- Vintage

Sous le soleil des Stranglers

Marie Torres - 15 février 2021
Après avoir été refusés par 24 maisons de disques, ils finissent par décrocher un contrat en 1976, sortent un album et deviennent populaires au Royaume-Uni. Mais il faudra attendre encore 10 ans aux Stranglers pour conquérir le monde. Avec un titre, "Always The Sun".

11 septembre 1974. C'est ce jour-là que Jet Black (batterie), Jean-Jacques Burnel - un franco-anglais - (basse et chant) , Hugh Cornwell (guitare et chant) et Dave Greenfield (claviers et chant) prennent pour nom The Stranglers. Et c'est ce jour-là qui marque leur naissance en tant que groupe.

Commence alors la recherche d'une maison de disques. Ils en contactent 24 avant de signer avec United Artists, le 6 décembre 1976. Plus de temps à perdre. Ils s'enferment dans le studio londonien TW et en six jours enregistrent une quinzaine de titres. Leur premier album, Rattus Norvegicus, sort en avril 1977 et se place à la 4e place des charts britanniques. Et les années passent et se ressemblent : le groupe obtient un joli succès qui ne dépasse pas le Royaume-Uni.


Always The Sun est une suite d'interrogations sur le monde

Il leur faudra attendre 1986 et la sortie du single Always The Sun, extrait de leur neuvième album Dreamtime, pour acquérir, enfin, une renommée internationale.

Musicalement cet album est dans la lignée du précédent. Un peu étonnant quand on sait que les Stranglers, dont il est difficile de définir le style, ont toujours mis un point d'honneur a évolué d'album en album, du rock au rhytm and blues, en passant par le punk voire le jazz.

Côté texte, les Stranglers se posent comme des "observateurs de la vie quotidienne". Jean-Jacques Burnel qualifie leurs chansons de "journalistiques" car s'ils évoquent les guerres ou les conflits sociaux, ils ne prennent jamais parti comme leurs petits camarades de Sex Pistols ou de Clash, attitude qu'il leur a souvent été reprochée.

L'album Dreamtime évoque les dangers de l'énergie atomique, les menaces sur les territoires des aborigènes d'Australie, l'Apartheid, de la pauvreté et l'exploitation du Tiers monde. Les riches et les États-Unis ne sont pas épargnés non plus.


c’est en France que le succès a finalement été le plus important

Et, sur cet album, la chanson Always The Sun est une suite d'interrogations sur le monde. Un monde qui ne tourne pas très rond. Un monde sombre qui parfois prête à sourire voire à rire.

You know it's not unlike the politicians and the leaders when they do things by half

Tu sais que ce n'est pas différent des politiciens et des leaders quand ils font les choses à moitié

Who gets the job of pushing the knob ?

Qui a la responsabilité d'appuyer sur le bouton ?

That sort of responsibility you draw straws for if you're mad enough

Ce genre de responsabilité que tu tires à la courte paille si tu es assez cinglé."

Mais au final, ce monde n'est pas toujours aussi noir que ça. Il y a toujours une lumière pour illuminer les ténèbres, quelque chose dont on peut se réjouir, le soleil. Le soleil symbole d'espoir.

"There's always the sun (always the sun)

Il y'a toujours le soleil (toujours le soleil)

There's always the sun

Il y'a toujours le soleil"

Le single sort le 6 octobre 1986. Et la réaction du public est, disons, paradoxale. En effet, alors que les Stranglers ont une certaine notoriété au Royaume-Uni et sont quasi inconnus dans le reste du monde, Always The Sun n'atteint que la 30e place dans le UK Singles Chart. En revanche, il se place bien dans toute l'Europe et en Australie. A noter, que c’est en France que le succès a finalement été le plus important entre 1986 et 1987. Always The Sun se classera 13 semaines dans le top et arrivera jusqu’à la 15ème place des meilleures ventes de 45 tours.

Retrouvez toutes les chroniques sur la petite histoire des grands hitsici

et Flirt avec le rock anglais - Entre succès & histoires pimentées, ici

 

Marie Torres pour www.micmag.net
always The Sun
The Stranglers
A partir de 5 euros

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

AGENDA VINTAGE INTERACTIF

Events

Vintage world (Click on the title)

A la rencontre des placomusophiles
Qu'est-ce que la placomusophilie ? Le fait de collectionner les capsules de champagne et certains en possèdent jusqu'à 90 000... Car cette "petite plaque métallique" a une longue histoire. Découverte.

Going out in Paris

Homosexuels et Lesbiennes dans l'Europe nazie.

Cette exposition entend rendre compte, grâce à de nombreux documents originaux, du sort des homosexuels et des lesbiennes sous le régime nazi,entre stigmatisation, persécution et lutte pour la reconnaissance. Lire la suite, ici.

News flash

La vie de Brian Jones
Un documentaire de Patrick Bouder (2020) sur la vie de Brian Jones, le fondateur et guitariste des Stones, sera diffusé le vendredi 22 janvier à 22 h 40 sur Arte. Avis aux fans...
 
Cri d'alarme de la Sacem
La société musicale d'auteurs (Sacem) pousse un cri d'alarme autour des auteurs compositeurs, les laissé pour compte de la grave crise en 2021. Certains sont sans aucun revenus. 
 
Les cathos homophobes filmés dans la partouze
A Bruxelles, un eurodéputé du parti d'Orbán de Hongrie (anti avortement & anti couple gay) pris dans une «lockdown partouze» gay
 
La dernière dédicace de John Lennon aux enchères

Le site Goldin Auctions propose une mise à prix minimale de 400 000 dollars du dernier album dédicacé par John Lennon, à celui qui allait l'assassiner. Les enchères sont prévues sur 18 jours.

 
Du fric dans le slip du sénateur brésilien
De l'argent destiné à la lutte pour la pandémie détourné par un sénateur brésilien caché dans son slip. Un proche de mister Bolsonaro !