Barcelone - Arts

L'énigme des photos perdues de Barcelone

Marie Torres - 13 mai 2017
L’histoire commence comme un conte de fée : il était une fois un
touriste américain qui acheta, sur un marché aux puces de
Barcelone, des pellicules photo pour quelque 3,50 euros. De
retour dans son pays, il les fit développer et découvrit un
véritable trésor...


Des petites filles jouant à la corde ou assises dans une salle de danse, un homme dans la rue, 
des personnes âgées sur un banc, les silhouettes de deux ecclésiastiques... Des hommes, des 
femmes et des enfants dans leur quotidien
, témoins, en noir et blanc, de la vie espagnole 
des années 50 et 60...


C’est en 2001, qu’un touriste américain achète sur un marché aux puces de Barcelone
Mercado de Los Encants- quelques pellicules photo pour la modique somme de 3,50 euros. 
De retour chez lui, il se met au travail : il commence le tirage et dès les premières photos,
il comprend qu’il est tombé sur un petit trésor.

Une quarantaine de clichés, en noir et blanc, d’une qualité exceptionnelle, digne d’un 
professionnel. Des clichés  qui reflètent la vie de tous les jours sous le régime franquiste 
et font revivre une Barcelone aujourd’hui bien lointaine, presque oubliée.


L’heureux bénéficiaire des « photos perdues de Barcelone » se lance alors à la recherche de leur 
auteur par le biais d’Internet et des réseaux sociaux. Et, de clic en clic, de mail en mail, lentement,
il avance. Il y a quelques mois, un journaliste du quotidien El Periódico le contacte pour un article. 
S’en suivent de nouvelles recherches qui permettent de retrouver certains des personnages 
photographiés.


C’est  là qu’entre en jeu une photographe - amateur - espagnole qui lui propose son aide. Dans les 
archives du journal  La Vanguardia, elle retrouve un article de 1961 qui annonce un concours de
photos. Elle consulte les résultats : le quatrième Prix a été attribué à une des ... 
« photos perdues de Barcelone ».

Le mystère est percé. L’auteur est Milagros Caturla, une passionnée de photos. Née à Barcelone en 
1920, Milagros est décédée de la maladie Alzheimer en 2008. Sans souvenirs et sans enfants. Mais, 
grâce aux « photos perdues de Barcelone » et à un touriste américain, elle ne tombera pas dans 
l’oubli. D’autant que ses clichés seront exposés à partir du 19 mai prochain au Festival Revela’t 
de Barcelone.
..


Marie Torres pour www.micmag.fr/ Photos Milagros Caturla


 

Ultima hora

Bowie donne son nom à une rue

Le 10 janvier, le maire du XIIIe arrondissement de Paris a confirmé qu'une rue prendrait le nom de David Bowie dans le quartier de la gare d'Austerlitz. Un vote est prévu en février.

 
Marbella, le paradis et l'enfer des narcos
Marbella,  refuge de milliardaires en Espagne, 6 assassinats en pleine rue en trois mois. Le dernier, un français de 60 ans. Guerre de clans de narcos ? La police est muette.
 
Le sous marin des narcos
Sur les côtes de Galice (Espagne), la police a repéré un sous marin chargé de 3000 kg de cocaïne pure estimé à plus de 100 millions d'euros. 2 personnes arrêtées et une autre en fuite. Une première en Europe. 
 
Mortel selfie
Selon une étude du All India Institute of Medical Sciences de 2018, les accidents de selfies ont fait 259 morts dans le monde entre octobre 2011 et novembre 2017.
 
"Bowie m'a montré son gros sexe pour me remercier d'une ligne de coke"
C'est ainsi que s'exprime dans son livre  Face it, la chanteuse Debbie Harry (74 ans aujourd'hui) du groupe Blondie. Elle termine par :"le sexe de David était je dois bien l'avouer impressionnant."