- Arts

A qui appartient l'oeuvre d'art ?

Marie Torres - 
Serge Schoffel est défenseur d’un patrimoine universel et, à ce titre, s’oppose à la restitution des œuvres à leur pays d’origine. Il explique son point de vue.
Serge Schoffel©Gaétan Miclotte

A la tête d’une galerie d’Art Premier à Bruxelles, Serge Schoffel s’oppose à la restitution des œuvres d’art à leurs pays d’origine qui, selon lui, va à l’encontre de l’intérêt de l’Humanité. Ses maîtres-mots : conserver, protéger, cultiver l’intérêt pour pouvoir transmettre.

Micmag.net : Depuis quelques années, les demandes de retours de bien culturels à leurs pays d’origine se multiplient et relancent le débat : faut-il ou non les restituer ?

Serge Schoffel : Mon point de vue est très clair, je suis contre. S’intéresser aux objets des civilisations du monde, quelles qu’elles soient, est un fait de notre culture occidentale. C’est cet héritage historique qui a permis de les étudier en profondeur, de les faire connaître, de les faire exister, de cultiver l’intérêt et aussi de les protéger. Ces objets auraient pu être mille fois détruits lors de conflits. Leur conservation permet, aujourd’hui encore, de les découvrir et de les admirer.

M. : Alors que penser lorsque le Bénin demande à la France la restitution de quelque 5000 pièces pillées lors de la colonisation de 1892 ?

S.S. : Ces objets ne sont la propriété ni du Bénin, ni de la France, ils appartiennent à la culture mondiale. Et je trouve désagréable de parler de pillage et d’oublier systématiquement que ces objets, qui auraient pu être détruits, méprisés, oubliés, ont été au contraire préservés, conservés, mis en valeur.  Oublier que c’est grâce à cela, qu’aujourd’hui, on en connaît l’existence et qu’on peut les réclamer…

Par ailleurs, recevoir favorablement ces restitutions serait ouvrir la boîte de Pandore et donnerait lieu à des aberrations. Je pense, par exemple, aux 20 têtes maories, tatouées et momifiées, remises par la France à la Nouvelle-Zélande. C’est une bêtise faite par des personnes qui veulent se donner bonne conscience et qui, en fait, vont à l’encontre de l’intérêt de l’Humanité. Ces têtes étaient les plus beaux restes humains jamais conservés, maintenant elles ont été inhumées. Elles ne sont plus que poussière. Personne ne pourra plus jamais les voir. Et, je voudrais préciser que ces crânes étaient ceux de gens qui avaient été assassinés car appartenant à un clan ennemi. Il parait plus justifié de vouloir inhumer correctement ses propres ancêtres que ceux d'ennemies même s'ils vivaient dans un contexte culturel similaire. Ces gens sont des anonymes ...

Aussi, à mon avis, il faut accepter les choses telles qu’elles sont et laisser les personnes compétentes s’en occuper mais ne pas entrer dans la polémique des restitutions.

M. : Peut-on envisager une autre solution ?

S.S. : Oui, on pourrait prêter les œuvres pour des expositions dans la mesure ou on aurait la garantie qu’elles nous seraient rendues.

M. :  La polémique autour de ces demandes peut-elle troubler le marché de l’art et particulièrement de l’Art Premier ?

S.S. : Plus il y aura d'obstruction et plus il sera difficile de le faire vivre. Mais, en tant que marchand, ce n’est pas à cela que je pense en priorité.  L’important c’est que, malgré tout, même si ce marché a des défauts, il stimule la passion, il crée l’émulation et augmente les recherches, les études et la connaissance générale de tous les peuples sur terre.

Pour en savoir plus sur Serge Schoffel

A lire aussi :

Faut-il rendre les œuvres d’art à leurs pays d’origine ?

« Plus de 90 % du patrimoine culturel matériel de l'Afrique est en dehors de son territoire »

Faut-il rendre des oeuvres de musées ?

Marie Torres pour www.micmag.fr

 

BRÈVES

Roy Orbison : pur rock
Ce documentaire présente un émouvant portrait de Roy Orbison, de ses proches et des artistes qui l'ont connu. Sur Arte le 5/08 et disponible en replay jusqu'au 13/12/22Roy Orbison : pur rock - De "Pretty Woman" à "Only the Lonely" : des tubes de légende - Regarder le documentaire complet | ARTE
 
Des sommes colossales pour Basquiat
Jean-Michel BASQUIAT pèse à lui seul 14% du Marché de l’Art Contemporain mondial. Trois toiles remarquables de cet artiste ont dépassé cette année à Hong Kong les 35m$ chacune. Nouvelle place forte pour la vente des plus beaux Basquiat, Hong Kong fait désormais le bonheur des collectionneurs asiatiques,
 
Le Saint-Pétersbourg Festival Ballet contre la guerre

En tournée en France, le Saint-Petersbourg Festival Ballet observe, avant chaque représentation, une minute de silence avant de lancer le spectacle avec l'hymne national ukrainien.

 
Guerre en Ukraine
La statue de Vladimir Poutine retirée du musée Grévin. C'est la première fois que le musée retire un personnage en lien avec des événements historiques.
 
Un dessin de Dürer vendu 26 euros dans un vide-greniers

Estimée à plus de 8 millions d'euros, la « Vierge à l’enfant » d'Albrecht Dürer a été acquise en 2017, lors d'un vide-greniers, pour la modique somme de… 26 euros. Aujourd'hui, elle se trouve dans une galerie londonienne.