Brésil - voix libre

« Aujourd'hui, les peuples autochtones ne sont pas seuls. Bolsonaro ne peut pas nous achever"

Anna Beatriz Anjos - apublica - 
2 octobre élections au Brésil. Le chef yanomami Davi Kopenawa, affirme que le président Bolsonaro "n'a pas le droit de mettre fin à la vie" des peuples autochtones. S'il se maintient quatre ans de plus, un véritable désastre pour la planète.

"Le Timeframe est un serpent géant qui veut avaler tout le monde, détruire ma forêt, mon eau et mes montagnes" "Le gouvernement [plein de] militaires qui menacent notre forêt et notre peuple ne respecte pas et n'aime pas la brousse, ni la forêt, ni l'Indien" Je n'ai pas peur de parler à l'homme blanc, d'argumenter et d'expliquer. Mais j'ai peur des hommes armés qui peuvent nous chasser et mettre fin au leadership qui se bat"

Paroles du chaman yanomani

Depuis des décennies, le chaman yanomami Davi Kopenawa est resté ferme dans la lutte pour les droits des autochtones et pour la défense de la «Terre forestière», qui, pour son peuple, n'est pas seulement un territoire, mais une entité vivante où les êtres humains et non humains coexister. , indispensable au maintien de la vie sur la planète et pour éviter la « chute du ciel », ou la fin du monde. Son leadership politique, intellectuel et spirituel, respecté dans le monde entier, sera à nouveau reconnu : l'Université Fédérale de Roraima (UFRR), dans l'État où il réside, vient d'annoncer qu'elle lui accordera le titre de Docteur Honoris Causa, la plus haute distinction de l'académie. 

Conscient de ce qui se passe dans d'autres parties de l'Amazonie, il dit avoir suivi les nouvelles de son village concernant les meurtres de l'indigéniste Bruno Pereira et du journaliste Dom Phillips , à Vale do Javari (AM), par des pêcheurs illégaux. 
Malgré tout cela, il dit craindre pour sa propre vie et celle d'autres dirigeants comme lui. « Je n'ai pas peur de parler à l'homme blanc, d'argumenter et d'expliquer. Mais j'ai peur des bandits armés qui pourraient nous chasser et se retrouver avec les dirigeants qui se battent. Parce que, pour eux, on gêne leur travail », dit-il. Son inquiétude est logique : ces dernières années, la Terre indigène Yanomami subit une nouvelle invasion minière - la première a eu lieu dans les années 1980 - qui a provoqué un drame humanitaire dans les communautés, selon des entités indigènes . Kopenawa, président de Hutukara, la principale association Yanomami, est une fois de plus en première ligne dans la lutte contre les invasions.


Pour le chaman Yanomami, les changements du climat sont une conséquence des attaques des « peuples marchands » sur la Terre-Forêt et se manifestent principalement sous forme de xawara , ou « épidémies », liées à la fumée produite, par exemple , par les machines minières et la combustion de l'or et du mercure. "Le changement climatique ne se crée pas tout seul : les gens déboisent, brûlent, abattent des milliers de grands arbres pour faire du commerce, fabriquer du papier et envoyer notre bois ailleurs", a-t-il expliqué à l' Agência Pública . "Et le changement climatique le plus fort [est associé à] l'exploitation minière, qui ne va pas s'arrêter."

L'offensive minière illégale dans le TI Yanomami est marquée par des meurtres, des cas d'abus sexuels, des maladies, des menaces contre les autochtones isolés , une augmentation de la malnutrition infantile et la destruction de l'environnement. La situation est si grave qu'en juillet, la Cour interaméricaine des droits de l'homme a ordonné au gouvernement brésilien d'adopter des mesures pour protéger « la vie, l'intégrité personnelle, la santé et l'accès à la nourriture et à l'eau potable » des Yanomami. Sur l'inefficacité du gouvernement fédéral à expulser les envahisseurs, Kopenawa dit que "ce gouvernement s'en fiche, il ne veut pas respecter sa propre loi". "Pour moi, [le président Bolsonaro] est un homme mauvais."


S'il pense que si Bolsonaro reste encore quatre ans "il va ruiner toute notre zone indigène", le leader yanomami ne croit pas non plus d'emblée aux promesses de campagne faites par l'ancien président Lula, le mieux placé dans les sondages électoraux, aux peuples indigènes. . « Je ne le croirai que s'il crée vraiment un ministère indigène, améliore la santé, l'éducation et [respecte] les droits des peuples [indigènes], le droit à la terre. Alors je le croirai, pas maintenant », déclare-t-il.

