- Lire

Mexique, le pays où l'on flingue les journalistes

Marie Torres - 10 septembre 2015
« Mourir au Mexique » de John Gibler est un reportage sur la violence, liée aux cartels de la drogue, qui gangrène le pays. Il décrit la difficulté pour les journalistes, menacés par le crime organisé et par les politiques corrompus, d’informer la population. Un bel hommage à la profession.

« Tout attentat contre un journaliste est une attaque contre le droit même de la société à être informée »

Au Mexique, Reporters Sans Frontières a recensé 88 assassinats de journalistes et collaborateurs de médias en lien certain ou possible avec leur profession, depuis 2000. A ces meurtres, s’ajoutent une vingtaine de disparus… Devant ce constat, quelque 500 intellectuels, dont Salman Rushdie ou encore Paul Auster, ont adressé une lettre au président mexicain, Pena Nieto, dans laquelle ils lui demandent de protéger les journalistes. Une requête que le journaliste d’investigation américain, John Gibler, soutient. A sa manière. Avec un livre Mourir au Mexique. Mi-essai, mi-reportage, son ouvrage nous plonge au cœur de la violence qui, depuis des années, gangrène le pays.

« Certaines drogues peuvent nuire, mais la prohibition tue »

Il y a d’abord, un constat. Un constat sans appel. « Le Rapport sur les drogues de 2009 indique qu’entre 170 et 250 millions de personnes consomment des drogues illicites à travers le monde. Les Etats-Unis sont les plus gros consommateurs mondiaux de toutes les drogues présentes sur le marché. En 2009, le nombre de consommateurs a battu des records aux Etats-Unis, au Mexique ça a aussi été l’année la plus sanglante de la guerre de la drogue. La corrélation directe entre l’usage récréatif  des drogues aux Etats-Unis, la prohibition, et le crime et la terreur qui se déchaînent au Mexique est inévitable. Certaines drogues peuvent nuire, mais la prohibition tue. »

Et, en effet, depuis que le président Felipe Calderón a, en 2006, relancé la « guerre contre la drogue », la peur n’a fait que se répandre parmi la population, première victime de cette politique. Car si la militarisation du territoire et l’augmentation du nombre de morts sont bien une réalité, l’éradication du narcotrafic est, elle, une chimère : 95 % des crimes liés au narcotrafic ne font l’objet d’aucune enquête.  Echec ? Pas du tout.  Ici, au Mexique, il s’agit plutôt d’un très beau taux de réussite… Et pour cause, l’objectif n’est pas la justice mais l’impunité.  Car, ici, la complicité entre les narcotrafiquants et les membres de l’Etat n’est plus un secret pour personne.

Comment dans ce contexte informer la population ? C’est là que John Gibler coiffe sa casquette de reporter et nous introduit dans l’univers du journalisme d’investigation. Enfin…

« C’est comme si quelqu’un avait son arme pointée sur toi à chaque instant »

« Ici, le journalisme d’investigation est mort, me dit Pepis. Par exemple, quand un groupe d’assassins des cartels laisse un message écrit sur une scène de meurtre, Primera Hora annonce qu’un message a été laissé, mais l’article ne comporte ni le contenu du texte ni une photo du message écrit. Cette décision éditoriale a été prise par quelqu’un qui appartient au cartel de Sinaloa »

Une situation qui  fait aujourd’hui du Mexique l'un des pays les plus dangereux au monde pour les journalistes.  Aussi, bien des médias ont renoncé à traiter du narcotrafic, par crainte de représailles violentes, d’où un climat d’autocensure fatal à la liberté d’information.

« « Personne n’a besoin de se déplacer et de te menacer », m’explique Javier Valdez Cardenas, journalise et cofondateur de l’hebdomadaire Riodoce, basé à Culiacan. « Cette situation est déjà une menace. C’est comme si quelqu’un avait son arme pointée sur toi à chaque instant. Les narcos contrôlent de nombreuses régions du pays ; ils ont la mainmise sur les gouvernements et sur les salles de rédaction des journaux. Quand tu écris un article sur les narcos, tu ne penses pas à ton rédacteur en chef. Tu ne penses pas au directeur de l’information. Tu ne penses pas au lecteur. Tu penses aux narcos et tu te demandes s ‘ils vont l’aimer, s’il va les déranger, s’ils viendront t’attendre la sortie de ton travail pour t’embarquer. Les narcos contrôlent les salles de rédaction. »

Mais si l’information est bel et bien muselée, elle n’est pas morte pour autant. C’est ce que nous fait découvrir dans son ouvrage John Gibler en allant à la rencontre des journalistes et des membres de la société civile. Un livre très riche complété, pour l’édition française, d’un épilogue inédit.


Marie Torres pour www.micmag.net
Mourir au Mexique
John Gibler
Editions CMDE, août 2015
15 euros

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

ÉVÉNEMENTS

VINTAGE & COLLECTIONS

Eté 1967, les Procol Harum sortent le "slow qui tue", "A Whiter Shade of Pale", une des chansons les plus diffusées de ces dernières années et une des plus reprises. Et la dernière version se trouve dans le nouvel album de Santana,"Blessings and Miracles". Lire la suite, ici.


SORTIR À PARIS


Paris - Jusqu'au dimanche 2 janvier 2022
Dalí, l'énigme sans fin

L'Atelier des Lumières vous propose jusqu'au 2 janvier 2022 une balade dans les oeuvres du plus insaisissable des Catalans, Salvator Dali. Une exposition immersive sur une bande son des Pink Floyd. A ne pas rater. Lire la suite, ici.



ATELIER DES LUMIÈRES
38 RUE SAINT-MAUR
PARIS 11E
16 EUROS

BRÈVES

Un enregistrement inédit de Lennon mis aux enchères

Estimé entre 27 000 et 40 000 euros, une cassette audio avec un enregistrement inédit de John Lennon va être mise aux enchères à Copenhague le 28 septembre. Il y chante une œuvre inédite, réalisée en 1970 lors d’un séjour méconnu au Danemark.

 
Brésil-Le ministre de l'environnement fier acteur de la déforestation
Cynisme en politique ! Salles, l'ex ministre de l'environnement est un fier acteur pris la main dans le sac du déboisement amazonien pour enrichissement familial.
 
Le salon Livre Paris devient un Festival
En 2022, le Salon du livre change de nom et de formule. Il s'installera, du 21 au 24 avril, au Grand palais de Paris, mais aussi dans la proche couronne parisienne et, à terme, dans toute la France.
 
Une anthologie sur Jim Morrison bientôt en librairie
Massot Editions et Harper Collins annoncent la parution d’une anthologie de textes sur Jim Morrison, à l'occasion du 50e anniversaire de sa disparition.
 
Inquiétante montée de l'extrême-droite en Espagne
Des balles ont été adressées par courrier à des personnalités  politiques du pays. Ce qui va de pair avec la haine proclamée contre la gauche par des mandataires de Vox (extrême-droite), le parti qui monte outre Pyrénées.