- Musique

« No Gods No Masters » : le meilleur album de Garbage depuis 20 ans !

Jean-Christophe Mary - 27 juillet 2021
Shirley Manson et Butch Vig signent leur retour discographique avec ce tout nouveau tout chaud « No Gods No Masters ».
 I Think I'm Paranoid, Push It, Queer, Stupid Girl, Only Happy When It Rains…Vous souvenez-vous de l'époque où ces titres inondaient les radios du monde entier dans les 90’s ? Fondé par le producteur américain Butch Vig et la chanteuse écossaise Shirley Manson, ce quatuor faisait la une des magazines tandis que sa pop rock à base de grosses guitares et d’effets électronique faisait danser les foules.

Sans vouloir les comparer à The Clash, Garbage a connu un parcours un peu similaire. Si à la fin des 80’s, The Clash symbolise mieux que personne le mouvement punk, véritable révolution culturelle qui a détruit les clichés sur lesquels était alors bâtie la musique, au milieu des 90’s, Garbage est l’un des derniers groupe à avoir su donner au rock cette dimension insurrectionnelle avec un vrai engagement politique.

Après l'essor du rap, du hip-hop, de l’électro et du nu metal, les Garbage sonnent en 2021 comme ils sonnaient au milieu des 90’s. Décriant plus fort que jamais les injustices exponentielles dans un monde toujours plus chaotique, les piliers du rock alternatif US reviennent revitalisés et énervés plus que jamais.Voilà une musique brute, remplie de fureur et de passion, une musique autant faite pour les rockers nostalgiques que pour les afficionados d’electro rock indus.

Si sur « No Gods No Masters » les arrangements sont conçus à partir de machines de samples et de bidouillages sonores, les titres vivrent et respirent comme des êtres fait de chair et de sang. Les chansons sont délivrées avec le cœur et les trippes à l’image de « The Men Who Rule the World » ou « The Creeps », brulot electro rock particulièrement nerveux. D’autres titres sont exaltés, comme sous sous haute tension électrique, tels le magistral « Godhead » electro indus à la forte signature Depeche Mode. Ici on assiste à un enchevêtrement de voix chuchotées qui s’envolent haut des les aiguës derrière des basses electro qui pilonnent et des roulement de batteries syncopés. Une bande son où règne la folie électrique comme on l’entendait déjà sur leur premier album éponyme de 1995.

« The Wolves » nous emmène en voyage dans la 3eme dimensions avec ces riffs de guitares rehaussées d’un armée de synthétiseurs fous. L’univers mystérieux du quatuor se métamorphose en une sorte de psychédélisme 2.0 où le son distordu des guitares fusionne aux basses et aux claviers pour se prendre dans une spirale vertigineuse dont il est impossible de sortir. Des chansons comme « Uncomfortably Me » et « A Woman Destroyed » témoignent d’une esthétique architecturale sombre, si dark qu’elle vous donne le vertige. Et puis on imagine déjà les futurs milliers de portables allumés sur le « Starman » de Bowie ou le « Because the night » de Patti Smith, autant de romances oniriques où le groupe apporte sa petite touche personnelle.

Quand la voix inimitable aussi séduisante, imposante que menaçante de Shirley Manson monte vers les cimes, parfois poussée jusqu'au point de rupture les titres entrent dans une sphère atmosphérique menaçante, pulsés à vivre allure par des rythmiques electro industrielles absolument fascinantes.
Cela faisait longtemps que l’on n’avait pas entendu ce mélange de force et de lyrisme dans une voix féminine. Cet album, leur meilleur depuis 20 ans est une véritable onde choc qui emporte tout sur son passage. Hâte de vérifier maintenant si ce bel équilibre tient aussi bien la route en live.



Jean-Christophe Mary pour www.micmag.net
No Gods No Masters
Garbage
CD 14,99 euros / 29,99 euros

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • linkedin
  • Mixx
  • MySpace
  • netvibes
  • Twitter
 

ÉVÉNEMENTS

VINTAGE & COLLECTIONS

Stéphane Faucourt, collectionneur Star Wars

Avec ses quelque 1 200 pièces, Stéphane Faucourt est en possession de l’une des plus importantes collections européennes de produits et documents dérivés de la saga « Star Wars ». Il est aussi l'auteur de livres de référence sur le sujet. Lire la suite, ici.

SORTIR À PARIS


Paris - Jusqu'au 5 septembre 2022
Allemagne / Années 1920 / Nouvelle Objectivité / August Sander

Photo, peintures, design, ciné, littérature et même musique. Beaubourg offre un petit voyage dans le temps en nous immergeant dans l'Allemagne des années 20, juste avant l'arrivée du nazisme, lorsque les artistes se font le miroir d’un monde froid, où la désillusion règne en maître...
Centre Pompidou (Musée national d'Art moderne) | Musées à 4e arrondissement, Paris (timeout.fr)

Centre Pompidou (Musée national d'Art moderne)
Transport
Métro : Rambuteau
Prix
De 11 à 14 €
Heures d'ouverture
Tous les jours (sauf le mardi), de 11h

BRÈVES

Roy Orbison : pur rock
Ce documentaire présente un émouvant portrait de Roy Orbison, de ses proches et des artistes qui l'ont connu. Sur Arte le 5/08 et disponible en replay jusqu'au 13/12/22Roy Orbison : pur rock - De "Pretty Woman" à "Only the Lonely" : des tubes de légende - Regarder le documentaire complet | ARTE
 
Des sommes colossales pour Basquiat
Jean-Michel BASQUIAT pèse à lui seul 14% du Marché de l’Art Contemporain mondial. Trois toiles remarquables de cet artiste ont dépassé cette année à Hong Kong les 35m$ chacune. Nouvelle place forte pour la vente des plus beaux Basquiat, Hong Kong fait désormais le bonheur des collectionneurs asiatiques,
 
Le Saint-Pétersbourg Festival Ballet contre la guerre

En tournée en France, le Saint-Petersbourg Festival Ballet observe, avant chaque représentation, une minute de silence avant de lancer le spectacle avec l'hymne national ukrainien.

 
Guerre en Ukraine
La statue de Vladimir Poutine retirée du musée Grévin. C'est la première fois que le musée retire un personnage en lien avec des événements historiques.
 
Un dessin de Dürer vendu 26 euros dans un vide-greniers

Estimée à plus de 8 millions d'euros, la « Vierge à l’enfant » d'Albrecht Dürer a été acquise en 2017, lors d'un vide-greniers, pour la modique somme de… 26 euros. Aujourd'hui, elle se trouve dans une galerie londonienne.