- Lire

Frédéric Lenoir : " Ce qui dépend de nous, c'est de transformer la crise en opportunité"

Marie Torres - 14 novembre 2020
Agir sur les événements qui dépendent de nous et accepter ceux qui n'en dépendent pas, faire de la crise une opportunité, profiter de tous les petits plaisirs de la vie... Frédéric Lenoir, philosophe et sociologue, répond aux questions de micmag.net. Un entretien réconfortant.

Face à la crise sanitaire et économique que nous traversons, certains subissent et dépriment, d'autres s'indignent et se fâchent... Le philosophe et sociologue Frédéric Lenoir, lui, nous explique qu'une crise est aussi une opportunité. Une opportunité d'évoluer. Rencontre.

Dans votre dernier ouvrage "Vivre ! Dans un monde imprévisible" vous citez Epictète qui nous conseille de distinguer ce qui dépend de nous de ce qui n'en dépend pas. Est-ce la bonne voie pour vivre le plus sereinement possible, notamment en temps de crise ?

Frédéric Lenoir : En effet, ça ne dépend pas de nous s'il y a un Covid qui est entrain de mettre à terre l'économie, qui nous oblige à rester chez nous et réduit nos libertés. Cela ne dépend pas de nous, ça vient d'un événement extérieur. Il faut faire avec. Et "faire avec" ce n'est pas "subir".

C'est-à-dire ?

F.L. : C'est-à-dire que cette contrainte que nous n'avons pas choisie nous pouvons la changer en opportunité. Entreprendre quelque chose que nous ne faisons pas d'habitude, découvrir une voie nouvelle, prendre du temps avec ses proches ou avec soi-même pour s'introspecter.
Transformer la contrainte en opportunité, cela, ça dépend de nous. Là, nous avons une vraie action sur nous-même, une vraie capacité à changer quelque chose en nous.

C'est pourquoi vous expliquez que le mot "crise" en chinois a deux étymologies ?

F.L. : Tout à fait en chinois le mot crise à deux sens : danger et opportunité. Le danger, il est là, à nous de voir quelle opportunité nous pouvons en tirer pour essayer de grandir, de nous améliorer, de voir autrement les choses. Je le répète : ce qui dépend de nous, c'est de transformer la crise en opportunité.

Une opportunité pour donner un sens à sa vie ?

F.L. : Le bonheur de notre vie tient beaucoup au plaisir. A tous les menus plaisirs du quotidien. A l'équilibre de notre vie affective, la satisfaction dans notre vie professionnelle mais aussi au sens qu'on peut donner à sa vie.

C'est pourquoi, dans des moments de crise comme celui qu'on vit actuellement, il est important de prendre le temps de faire une introspection. De se demander : au fond quelles sont mes raisons de vivre.? pourquoi ai-je envie de vivre ? qu'est-ce-qui me motive vraiment ? qu'est-ce-qui fait que j'ai envie de m'engager, de faire telle activité ou telle autre ? Et parfois on s'aperçoit qu'on n'a pas assez de raisons de vivre. On n'a pas suffisamment développé les motivations profondes qui donnent du sens à notre vie.

Et les choix sont multiples ?

F.L. : Oui. Pour beaucoup de gens ce qui donne un sens à leur vie c'est la famille. Je continue à vivre parce que j'ai une famille, j'ai des enfants et j'ai envie de faire ce qu'il faut pour que cette famille puisse s'épanouir. Mais, bien sûr, on peut en avoir beaucoup d'autres. C'est pourquoi que, pour bien vivre, pour être heureux et pouvoir s'épanouir, il est très important d'avoir conscientisé ses motivations de vivre.

Ce travail implique un certain "calme intérieur", difficile en cette période.  

F.L. : La méditation est un excellent moyen pour apaiser l'émotionnel. Un entraînement de l'esprit pour rester vigilant sur l'instant présent. Pour vivre dans l'instant présent.

Comment y parvenir ?

F.L. : En portant toute son attention sur sa respiration et en laissant passer les pensées. Et si on médite régulièrement, cette vigilance, on va pouvoir l'appliquer au quotidien en s'habituant à revenir dans l'instant présent et à ne plus partir dans notre mental. Ainsi, si on se promène dans la nature, si on est devant quelque chose d'agréable, dès qu'on s'aperçoit qu'on s'enfuit dans nos pensées, on va s'arrêter et se remettre dans la sensation du moment présent. La méditation nous apprend à profiter pleinement de son petit-déjeuner ou de sa douche sans ressasser les soucis de la veille ou anticiper les problèmes de la journée et, ainsi, ne plus passer à côté des petits plaisirs du quotidien.

A lire aussi : Vivre ! Dans un monde imprévisible
Le site de Frédéric Lenoir, ici

Marie Torres pour www.micmag.net
Vivre ! Dans un monde imprévisible
Frédéric Lenoir
Editions Fayard, Juin 2020
14 euros

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

Events

Vintage world (Click on the title)

Jean Segura, collectionneur d'affiches de cinéma : « J'en possède entre 10 000 et 12 000 »

Journaliste scientifique, auteur de plusieurs ouvrages, concepteur du site ruedescollectionneurs, Jean Segura est aussi un passionné et un spécialiste de l'affiche de cinéma ancienne. Rencontre.

Going out in Paris

Cette exposition met en lumière ce moment de l’Histoire de France où les artistes femmes ont accédé à une visibilité inédite, d’Elisabeth Vigée-Lebrun (1755-1842), Marguerite Gérard (1761-1837), Marie-Guillemine Benoist (1768-1826) ou encore encore Constance Mayer (1775-1821). Lire la suite, ici.


News flash

Une anthologie sur Jim Morrison bientôt en librairie
Massot Editions et Harper Collins annoncent la parution d’une anthologie de textes sur Jim Morrison, à l'occasion du 50e anniversaire de sa disparition.
 
Inquiétante montée de l'extrême-droite en Espagne
Des balles ont été adressées par courrier à des personnalités  politiques du pays. Ce qui va de pair avec la haine proclamée contre la gauche par des mandataires de Vox (extrême-droite), le parti qui monte outre Pyrénées. 
 
Bretagne - menaces de mort sur journaliste
Le 31 mars, Morgan Large a découvert que deux des boulons fixant une des roues arrière de son véhicule avaient disparu. Elle faisait l’objet de pressions depuis son témoignage dans le documentaire « Bretagne : une terre sacrifiée ». L'agro alimentaire en cause. 
 
Rod Stewart annonce un coffret vinyle « 1975-1978 »
Cinq albums vinyles, les quatre premiers de Rod Stewart, et un LP bonus avec des extraits de studio inédits... C'est en coffret et c'est pour le 4 juin.
 
En 20 ans, Paris a perdu 405 librairies

Le dernier recensement confirme la baisse des librairies dans la capitale : 643 soit - 33 % depuis 2003. Mais Paris reste toujours la métropole la mieux dotée de France par habitants.