- Musique

Cage The Elephant dévoile son nouveau "Social Cues"

Jean-Christophe Mary - 3 juin 2019
Si vous avez succombé à l'énergique hit « Ain't No Rest for the Wicked », qui a inondé les ondes en 2009, vous serez ravi de retrouver le sextet du Kentucky autour de son nouveau projet musical. A noter que Cage The Elephant sera en concert le 20 juin au Bataclan.

Deux ans après la sortie de « Unpeeled », Jared Champion (batterie), Matthan Minster (claviers) Brad Shultz Matthew Shultz, Nick Bockrath (guitares) et Daniel Tichenor (basse ) reviennent avec ce tout nouveau tout chaud « Social Cues » aux sonorités indie pop.

Le groupe américain confirme son talent pour l'écriture de hits pop rock qui devraient une nouvelle fois séduire le plus grand nombre. Tout d’abord, il y a ce petit choc visuel. A l’image des pochettes dérangeantes des albums précédents dessins à la Basquiat ou collages grossier, la photo du nouvel album ne déroge pas à la règle avec cette poupée gonflable grimée en cow boy, comme pour mieux illustrer les histoires étranges que l'on trouve sur ces 12 titres

Sur « Night Running » on retrouve les ambiances pop rock que l’aime chez Beck, ces arrangements efficaces, qui faisaient la joie des teenagers au début des années 90. Un rock américain organique et intellectuel qui prend solidement appui sur la pop folk indie. L’hydre à six tête élabore sa musique avec une recette toute simple : des sons de guitares clairs et carillonnants pour les couplets, des batteries dansantes qui mettent en valeur tout le lyrisme des voix sur les refrains. 

Dès le premier titre, ça commence fort. La mélodie de « Broken Boy » parait fragile et puissante à la fois, les harmonies vocales semblent planer en apesanteur au dessus de la toile sonore tissée autour d’une batterie syncopée. Cela faisait longtemps que l’on avait entendu ce mélange de force et volupté sucrée que l’on aime chez Weezer. Bien sûr, on craque sur « Ready Let Go » qui respire le meilleur des Black Keys ou encore ce « Dance Dance » qui rappelle Kasabian

Le reste de l’album est calibré sur le même modèle où guitares se télescopent, claviers, basses rondes et dansantes derrière une rythmique sautillante et groovy. A noter aussi de belles ballades telles « Skin and Bones », ce « Good Bye » qui clôt l’album ou encore le magnifique « Black Madona » particulièrement poignant qui vous prend aux tripes. Près de quinze ans après ses débuts, Cage The Elephant fait partie de ces vieux briscards qui continuent à perpétuer la tradition d’un style indie rock que l’on affectionne particulièrement. Nous n’allons pas nous en plaindre… A noter, le groupe sera en concert le 20 juin au Bataclan.

Jean-Christophe Mary
Social Cues
Cage the Elephant
CD, 16,99 euros
Vinyle : 28,49 euros

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

ÉVÉNEMENTS

VINTAGE & COLLECTIONS

Né il y a plusieurs millénaire, ustensile utilitaire, accessoire de mode très prisé puis tombé dans l'oubli, l'éventail semble avoir de nouveau le vent en poupe. Georgina Letourmy-Bordier, Experte en éventails à Drouot - Docteur en Histoire de l'Art, nous en parle. La suite ici.

SORTIR À PARIS

Qui n’a jamais rêvé de découvrir les secrets de l’espionnage ? Les clichés et les fantasmes sur le monde du renseignement sont nombreux, mais quelles sont leurs limites  ? "Espion", l'exposition de la Cité des sciences et de l'industrie vous offre une intrigue unique imaginée à partir d’une documentation sur l’espionnage qui en dévoile l’envers du décor… La suite ici.

BRÈVES

Dur dur covid 19 - Micmag touché !
Micmag dans la douleur après la perte d'un ami et co-fondateur de Micmag.net. Thierry Bommart  (informaticien) a succombé suite à une insuffisance respiratoire. Jean-Louis Langlois qui a filmé plusieurs de nos reportages TV a plongé dans le noir puis est en cours de récupération.
 
Bansky à Barcelone - 100% non autorisée
Une centaine de reproduction dans un espace 'Trafalgar' par des artistes eux aussi anonymes. Bansky n'a à ce jour jamais montré son vrai visage ni son identité.
 
Bowie donne son nom à une rue

Le 10 janvier, le maire du XIIIe arrondissement de Paris a confirmé qu'une rue prendrait le nom de David Bowie dans le quartier de la gare d'Austerlitz. Un vote est prévu en février.

 
Marbella, le paradis et l'enfer des narcos
Marbella,  refuge de milliardaires en Espagne, 6 assassinats en pleine rue en trois mois. Le dernier, un français de 60 ans. Guerre de clans de narcos ? La police est muette.
 
Le sous marin des narcos
Sur les côtes de Galice (Espagne), la police a repéré un sous marin chargé de 3000 kg de cocaïne pure estimé à plus de 100 millions d'euros. 2 personnes arrêtées et une autre en fuite. Une première en Europe. 

TRAVEL WITH : 1 month 1 picture

Au coeur de la France rurale- Bistro picard - 2016 - ©HM

Send your picture to be published at  : contact@micmag.net