antoine Agoudjian publie son travail. Vingt-sept années de recherches regroupées dans un très bel ouvrage Le Cri du silence – Traces d’une mémoire arménienne. Un livre, témoin. Un livre pour ne pas oublier.

Le Code pénal turc interdit tout débat sur le génocide

Micmag : Depuis des années , appareil photo en bandoulière, vous parcourez le monde en quête de la « mémoire arménienne ». Vous êtes « obsédé » par ce besoin de transmettre l’héritage de vos aïeux ?

Antoine Agoudjian : Obsédé oui, mais surtout par le poids de mon héritage. La photographie est pour moi une sorte d’exutoire à ce trop-plein.

Micmag : En 2011 et en 2015 , vous avez exposé votre travail en Turquie, pays qui n’a toujours pas reconnu sa responsabilité dans le génocide arménien. Est-ce une « avancée » de la part des politiques, de vous y avoir accueilli?

Antoine Agoudjan : Non, car chaque fois, j'étais invité par une galerie privée. Ce n’est qu’une partie de la société civile, certains intellectuels turcs, ainsi que des représentants de partis kurdes qui sont en faveur de la reconnaissance du génocide. Le gouvernement turc quant à lui reste toujours ancré dans son négationnisme.

Micmag : Qui sont les intellectuels turcs en faveur de la reconnaissance du génocide ?

Atoine Agoudjian : Cengiz Aktar, Ali Bayramoglu, Ahmet Insel, Ayse Gunaysu ...beaucoup d’intellectuels turcs combattent en faveur de la reconnaissance du génocide arménien. Certains l'ont d’ailleurs payé très cher, comme Hrant Dink, qui était rédacteur en chef  de l’hebdomadaire turco-arménien Agos. Il a été assassiné devant son journal, à Istanbul, en 2007. Il y a aussi Ragip Zarakolu, éditeur et cofondateur de l'Association des droits de l'Homme en Turquie, qui a été emprisonné plusieurs fois, notamment pour avoir publié en turc le livre de George Jerjian, The Truth Will Set Us Free (La Vérité nous libérera).

Micmag : Le génocide reste donc toujours un sujet tabou ?

Antoine Agoudjian : On peut en parler, des intellectuels ainsi que la société civile le font. En revanche, il faut savoir que l’article 301 du Code pénal turc condamne tous les individus soupçonnés de porter atteinte à l’identité  ou aux institutions turques et, bien entendu, tous  les débats autour du génocide arménien sont également visés par cet article.

Micmag : Comment a été ressentie la récente déclaration du pape François qui a utilisé le terme de « génocide » pour évoquer le massacre des Arméniens ?

Antoine Agoudjian : Cette déclaration a provoqué la furie  du président turc Recep Tayyip Erdogan qui a déclaré : « Il faut laisser l’Histoire aux historiens » !

Micmag : Quand vous est venue l’idée de réunir vos photos et de les publier dans votre livre Le Cri du silence ?

Antoine Agoudjian  : C’est un projet au long cours que j’ai commencé il y a près de trente ans. Je n’ai fait, dès lors, qu’édifier et poursuivre mon œuvre. Certaines dates cruciales dans l’histoire de l’Arménie ont offert une singulière visibilité à mon travail.

Je raconte une histoire qui débute par le bonheur, puis s’enlise vers le chaos, la tragédie. La fin n’est ni heureuse ni joyeuse, la vie continue, inexorablement.


Marie Torres
« Le cri du silence - Traces d'une mémoire arménienne »
Photographies d'Antoine Agoudjian, préface de Simon Abkarian
Editions Flammarion, 2015
65 euros
Expositions
Jusqu’au 30 Avril 2015
Bibliothèque du Grand Parc
34 rue Pierre-Trébod
33000 Bordeaux

Jusqu’au 23 mai 2015
Galerie « Le bleu du ciel »
12 rue des Fantasques
69000 Lyon

Du 12 mai au 7 juin 2015
Centre d’art Espace Chabrillan
127, rue Pierre-Julien
26200 Montélimar

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

Events

Alô !!! Tudo bem??? Brésil-La culture en déliquescence ! Un film de 1h08 mn

Photo extraite du film de Mario Grave - S'abonner sur notre canal Youtube  pour avoir accès à nos films :

The new novel- You can get it in Amazon or Fnac. Here is the link

Au cœur de la meseta du Nouveau-Mexique au sud des Etats-Unis, Mink un photographe français partage sa vie av...

Reportage en Arménie - Micmag 2018 sur les routes du monde - Notre film

A la découverte des cultures de pays méconnus de la planète. Micmag a fait ses valises pour se rendre entre Asie et Eur...

Jusqu'où iront ces mégapoles latino-américaines ?

Qualité de vie-Innovations-Dangers-Démesure- joie de vivre-UN DOSSIER MICMAG

Vintage world (Click on the title)

Naguère jouets, aujourd’hui objets de collection, les voitures miniatures déchaînent les passions : on les recherche, on les accumule. On les classe par marques, matières, échelles, thèmes… Bruno de la Tour, fervent collectionneur, en possède plus de 4 000. Il nous dévoile ses précieux modèles. L'article, ici.

Going out in Paris

Qui n’a jamais rêvé de découvrir les secrets de l’espionnage ?  "Espion", l'exposition de la Cité des sciences et de l'industrie vous offre une intrigue unique imaginée à partir d’une documentation sur l’espionnage qui en dévoile l’envers du décor et est prolongée jusqu'à l'été 2021. La suite ici.

News flash

One World Together at Home
Organisé par Lady Gaga et l’association Global Citizen, en soutient à l’OMS, un concert confiné  se déroulera dans la nuit de ce samedi à dimanche. Au programme, entre autres, les Stones, Paul McCartney, Elton John... Où le suivre depuis chez nous ? Voir ici.

 
Sale virus !
Hello Christophe ! Celui que nous avions rencontré chez lui pour nous parler en esthète d'objets de collections années 60, de sons et de nuits inventives vient de succomber au Covid. Sale virus !
 
Les paroles de Hey Jude adjugées à 910 000 dollars
Le 10 avril, jour anniversaire de la séparation des Beatles, les paroles manuscrites de Hey Jude ont été vendues 910 000 dollars aux enchères. Paroles écrites par Paul pour réconforter le fils de John, après la séparation de ses parents.
 
Paul McCartney: la tournée française reportée
La productrice de la tournée française, a indiqué qu’elle travaillait au report des quatre concerts en France, prévus entre fin mai et début juin, et qui pourraient avoir lieu en 2021
 
Dur dur covid 19 - Micmag touché !
Micmag dans la douleur après la perte d'un ami et co-fondateur de Micmag.net. Thierry Bommart  (informaticien) a succombé suite à une insuffisance respiratoire. Jean-Louis Langlois qui a filmé plusieurs de nos reportages TV a plongé dans le noir puis est en cours de récupération.