- Reportages

Espagne : Pendant la crise sanitaire, le spectacle continue

Marie Torres - 18 janvier 2021
Même si, aux dires du ministre de la Santé, la situation sanitaire espagnole suscite encore "une très grande préoccupation", la vie culturelle continue dans la quasi-totalité du pays mais avec de nombreux aménagements.
La Gran Via au centre de Madrid

En ce temps de Covid où la plupart des capitales européennes ont fermé leurs bars, restaurants, cinémas ou théâtres, l'Espagne, et notamment Madrid et Barcelone, fait figure d'exception en maintenant portes ouvertes et rideaux levés depuis juillet dernier.

Ainsi si vous vous rendiez à Madrid vous pourriez voir la pièce d'Oscar Wilde, La Importancia de llamarse Ernesto (L'importance de s'appeler Ernest) au Théâtre Lara. A Barcelone ? Vous serez peut-être tenté par El mètode Gronholm (La Méthode Grönholm) de Jordi Galceran i Ferrer au Théâtre National de Catalogne ou encore Les Contes d'Hoffmann de Jacques Offenbach au Liceu.

une batterie de mesures qui varient en fonction de la région ou de la situation

Bien sûr ces spectacles ne se font pas sans toute une batterie de mesures qui varient en fonction de la région ou de la situation.

" Les mesures anti-covid sont différentes dans chaque communauté autonome et ont varié dans chacune d’entre elles au fur et à mesure de l’évolution de la pandémie." explique Berta Muñoz Cáliz du Centro de Documentación de las Artes Escénicas y la Música de Madrid.

C'est l'INAEM (Instituto Nacional de las Artes Escénicas y de la Música), en coordination avec les directeurs de ses différents centres artistiques, qui a reconfiguré la capacité de tous ses espaces scéniques pour les adapter au mieux aux caractéristiques de chaque lieu, à son activité et au type de public : aucun d'entre eux ne dépasse 75% de son occupation maximale. Ensuite, chacun s'organise à sa manière. Ainsi, l'Orchestre National et Chœur d'Espagne (OCNE) a adopté pour une configuration d'un siège vide et un autre occupé, tandis que le Centre National de Diffusion Musicale (CNDM), le Teatro de la Zarzuela ou le Centre National Dramatique (CDN) ont préféré une configuration de blocs variables de 1 à 3 places, avec une place libre au milieu.

Une série de mesures génériques a également été établie pour tous les espaces scéniques. "Des distributeurs de gel hydroalcoolique sont disponibles aux entrées du théâtre et un huissier ordonne expressément au public de l'utiliser. Des affichettes et panneaux rappellent les règles à respecter et la distance de sécurité de 1,5 mètre en tout temps. De plus, les entrées se font progressivement et les sorties par rangées" nous dit l'Office de Tourisme de Madrid.

La mairie de Madrid prend toutes les mesures de prévention pour garantir la sécurité des acteurs et des présentateurs

Les halls et les caisses sont régulièrement désinfectés et la vente des billets, dans la mesure du possible, se fait via Internet, sachant qu'il est possible de se faire rembourser son billet en cas de fièvre ou symptômes de Covid.

Quant aux comédiens "La mairie de Madrid prend toutes les mesures de prévention pour garantir la sécurité des acteurs et des présentateurs. Dans le cas des comédiens, des tests sont effectués au début des répétitions." nous dit l'Office de Tourisme de Madrid concluant "Les spectateurs savent qu'ils peuvent venir dans nos espaces en toute confiance, car nous respectons toutes les mesures de prévention et d'hygiène recommandées. Dans l'ensemble, nous obtenons une réponse très positive du public. Dans le cas du Théâtre espagnol, par exemple, certaines des dernières œuvres incluses dans sa programmation, comme Fariña, Las Criadas ou Los asquerosos, se vendent très bien."

Et du côté de Madrid, on se félicite de n'avoir détecté aucun foyer épidémique depuis 6 mois et d'avoir maintenu le tissu culturel... Une "exception espagnole" qui nous rappelle les paroles d'un auteur, pourtant bien français, Victor Hugo : "... il faudrait faire pénétrer de toutes parts la lumière dans l'esprit du peuple, car c'est par les ténèbres qu'on le perd"...

Marie Torres pour www.micmag.net

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

Events

Vintage world (Click on the title)

A la rencontre des placomusophiles
Qu'est-ce que la placomusophilie ? Le fait de collectionner les capsules de champagne et certains en possèdent jusqu'à 90 000... Car cette "petite plaque métallique" a une longue histoire. Découverte.

Going out in Paris

Homosexuels et Lesbiennes dans l'Europe nazie.

Cette exposition entend rendre compte, grâce à de nombreux documents originaux, du sort des homosexuels et des lesbiennes sous le régime nazi,entre stigmatisation, persécution et lutte pour la reconnaissance. Lire la suite, ici.

News flash

La vie de Brian Jones
Un documentaire de Patrick Bouder (2020) sur la vie de Brian Jones, le fondateur et guitariste des Stones, sera diffusé le vendredi 22 janvier à 22 h 40 sur Arte. Avis aux fans...
 
Cri d'alarme de la Sacem
La société musicale d'auteurs (Sacem) pousse un cri d'alarme autour des auteurs compositeurs, les laissé pour compte de la grave crise en 2021. Certains sont sans aucun revenus. 
 
Les cathos homophobes filmés dans la partouze
A Bruxelles, un eurodéputé du parti d'Orbán de Hongrie (anti avortement & anti couple gay) pris dans une «lockdown partouze» gay
 
La dernière dédicace de John Lennon aux enchères

Le site Goldin Auctions propose une mise à prix minimale de 400 000 dollars du dernier album dédicacé par John Lennon, à celui qui allait l'assassiner. Les enchères sont prévues sur 18 jours.

 
Du fric dans le slip du sénateur brésilien
De l'argent destiné à la lutte pour la pandémie détourné par un sénateur brésilien caché dans son slip. Un proche de mister Bolsonaro !

Record of the week

Au coeur de la France rurale- Bistro picard - 2016 - ©HM

Send your picture to be published at  : contact@micmag.net