Début juin, deux autres défenseurs de la forêt ont été assassinés : l'indigéniste Bruno Pereira et le journaliste Dom Phillips, à Vale do Javari (AM)


Dans deux mois, nous avons le premier tour des élections. Selon vous, que se passera-t-il si nous avons encore quatre ans de gouvernement Bolsonaro ?

Si le gouvernement Bolsonaro gagne, il ruinera toute notre région indigène. Il veut d'abord mettre fin aux zones indigènes. La Funai, qui veut nous protéger, s'est affaiblie. S'il gagne, cela diminuera notre terre délimitée. Cet homme n'est pas honnête, ce n'est pas une bonne personne. Pour moi, il ne peut pas être considéré comme un Brésilien. Son sang vient des Européens. Il aime explorer. Et il n'est pas seul, il a le soutien de ceux qui achètent l'or, qui transportent [l'or illégal] par avion et hélicoptère et qui négocient et financent aussi [l'exploitation minière]. Les grands entrepreneurs sont après cela.

Début juin, deux autres défenseurs de la forêt ont été assassinés : l'indigéniste Bruno Pereira et le journaliste Dom Phillips, à Vale do Javari (AM). Le fait que deux alliés des peuples autochtones aient été tués vous fait-il peur ?

Cela dure depuis longtemps : se battre et tuer. J'ai vu [la nouvelle] quand j'étais dans mon pays Yanomami. Je n'étais pas dans la ville, j'étais avec mon peuple quand c'est arrivé. Il y avait deux personnes qui nous soutenaient, qui essayaient de nous protéger. Et puis un criminel s'en est pris à nos partenaires qui essayaient de nous aider. Ils ont envoyé quelqu'un payé pour mettre fin à la vie des deux hommes qui ont tenté de protéger notre forêt amazonienne et nos peuples Yanomami et indigènes. C'est très mauvais. Les deux ne volaient pas, ils étaient de notre côté, et ils ont mis fin à leurs jours. C'est un crime. Je n'ai pas peur de parler à l'homme blanc, d'argumenter et d'expliquer. Mais j'ai peur des bandits armés qui pourraient nous chasser et se retrouver avec les dirigeants qui se battent. Car, pour eux, on gêne leur travail. J'ai peur des armes à feu, des pistolets, parce que la balle tue. Mais je n'ai pas peur de parler par la bouche et de me disputer. J'ai le droit de réclamer et de défendre mon peuple, de prendre soin de l'endroit où vit mon peuple.



  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

Eventos

El mundo del vintage

L'histoire de « Mr Blue Sky », le titre d'Electric Light Orchestra qui rend heureux

Si le titre pas eu un énorme succès à sa sortie en janvier 1978, aujourd'hui, « Mr Blue Sky » est l'un des morceaux des années 70 les plus téléchargés et diffusés en streaming. Histoire d'une chanson « ensoleillée » ... Lire la suite, ici.


Salir en Paris (Pincha en el título)

Edvard Munch. Un poème de vie, d’amour et de mort

L'exposition « Un poème de vie, d’amour et de mort » présentée au musée d'Orsay jusqu'au 22 janvier 2023, a pour ambition de montrer l’ampleur de l'oeuvre de Munch dans toute sa durée et sa complexité. Lire la suite, ici.



Ultima hora

Jimi Hendrix bientôt en bande dessinée
Le 19 octobre paraîtra Kiss The Sky, une nouvelle bande dessinée - Mezzo (dessin, couleurs) et J.M. Dupont (scénario) sur le parcours de Jimi Hendrix.
 
Roy Orbison : pur rock
Ce documentaire présente un émouvant portrait de Roy Orbison, de ses proches et des artistes qui l'ont connu. Sur Arte le 5/08 et disponible en replay jusqu'au 13/12/22Roy Orbison : pur rock - De "Pretty Woman" à "Only the Lonely" : des tubes de légende - Regarder le documentaire complet | ARTE
 
Des sommes colossales pour Basquiat
Jean-Michel BASQUIAT pèse à lui seul 14% du Marché de l’Art Contemporain mondial. Trois toiles remarquables de cet artiste ont dépassé cette année à Hong Kong les 35m$ chacune. Nouvelle place forte pour la vente des plus beaux Basquiat, Hong Kong fait désormais le bonheur des collectionneurs asiatiques,
 
Le Saint-Pétersbourg Festival Ballet contre la guerre

En tournée en France, le Saint-Petersbourg Festival Ballet observe, avant chaque représentation, une minute de silence avant de lancer le spectacle avec l'hymne national ukrainien.

 
Guerre en Ukraine
La statue de Vladimir Poutine retirée du musée Grévin. C'est la première fois que le musée retire un personnage en lien avec des événements historiques.