Paris - Musique

Liam Gallagher mets l’Olympia sous haute tension

Jean-Christophe Mary - 6 mars 2018
Vendredi 2 mars, Liam Gallagher investissait la scène de l’Olympia pour un concert sold out depuis plusieurs semaines.
Photo JC Mary

Alors que régulièrement la rumeur spécule sur une possible reformation d’Oasis, Liam Gallagher présentait le 2 mars dernier son nouvel opus solo sur la scène de l’Olympia. Après un deux albums sortis avec le groupe Beady Eye, l’ex-frontman Oasis est revenu aux fondamentaux de cette britop qui a fait sa renommée.

Dès le départ au sein d'Oasis en 1992, Liam a su donner au rock cette dimension insurrectionnelle : arrogance, bagarres musclées qui faisaient la « une » des tabloïds de l’époque, rivalité médiatique avec Blur.  Un phénomène copier-coller sur le mode Stones /Beatles des 60’s.

Aujourd'hui l'époque Oasis semble belle et bien révolue, Noël Gallagher n'ayant à ce jour toujours aucune intention de donner suite à l'histoire. Reste donc le projet. Et là il faut bien rendre hommage au talent de Liam Gallagher qui reprend là l’histoire où Oasis l'avait laissée.

Comme on a pu le constater, lors du concert, sa passion pour le rock des 60’s et des 70’s reste vive. Il est 21h, à l’Olympia. Tandis que la sono diffuse « Fuckin' in the Bushes » un titre d’Oasis, les lumières se tamisent et la salle est plongée dans le noir. Entouré de cinq musiciens, Liam Gallagher entre en scène. L'ex-Ooasis lève ses bras, s'approche du micro et entonne « Rock 'n' Roll Star » titre fort de la grande période d’Oasis. La salle est survoltée. La puissance du son est au maximum. Il enchaîne ensuite un autre hymne d’Oasis « Morning Glory ».

Il est temps de présenter les titres du dernier album « Greedy Soul », «Wall of Glass » où les guitares rugissent quand la voix trainante de Liam étire les mots comme des élastiques. Mains derrière le dos, barbe fournie et parka bleue, le chanteur au tempérament fougueux cultive sa dégaine de lad britannique. On adhère aux refrains énergiques, à ces mélodies empruntes de nostalgie de « Paper Crown », « Bold », « For What It's Worth » dans la lignée de John Lennon. Puis c’est le retour à la période Oasis avec un « Some Might Say » et un « Slide Away » qui soulèvent la foule. Puis il revient au dernier album avec «Come Back to Me », « You Better Run » et « Universal Gleam » avant d’offrir deux nouveaux cadeaux au public « Be Here Now » et une sublime version acoustique de « Wonderwall ». Les lumières se rallument.

Après quelques minutes, les musiciens reviennent pour le rappel. Et là, les tubes s'enchaînent. D’abord un « Supersonic » qui fait lever l’Olympia comme un seul homme. Pour finir, Liam Gallagher nous offre « Cigarettes & Alcohol » suivi d’un « Live Forever » d’anthologie. À la sortie, alors que la sono diffuse le « My Way » version Sex Pistols, la foule encore sur un nuage, scande à plein poumon des «Liam, Liam, Liam… » jusque sur le boulevard des Capucines.

Jean-Christophe Mary pour www.micmag.net
As You Were
Liam Gallagher
CD 15,99 euros
Vinyle 19,99 euros

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

ÉVÉNEMENTS

VINTAGE & COLLECTIONS

Cartes postales, voitures miniatures, coqs, boules de neige mais aussi jukeboxes... 23% des Français de plus de 15 ans déclarent réaliser une collection. Qui sont-ils ? Pourquoi conservent-ils des objets ? Retour sur quelques portraits de "passionnés". Lire la suite.

SORTIR À PARIS

Jusqu'au 27 janvier 2019, le Musée du Luxembourg propose une rétrospective d'Alphonse Mucha. Affiches, planches, peintures, photographies, bijoux, sculptures, pastels... sont à découvrir. Pour en savoir plus, ici.

BRÈVES

Récompenses
Le prix André-Malraux 2018 du roman engagé a été attribué à Javier Cercas pour Le monarque des ombres, celui de l’essai sur l’art à Georges Roque pour Quand la lumière devient couleur.
 
Brésil

Plus de 4000 professionnels du livre ont signé une pétition en ligne, pour soutenir la candidature de Fernando Haddad (Parti des travailleurs) à la présidence et alerter sur les dérives de son opposant Jair Bolsonaro.

 
Un journaliste tué au Mexique
Mario Gomez est le 9e reporter tué cette année au Mexique, deuxième pays le plus dangereux pour exercer l’activité de journaliste après la Syrie.
 
Des notes de frais faramineuses
Le Canard enchaîné du 19/09 chiffre à 410 000 euros sur cinq ans – soit plus de 6 800 euros par mois les frais de transport de Jean-Paul Cluzel l'ex patron des musées nationaux
 
Insolite !
Une librairie de Brattlebroro, dans l’Etat du Vermont, au nord-ouest des Etats-Unis, donne des livres au commissariat de sa ville pour occuper les personnes en garde à vue.

TRAVEL WITH : 1 month 1 picture AFRICA

Our photographer Michael Wagener in Africa send every month 1 picture from his trip around the world

Flora and Cherrelle From France. Both are living currently in Nairobi , but I met them at the Crazy Afrika Burn (the spirit of Nevada's famous Burning Man to Stonehenge Private Reserve). A electronic music festival in the Karoo desert of South Africa. ©Michael Wagener may 2018