- Lire

Ma vie sur la route, un récit passionnant du féminisme des années 60 à nos jours

Jean-Christophe Mary - 25 juillet 2019
Profonde et instructive, cette autobiographie nous permet de comprendre les combats de la journaliste, activiste et icône féministe internationale, Gloria Steinem. Une autobiographie attrayante et émouvante.

La vie de Gloria Steinem est si fascinante que la simple narration de ses mémoires auraient pu suffire à rendre ce récit palpitant. Mais le choix d’utiliser le thème du voyage comme fil conducteur de l'ouvrage apparait comme un beau clin d’œil à son histoire personnelle. 

Dès son enfance, Gloria Steinem aura été profondément marquée par une vie passée "sur la route", bringuebalée entre un père impulsif, itinérant et vaguement louche et une mère souffrant de dépression et de dépendance aux médicaments. Jusqu’au divorce de ses parents, Gloria ne va pas à l’école et passe donc sa vie en transit. Régulièrement, son père brocanteur embarque la famille et traverse le pays en voiture, à la recherche de sa prochaine aventure. Dans ces mémoires, on découvre le parcours singulier qui a façonné la femme qu’elle est devenue. On découvre comment elle a pu devenir cette femme tellement plus à l'aise sur les routes que dans le confort douillet d’une maison, capable de passer parfois près d'un an loin de chez elle, zigzagant aux quatre coins de l'Amérique, d'une réunion à l'autre. 

Tour à tour journaliste, activiste sociale, écrivain, conférencière, organisatrice féministe itinérante et leader en transformation, c’est autant le récit de son histoire personnelle que le portrait de dizaines de femmes rencontrées en traversant les USA. Au cours des cinq dernières décennies, Gloria Steinem aura eu la chance d’assister à d’importants moments politiques tels le discours de Martin Luther King Jr. lors de la marche de 1963 sur Washington. La même année, elle était dans le bureau du rédacteur de la maison blanche Ted Sorensen quand John F. Kennedy lui faisait ses adieux pour aller prononcer un discours à Dallas. En 1968, on la trouve en Californie avec Dolores Huerta et Cesar Chavez, en solidarité avec la grève des ouvriers agricoles. 

En 1977, elle organise la Conférence nationale des femmes à Houston et se trouve à Palm Beach, en Floride, au lendemain des élections de 2000. Et le jour de l'investiture de Donald Trump en janvier 2017, elle est aux côtés Hillary Clinton pour prononcer un discours remarqué lors de la marche des femmes à Washington. Au fil des pages, on suit ses premières expériences d'activisme social en Inde, comment elle organise les mouvements de terrain aux Etats-Unis. 

De rassemblements en meetings, de cercles de parole en conférences, elle aura passé plus de la moitié de sa vie "sur la route" pour sensibiliser le grand public aux injustices que les femmes traversent au quotidien. Une vie entière passée à sillonner son pays, d'universités en centres de conférence, pour soutenir les causes qui lui tiennent à coeur : les droits des femmes, la défense de l'avortement et l'égalité raciale. Gloria Steinem relate ses échanges avec militants et des personnalités du monde politique et artistique mais s'appuie également sur ses échanges avec des hôtesses de l’air, des chauffeurs de taxi mais aussi de conversations lors de dîners de campagne ou dans des relais routiers. Sa force aura été de rassembler des femmes très éloignées géographiquement, de toutes races et de partager leurs expériences personnelles pour faire avancer la cause des femmes dans le monde. Même si ce sont les moments intimes et les passages autobiographiques qui constituent la puissance et l'essence même du livre, ce sont inévitablement les souvenirs et les observations politiques de l'auteure qui retiendront le plus notre attention. Une autobiographie attrayante et émouvante.

Jean-Chrisphe Mary pour www.micmag.net
Gloria Steinem
Ma Vie Sur La Route
Mémoires d'une icône féministe
Editions HarperCollins. Mars 2019
19,00 euros

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

ÉVÉNEMENTS

VINTAGE & COLLECTIONS

Vous voulez tout connaître sur la Saint Valentin ? Son origine, ses rites, ses pratiques ? La rédaction de micmag.net vous a concocté un bon petit dossier… Lire la suite, ici.



SORTIR À PARIS

Qui n’a jamais rêvé de découvrir les secrets de l’espionnage ? Les clichés et les fantasmes sur le monde du renseignement sont nombreux, mais quelles sont leurs limites  ? "Espion", l'exposition de la Cité des sciences et de l'industrie vous offre une intrigue unique imaginée à partir d’une documentation sur l’espionnage qui en dévoile l’envers du décor… La suite ici.

BRÈVES

Bowie donne son nom à une rue

Le 10 janvier, le maire du XIIIe arrondissement de Paris a confirmé qu'une rue prendrait le nom de David Bowie dans le quartier de la gare d'Austerlitz. Un vote est prévu en février.

 
Marbella, le paradis et l'enfer des narcos
Marbella,  refuge de milliardaires en Espagne, 6 assassinats en pleine rue en trois mois. Le dernier, un français de 60 ans. Guerre de clans de narcos ? La police est muette.
 
Le sous marin des narcos
Sur les côtes de Galice (Espagne), la police a repéré un sous marin chargé de 3000 kg de cocaïne pure estimé à plus de 100 millions d'euros. 2 personnes arrêtées et une autre en fuite. Une première en Europe. 
 
Mortel selfie
Selon une étude du All India Institute of Medical Sciences de 2018, les accidents de selfies ont fait 259 morts dans le monde entre octobre 2011 et novembre 2017.
 
"Bowie m'a montré son gros sexe pour me remercier d'une ligne de coke"
C'est ainsi que s'exprime dans son livre  Face it, la chanteuse Debbie Harry (74 ans aujourd'hui) du groupe Blondie. Elle termine par :"le sexe de David était je dois bien l'avouer impressionnant."