- Lire

Une nouvelle enquête du commissaire Montalbano

Marie Torres - 17 novembre 2020
Retour à Vigàta où l'inspecteur Montalbano et son équipe s'occupent de deux enquêtes qui semblent sans lien : l'enlèvement de trois jeunes employées de banque et la disparition d'un séducteur... Suspense, humour et fantaisie garantis.

" Et ça, c'est le tracassin. Il lui a rin fait, rin de rin. Absolument rin. La fille s'est aréveillée une heure et demie plus tard en pleine campagne. Son sac à main à côté d'elle. Elle l'a ouvert rin ne manquait. Alors elle s'est orientée, elle a compris où elle était et elle a appelé un taxi sur son portable. Et c'est tout."

Manuella, une belle jeune femme, a été menacée avec un pistolet par un homme, dont elle n'a pas pu voir le visage, alors qu'elle rentrait chez elle. Chloroformée, son agresseur l'a déposée à l'entrée de la ville, sans l'avoir ni violentée, ni volée.

Qui ? Pourquoi ? C'est ce que se demandent le commissaire Montalbano et ses deux collaborateurs, Fazio et Mimi. Et leurs interrogations ne font qu'augmenter lorsqu'une deuxième jeune femme, puis une troisième subissent le même sort. Cependant un fait les interpelle, outre le mode opératoire semblable dans les trois agressions, les jeunes femmes travaillent toutes dans une banque...

Et, comme si cela ne suffisait pas, un autre "tracassin" vient s'ajouter aux déjà grandes préoccupations de la police de Vigàta : Di Carlo, un séducteur, a disparu juste après que son magasin a été dévasté par un incendie... Les deux affaires sont-elles liées ?

Une intrigue bien ficelée, pleine de rebondissements et d'humour, et bien sûr - et surtout _le plaisir de se glisser une fois de plus entre les murs du commissariat de Vigàta. Le plaisir inépuisable de retrouver les hommes du commissaire, de Fazio à Catarella. De renouer avec leur amitié, leur chamaillerie, leur humour - car on rit beaucoup dans cette enquête. Bref il n'y a vraiment aucune contre-indication à lire et relire Andrea Camilleri, mise à part le risque d'addiction... Et puis, parce qu'on ne prend jamais le temps de le faire, un grand merci à Serge Quadruppani pour sa succulente et colorée traduction, qui nous permet de goûter la langue riche- - mélange d'italien et de sicilien - de l'auteur.

Lire aussi La pyramide de boue

Serge Quadruppani : « Quand je traduis un auteur, Camilleri ou un autre, je me mets à son service »



Marie Torres pour www.micmag.net
Le manège des erreurs
Andrea Camilleri
Traduction Serge Quadruppani
Editions Le Fleuve noir, 5 novembre 2020
19,99 euros

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

ÉVÉNEMENTS

VINTAGE & COLLECTIONS

A l’origine, elle n’était qu’une légumineuse, noire ou verte, glissée dans une galette. Au fil du temps, en plastique ou porcelaine, elle a pris toutes sortes de formes. Aujourd’hui, la fève est un véritable objet de collection. D’où vient-elle ? Comment est-elle fabriquée ? Des réponses, ici.


SORTIR À PARIS

Homosexuels et Lesbiennes dans l'Europe nazie.

Cette exposition entend rendre compte, grâce à de nombreux documents originaux, du sort des homosexuels et des lesbiennes sous le régime nazi,entre stigmatisation, persécution et lutte pour la reconnaissance. Lire la suite, ici.

BRÈVES

La vie de Brian Jones
Un documentaire de Patrick Bouder (2020) sur la vie de Brian Jones, le fondateur et guitariste des Stones, sera diffusé le vendredi 22 janvier à 22 h 40 sur Arte. Avis aux fans...
 
Cri d'alarme de la Sacem
La société musicale d'auteurs (Sacem) pousse un cri d'alarme autour des auteurs compositeurs, les laissé pour compte de la grave crise en 2021. Certains sont sans aucun revenus. 
 
Les cathos homophobes filmés dans la partouze
A Bruxelles, un eurodéputé du parti d'Orbán de Hongrie (anti avortement & anti couple gay) pris dans une «lockdown partouze» gay
 
La dernière dédicace de John Lennon aux enchères

Le site Goldin Auctions propose une mise à prix minimale de 400 000 dollars du dernier album dédicacé par John Lennon, à celui qui allait l'assassiner. Les enchères sont prévues sur 18 jours.

 
Du fric dans le slip du sénateur brésilien
De l'argent destiné à la lutte pour la pandémie détourné par un sénateur brésilien caché dans son slip. Un proche de mister Bolsonaro !