France - Lire

« Hérétiques »… ou le prix de la liberté individuelle

Marie Torres - 18 septembre 2014
Après « L’homme qui aimait les chiens », prix national de littérature 2012, le Cubain Leonardo Padura publie, aux Editions Métailié, « Hérétiques ». Un roman profond composé de trois histoires dont le point commun est : la recherche de la liberté individuelle et le prix à payer pour l’obtenir.

Elias Kaminsky, un juif américain,  apprend qu’une toile de Rembrandt, ayant appartenue à sa famille, est vendue aux enchères à Londres. Pourquoi ? Comment ?

Une histoire profonde et attachante qui se compose de trois parties

 « Je vous l’ai dit, c’est une longue histoire. Elle a beaucoup à voir avec la vie de mon père, Daniel Kaminsky…  Disons, pour commencer, que je cherche à retrouver la piste d’un tableau, un Rembrandt, d’après toutes les informations dont je dispose. »

C’est ainsi qu’Elias  présente son « affaire » au détective cubain Mario Conde et c’est, on s’en doute, la petite toile, un jeune homme représentant le Christ, qui sera le fil conducteur de l’enquête. Une histoire profonde et attachante qui se compose de trois parties : le livre de Daniel, le livre d’Elias et le livre de Judith ; des récits qui, au fil des pages, s’entremêlent.

Tout débute à La Havane, en 1939. Le bateau Saint Louis, avec à bord neuf cent juifs qui ont réussi à fuir l’Allemagne, jette l’ancre face au port de La Havane dans l’attente d’une autorisation de débarquement. Parmi les réfugiés, la famille Kaminsky convaincue d’obtenir sa liberté grâce à une petite toile de Rembrandt, cachée dans ses bagages. Un trésor qui leur appartient depuis le XVIIème siècle. Mais le bateau est contraint de retourner en Allemagne,  avec ses passagers…

« Il se trouvera toujours des illuminés disposés à s’approprier la vérité et à essayer de l’imposer aux autres »

La deuxième partie du roman nous entraîne au XVIIème siècle, à Amsterdam, dans l’atelier de Rembrandt. Là, un jeune séfarade, Elias, apprend la peinture mais aussi à se libérer des interdits de certaines croyances.

« Il se trouvera toujours des illuminés disposés à s’approprier la vérité et à essayer de l’imposer aux autres… Je ne t’enjoins pas de faire quelque chose, je te demande seulement de réfléchir : la liberté est le plus grand bien de l’homme, ne pas s’en servir quand il est possible de le faire, c’est une chose que Dieu ne peut pas nous demander. En revanche, renoncer à la liberté est un terrible péché, presque une offense à Dieu. Mais tu dois savoir que tout a un prix. Et celui de la liberté est généralement très élevé. »

La troisième partie nous ramène au XXIème siècle, au début du roman, dans les pas de Mario Conde, le détective qui finira par découvrir le secret de la petite toile de Rembrandt et de la famille Kaminsky.

Un panorama de l’exercice de la liberté individuelle et du libre arbitre à travers diverses époques

Avec Hérétiques, Leonardo Padura nous livre un panorama de l’exercice de la liberté individuelle et du libre arbitre à travers diverses époques : de l’Amsterdam du XVIIème siècle jusqu’à La Havane contemporaine où une jeunesse en rupture de ban paie de sa vie l’exercice de sa liberté dans une société figée.

« J’ai lu que certains jeunes, surtout ceux qui se disent punks, mais les emos aussi, se lacèrent, se mutilent, se font des tatouages. Ils expriment leur haine envers la société en détestant leur corps. »

Au final, avec beaucoup de dextérité, l’auteur nous amène, sous la houlette de son héros Mario Conde, à réfléchir sur ce que signifie notre libre arbitre… Un roman magnifique et profond.

Marie Torres
Hérétiques
Leonardo Padura
Editions Métailié, 28 août 2014
24 euros

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

ÉVÉNEMENTS

Combats Plasticiens : L'humanisme en héritage, trois peintres expressionnistes

Combats Plasticiens : L'humanisme en héritage, trois peintres expressionnistes

Juliette, Victor Hugo, mon fol amour

Du 7 au 30 juillet 2022 au théâtre des Corps Saints (Avignon).

Alô !!! Tudo bem??? Brésil-La culture en déliquescence ! Un film de 1h08 mn

Photo extraite du film de Mario Grave - S'abonner sur notre canal Youtube  pour avoir accès à nos films :

The new novel- You can get it in Amazon or Fnac. Here is the link

Au cœur de la meseta du Nouveau-Mexique au sud des Etats-Unis, Mink un photographe français partage sa vie av...

Reportage en Arménie - Micmag 2018 sur les routes du monde - Notre film

A la découverte des cultures de pays méconnus de la planète. Micmag a fait ses valises pour se rendre entre Asie et Eur...

VINTAGE & COLLECTIONS

Comment écrire une critique musicale
comme un pro

Journaliste en herbe, influenceur ou juste fan de musique... Vous aimeriez écrire une critique musicale mais vous ne savez pas par où commercer... Le guide "Comment écrire une critique musicale comme un pro", disponible gratuitement sur le Web, vous sera d'un grand secours... Lire la suite, ici.

SORTIR À PARIS


Paris - Jusqu'au 12 juillet 2022
Gaudi

Le musée d’Orsay accueille la première grande exposition consacrée à Antoni Gaudí organisée en France à Paris depuis cinquante ans. Elle offre une nouvelle vision de l’artiste en tant que figure unique et singulière, un génie non isolé ayant exercé dans une Catalogne en plein bouleversements sociaux, politiques et urbanistiques. Pour en savoir plus, ici.

Musée d'Orsay
1, rue de la Légion d'Honneur Paris 7e



BRÈVES

Des sommes colossales pour Basquiat
Jean-Michel BASQUIAT pèse à lui seul 14% du Marché de l’Art Contemporain mondial. Trois toiles remarquables de cet artiste ont dépassé cette année à Hong Kong les 35m$ chacune. Nouvelle place forte pour la vente des plus beaux Basquiat, Hong Kong fait désormais le bonheur des collectionneurs asiatiques,
 
Le Saint-Pétersbourg Festival Ballet contre la guerre

En tournée en France, le Saint-Petersbourg Festival Ballet observe, avant chaque représentation, une minute de silence avant de lancer le spectacle avec l'hymne national ukrainien.

 
Guerre en Ukraine
La statue de Vladimir Poutine retirée du musée Grévin. C'est la première fois que le musée retire un personnage en lien avec des événements historiques.
 
Un dessin de Dürer vendu 26 euros dans un vide-greniers

Estimée à plus de 8 millions d'euros, la « Vierge à l’enfant » d'Albrecht Dürer a été acquise en 2017, lors d'un vide-greniers, pour la modique somme de… 26 euros. Aujourd'hui, elle se trouve dans une galerie londonienne.

 
Journée nationale contre le harcèlement scolaire

Depuis le 1er janvier 18 enfants se sont suicidés en France et, chaque année, plus de 700 000 élèves sont victimes de harcèlement scolaire soit près d'un enfant sur dix. En savoir plus, ici.