- Musique

« Free Spirit », Paul Rodgers ressucite son premier groupe Free.

Jean-Christophe Mary - 6 septembre 2018
Peu connu du grand public en France, le chanteur Paul Rodgers est considéré au Royaume-Uni comme l'un des plus grands chanteurs de l'histoire du rock par ses contemporains et ses fans. A travers « Free Spirit », il rend hommage à son premier groupe Free.

Pas si simple de faire carrière après Free et Bad Compagny.

Après plusieurs décennies à se chercher musicalement au sein de Queen ou à travers des albums solos pas toujours convaincants, Paul Rodgers a retrouvé grâce à ce projet, une liberté artistique et un plaisir total de chanter.

Une bonne raison donc de se pencher sur ce live qui célèbre la naissance de son premier groupe, Free. Ce concert donné à guichet fermé au Royal Albert Hall de Londres nous replonge aux racines de la musique qui a construit la carrière du chanteur à la voix puissante.

L’album s’ouvre avec « Little Bit Of Love ». Dès les premières mesures, le ton est donné. Cette chanson réveille de vieux souvenirs. On y retrouve ces sonorités pop rock de la fin des 60’s. Dans « Ride A pony », les guitares ricochent, la batterie martèle, on retrouve ici une tranche de british blues qui évoque les Cream, John Mayall et des Yardbirds. Idem sur ce spirituel « Woman » où cette guitare blues, lourde, au riff hypnotique vous ensorcelle de part en part. Sur ce titre, la combinaison chant/ guitare rappelle le meilleur de Lynyrd Skynyrd.

Sur « Be My Friend », on ressent le chanteur vibrer de tout son être. Sur les 16 titres joués ce soir-là, les musiciens donnent une nouvelle jeunesse à ces titres du passé. Le très rock blues « The Hunter » charpenté de guitares blues rock musclées rappelle lui aussi le Paul Rodgers que l’on aime. Chanson d’amour ou prière mystique, le doux « My Brother Jake » débute juste piano voix, rehaussé au final de guitares discrètes.

Un des moments particulièrement envoûtant de ce très bel album. On retrouve avec plaisir les classiques que sont « Wishing Well » et « Catch a Train ». Rares sont les chanteurs qui, en 2018, parviennent toujours à magnifier le rock des 70’s. Paul Rodgers est de ceux là. A quand une scène parisienne ?


Pas si simple de faire carrière après Free et Bad Compagny. Après plusieurs décennies à se chercher musicalement au sein de Queen où à travers  des albums solos pas toujours convaincants, Paul Rodgers a retrouvé grâce ce projet, une liberté artistique et un plaisir total de chanter. Une bonne raison donc de se pencher sur ce live qui célèbre la naissance de son premier groupe, Free. Ce concert donné à guichet fermé au Royal Albert Hall de Londres nous replonge aux racines de la musique qui a construit la carrière du chanteur à la voix puissante. L’album s’ouvre avec « Little Bit Of Love ». Dès les premières mesures, le ton est donné. Cette chanson réveille de vieux souvenirs. On y retrouve ces sonorités pop rock de la fin des 60’s. Dans « Ride A pony », les guitares ricochent, la batterie martèle, on retrouve ici une tranche de british blues qui évoque les Cream, John Mayall et Yardbirds. Idem sur ce spirituel « Woman » où cette guitare blues, lourde, au riff hypnotique vous ensorcelle de part en part. Sur ce titre, la combinaison chant/ guitare rappelle le meilleur de Lynyrd Skynyrd. Sur "Be My Friend », on ressent le chanteur vibrer de tout son être. Sur les 16 titres joués ce soir là, les musiciens donnent une nouvelle jeunesse à ces titres du passé. Le très rock blues « The Hunter » charpenté de guitares blues rock musclées rappelle lui aussi le Paul Rodgers que l’on aime. Chanson d’amour ou prière mystique, le doux " My Brother Jake" débute juste piano voix, rehaussé au final de guitares discrètes. Un des moments particulièrement envoûtant de ce très bel album. On retrouve avec plaisir les classiques que sont « Wishing Well » et « Catch a Train ». Rares sont les chanteurs qui en 2018 parviennent toujours à magnifier le rock des 70’s. Paul Rodgers est de ceux là. A quand une scène parisienne ?

Jean-Christophe Mary pour www.micmag.net
Free Spirit
Paul Rodgers
Juin 2018
CD : 21,30 euros
Vinyle : 38,15 euros

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

ÉVÉNEMENTS

VINTAGE & COLLECTIONS

Naguère jouets, aujourd’hui objets de collection, les voitures miniatures déchaînent les passions : on les recherche, on les accumule. On les classe par marques, matières, échelles, thèmes… Bruno de la Tour, fervent collectionneur, en possède plus de 4 000. Il nous dévoile ses précieux modèles. La suite ici.

SORTIR À PARIS

Jusqu'au 2 mars 2019, l'artiste du street art, Bordalo II, expose ses sculptures géantes dans un espace brut de 700 m, dans le 13e arrondissement de Paris, pour dénoncer les ravages de notre société de consommation sur la nature. Lire la suite, ici.

BRÈVES

Sodoma
Onze maisons d’édition dans 22 pays publieront le 21 février l’enquête inédite du journaliste et sociologue Frédéric Martel sur la place omniprésente de l’homosexualité au Vatican.
 
Un gouvernement qui supprime le ministère de la Culture
Le nouveau gouvernement d'extrême droite du Brésil a refusé de créer un nouveau ministère de la Culture estimant ce poste inutile. A méditer !
 
Insolite !

Aux Etats-Unis, une employée municipale transforme un arbre de 110 ans en une petite bibliothèque de quartier !

 
Récompenses
Le prix André-Malraux 2018 du roman engagé a été attribué à Javier Cercas pour Le monarque des ombres, celui de l’essai sur l’art à Georges Roque pour Quand la lumière devient couleur.
 
Brésil

Plus de 4000 professionnels du livre ont signé une pétition en ligne, pour soutenir la candidature de Fernando Haddad (Parti des travailleurs) à la présidence et alerter sur les dérives de son opposant Jair Bolsonaro.

TRAVEL WITH : 1 month 1 picture

Au coeur de la France rurale- Bistro picard - 2016 - ©HM

Send your picture to be published at  : contact@micmag.net