- Musique

« Blitz », les nouvelles chansons de Daho éclatent comme des éclairs dans une nuit sombre

Jean-Christophe Mary - 1er décembre 2017
Dès les années 80, l’auteur de Week-End à Rome s’est affirmé comme l’un des auteurs compositeurs les plus raffinés de la pop française. Quarante ans plus tard, le timbre chaud est toujours là mais au service d’une pop mélancolique quelque peu assombrie.

Des débuts new wave 80’s à l’electro rock d’aujourd’hui, le dandy Daho a baigné dans tant de courants musicaux qu’il s’est forgé une personnalité à part, si forte, qu’il est devenu impossible de le classer quelque part. Dans ce nouvel album, on retrouve les ambiances electro pop rock qui firent le succès Paris Ailleurs (1991)et qu’il poursuivra avec Corps et Ames (2000) puis  Révolution (2003) dans un esprit assombri.

Ce Blitz opte pour des structures musicales métalliques qui s’éloignent largement de l’univers chic pop de l’artiste. A 61 ans, Daho continue son travail d’alchimiste sonore pour produire une musique en constante évolution aux sonorités en dehors du temps et des modes. Voilà des titres qui enchantent les règles de la composition, repoussent encore un peu plus les limites d’une chanson pop bien dans son époque.

D’entrée Les Filles du canyon est un titre puissant avec cette tournerie basse batterie implacable, ces halos de guitares rock lugubres passés à une moulinette electro des plus ténébreuses. Dans Le Jardin, titre qui évoque sa sœur défunte, la voix de Daho est affûtée, le son esthétique, vrombissant. Ici aucune faiblesse dans les compositions qui comme chez Depeche Mode ou U2 reflètent l’air du temps. Dans un ronflement de claviers synthétiques, de batteries martiales et de guitares métalliques, ces sublimes cordes au son de cathédrale donnent à l’Etincelle ce côté magique et intemporel.

Epaulé par du groupe californien Unloved et le producteur Fabien Waltmannde, le chanteur renouvelle les arrangements en bidouillant ses effets spéciaux, plongeant les titres dans une transe electro d’une noirceur vénéneuse. Si le ton général semble plus apaisé, le chanteur explore toujours les méandres du spleen. Avec cette pointe de trip hop dans les rythmiques, ce zeste de rock indus et ce beaucoup de Depeche Mode dans les structures, voilà une pop rock sombre raffinée d’où surgit ces Les baisers rouges, Les Cordages de la nuit taillés pour faire vibrer les corps et les coeurs.

Plus difficiles d’accès L’Etincelle ou Deep End deviennent peu à peu de véritables accroche-cœurs. Au fil des ré-écoutes, on plonge dans les eaux calmes d’une pop séduisante et raffinée. Les notes glissent et s’enfoncent vers les territoires d’une longue rêverie avec une certaine saveur rétro romantique et dérapent vite en improvisations folles des guitares pour finir en feu d’artifice sonore.

Daho fait partie de ces alchimistes sonores qui vous ensorcellent, vous emmènent toujours plus loin, vers des contrées musicales aux paysages fantasmagoriques où l’imaginaire de chacun peut vagabonder au gré de ses humeurs et de son rythme. La beauté vénéneuse, la noirceur musicale qui bâtissent l’univers de Daho, continuent de nous envouter. On attend impatiemment les prochaines dates parisiennes.

Jean-Christophe Mary pour www.micmag.net
Blitz
Etienne Daho
CD (14,99 €) Vinyle (21,99 €) - 0ctobre 2017
Coffret collector - 6 vinyles (65 €) - Décembre 2017

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

ÉVÉNEMENTS

Reportage en Arménie - Micmag prochain départ en automne 2018 sur les routes du monde - Votre appui-Vos contacts : contact@micmag.net

A la découverte des cultures de pays méconnus de la planète. Micmag prépare ses valises pour se rendre entre Asie et Eu...

Our photographer Michael Wagener in India send every month 1 picture

 ©Michael Wagener may-june 2018Travelling in India send us a picture of his big round the world !

VINTAGE & COLLECTIONS

Cartes postales, voitures miniatures, coqs, boules de neige mais aussi jukeboxes... 23% des Français de plus de 15 ans déclarent réaliser une collection. Qui sont-ils ? Pourquoi conservent-ils des objets ? Retour sur quelques portraits de "passionnés". Lire la suite.

SORTIR À PARIS

Jusqu'au 27 janvier 2019, le Musée du Luxembourg propose une rétrospective d'Alphonse Mucha. Affiches, planches, peintures, photographies, bijoux, sculptures, pastels... sont à découvrir. Pour en savoir plus, ici.

BRÈVES

Un journaliste tué au Mexique
Mario Gomez est le 9e reporter tué cette année au Mexique, deuxième pays le plus dangereux pour exercer l’activité de journaliste après la Syrie.
 
Des notes de frais faramineuses
Le Canard enchaîné du 19/09 chiffre à 410 000 euros sur cinq ans – soit plus de 6 800 euros par mois les frais de transport de Jean-Paul Cluzel l'ex patron des musées nationaux
 
Insolite !
Une librairie de Brattlebroro, dans l’Etat du Vermont, au nord-ouest des Etats-Unis, donne des livres au commissariat de sa ville pour occuper les personnes en garde à vue.
 
Ricardo Darin pour la légalisation de l'avortement
L'acteur Ricardo Darin se prononce en Argentine pour l'avortement libre et gratuit contre l'avis du Pape. Le Sénat doit se prononcer.
 
Victor del Arbol Prix SNCF 2018

Toutes les vagues de l’océan, de Victor del Arbol remporte le Prix SNCF 2018 du polar. Pour en savoir plus, ici.

TRAVEL WITH : 1 month 1 picture AFRICA

Our photographer Michael Wagener in Africa send every month 1 picture from his trip around the world

Flora and Cherrelle From France. Both are living currently in Nairobi , but I met them at the Crazy Afrika Burn (the spirit of Nevada's famous Burning Man to Stonehenge Private Reserve). A electronic music festival in the Karoo desert of South Africa. ©Michael Wagener may 2018